Atelier d’écriture…

Cette semaine je vous ai beaucoup sollicités, vous en plaigniez vous?

Je vous ai d’abord obligés à aller chercher au fond de la malles aux souvenirs,

les brumes de vos cinq ans, pour terminer par la lumière crue de vos plus belles vacances d’été.

Il en est ressorti de bien jolies anecdotes et des sourires à foison.

Aujourd’hui je vous propose quelques lignes que vous devrez habillées de vos mots et de votre imaginaire, ou pas!

Commençons par…

Il était une fois,

c’est l’été de ses 15 ans,

elle est envoyée chez des cousins au bord de la mer,

elle y fait une rencontre qui deviendra l’objet d’une véritable fascination:

une femme blonde et longiligne d’âge mûr aux yeux noisettes,

elle porte aux lèvres ses mégots de cigarette et se baigne nue,

c’est une femme libre à l’énergie sauvage, elle rêve d’être elle.

Avez vous un jour rêvé d’être quelqu’un d’autre, avez vous ou avez vous eu vous aussi un modèle.

J’ai hâte de vous lire, alors soyez nombreux à jouer le jeu,

aujourd’hui comme,

Christelle tous les jours…il vous ai permis d’en faire des tonnes!

 

40 Commentaires
Partager:

40 Commentaires

  1. christelle77 says:

    Quand je pense que dans le métier d’archiviste, la qualité principale qui est demandée est « avoir l’esprit de synthèse » ! Je suis mal barrée parce que même quand je ne veux pas faire long, je ne peux m’en empêcher ! … Mais bon, je ne suis bavarde qu’à l’écrit, c’est déjà ça ! Je pourrais être aussi pipelette à l’oral ! Donc estimez-vous tous heureux !!! 😂
    En tout cas, vivement ce soir la lecture des tonnes de pages qui ne manqueront pas d’être écrites !! 😉

      1. Nam says:

        On vous lit avec attention. Lili avait dit un jour: « Vous n’êtes pas mal aussi à l’oral Christelle » ;-).
        J’aime ce nouvel article, et qui accorde une possibilité à l’imagination, super! :-).

  2. Florence says:

    J’étais au collège en 6éme ou 5 eme. Un souvenir, une anecdote m’a marquéé…
    Une fille de 3ème que je connaissais et que je trouvais jolie, sortait avec un garçon du collège. Je les voyais donc dans la cour se faire des bisous, des calins…et je trouvais ça chouette…meme trop fort…quelle confiance de s’afficher…pour dire dans quel état d’esprit j’étais…
    Pour moi ce n’étais meme pas envisageable…imaginez qu’à la maison (j’entends avec les parenst) , on se touchait peu et s’embrassait peu… (et aujourd hui encore moins)
    Alors je peux le dire car c’est comme cela que je le ressentais…  » je revais que j’aurai un jour une famille avec mari et enfants…mais pour moi à cette époque ça paraissait très très loin…
    C’est curieux que cela remonte avec votre sujet ici…
    Sachant que la vie en a décidé autrement et que je n’ai pas eu cette vie là, vous le savez Sabine…
    Ma famille à moi elle est monoparentale, meme si je le vis assez bien aujourd hui…quoique reste un soupçon de culpabilité vis à vis de ma fille qui n’a pas connu son papa et qui n’a pas eu de papa de substitution..
    Bref, je ne veux pas etre hors sujet..je pars bien « d’un idéal envisagé à mes un peu moins de 15 ans »…

    1. Sabine Thierry says:

      c’est chouette de vous lire, c’est gentillet, c’est frais et c’est vrai, comme vous!Merci de jouer le jeu.
      ne vous justifiez de rien auprès de votre fille, c’est votre histoire et vous ne maitrisez rien mis à part de rester la meilleure des mamans.

  3. Anne64 says:

    Envie un jour d’être quelqu’un d’autre…Je dirai que c’est un petit peu quotidien chez moi. Ayant peu confiance en moi, je trouve souvent que ce que les autres font est mieux que ce que je fais moi et de ce point de vue là, j’ai parfois envie de devenir eux.
    Sinon un modèle, j’en ai eu un quand j avais 6 ans. J’étais au CP, j’admirais ma maitresse (qui en plus était la maman de mes deux grands copains), et c’est elle qui m’a donné envie d’être maitresse à mon tour…La première fois où j ai eu un stage à faire dans une classe, elle est d’ailleurs passée me voir le premier soir et elle était très émue.

  4. Domino says:

    À vrai dire, je ne me suis jamais identifiée à personne… Pourquoi ? Je n en sais rien. J’ ai appris très tôt à être moi même, que ça plaise ou pas.
    Sinon, j’ aurais adoré être chanteuse dans un groupe de rock et enflammer les foules 😉

  5. pascale says:

    Si j’avais envie d’être quelqu’un d’autre j’aimerais être une artiste : alors si, pour un jour je changeais ma peau contre une autre ce serait un guitariste ! … hommage à Christelle (: qui apparemment chante super bien …
    Pouvoir jouer sans fin des improvisations, lâcher le mental et s’évader dans la musique comme « Personne » Paul … de son prénom ou Mr Hendrix pour vivre et faire vivre le monde imaginaire … peut-être pour fuir la réalité ?
    Hommage aux artistes à ceux qui transmettent leurs émotions par l’art. J’aimerais très souvent être quelqu’un d’autre que moi-même !

    1. Christelle77 says:

      Ma prof de musique donnait des cours à des personnes qui venaient de commencer la musique à plus de 70 ans parce que c’était un vieux rêve d’enfant qu’il ne leur avait pas été permis de réaliser plus tôt ! Et ils étaient tellement heureux de pouvoir enfin accéder à ce bonheur là ! Alors comme dit Sabine, il n’est jamais trop tard Pascale ! Et aujourd’hui, en plus, la guitare s’apprend de façon bien plus ludique, sans vous fatiguer durant des heures avec le solfège ! On fait tout en même temps et ça permet de ne pas se décourager ! Alors foncez prendre des cours !!!

  6. Nam says:

    (Imaginaire, quand tu nous tiens !!) 😉

    Il était une fois, un jeune garçon se prénommant Nello.
    Réservé et empreint de pudeur, il n’est pas tellement d’un tempérament à vouloir se livrer en public.

    Nello a un rêve, celui de s’épanouir pleinement. Le manque de confiance en lui sabote sa vie. Malgré sa bonne volonté, ce dernier ne peut lutter.

    Cette rage en lui s’amplifie pour changer… ou plutôt évoluer. Il ne veut pas fondamentalement se métamorphoser, juste avoir la sérénité et se faire imposer le respect.

    Un jour, il fait une rencontre. Il se fascine à observer le charisme, la poigne et à la fois la souplesse de caractère de cette personne. Cette dernière savait élégamment allier l’autorité et la douceur, où calme et détente régnaient.

    Pensif, se mordant les lèvres d’envie, il se marmonne : « Un jour, j’aimerais devenir comme elle pour y arriver ! ».

    L’envie, c’est bien, le devenir c’est mieux à ce qu’il parait! Il lui restera donc à parcourir sa route et trouver les clefs qui le mèneront vers ce cheminement. Il y arrivera-t-il ? That it’s a question…

  7. Sonia M says:

    J’ai souvent rêvé d’être quelqu un d important, reconnu pour son parcours de vie.
    Mère Térésa, Gandhi,labbé Pierre. …
    Et puis paradoxalement je rêvais d être célèbre comme ces stars hollywoodiennes ,pour leurs carrières , leurs beautés …..
    Grace Kelly, Audrey Hepburn et pour me marier avec Clint Eastwood 😂
    Tellement peu sûre de moi et tellement besoin d avoir une place (4 soeurs ).
    Ça c était à 15 ans parcequ à 20 ans je cultivais ma personnalité, mon besoin d être différente, de sortir du lot !

  8. Sabrina PO says:

    J’avais une tante par alliance, je dis « javais » parce qu’on ne se voit plus depuis presque 1ans et demi, et pourtant je l’admirait tellement. Pour moi, elle avait toutes les qualités du monde: belle, intelligente avec du caractère, cuisinière et pâtissière hors pair, excellente maîtresse de maison travailleuse, courageuse, bricoleuse, très avenante, et j’en passe !!!
    Elle a su m’écouter et me conseiller à cette âge là et même plus tard , parce que je ne pouvais pas parler de tout avec mes parents !!
    Avec elle j’étais libérée, sereine et j’adorais être en sa compagnie ainsi que celle de mon oncle…
    Alors je m’appliquais pour essayer de lui ressembler et je me disais que j’aurai voulu avoir une mère comme elle…
    Plus tard, j’ai eu honte d’avoir pensé cela parce que ma mère m’a aimé véritablement envers et contre tout.
    Pardon Maman.

    1. Nam says:

      Vous aimez votre maman, et vous aimiez votre tante. 😉 Je connais une personne qui pourrait s’identifier à votre histoire. Elle n’a plus sa tante, alors jusqu’au bout, elle a profité de ce lien avant qu’il ne soit trop tard.

    2. Sabine Thierry says:

      vous avez honte d’avoir été une enfant…c’est dommage, soyez un peu moins dure avec vous même.
      Les regrets ne font pas avancer et ils ne servent à rien!

    3. Christelle77 says:

      Je crois bien qu’on passe tous à un moment donné (même très court !) par la phase : « j’aimerais avoir d’autres parents ». C’est aussi ça qui nous permet de couper le cordon, de nous construire, ne serait-ce qu’un temps, « en opposition » de nos modèles logiques que sont nos parents. ça n’empêche pas pour autant qu’on aime nos parents et qu’on puisse, plus tard, les admirer ou être reconnaissant de ce qu’ils ont fait pour nous !

  9. Goldy says:

    Hooo sujet intéressant… alors noircissons quelques lignes pour vous présenter mon modèle, une femme que j’admire toujours… et pour toujours 😀
    Chaque jour, dès l’éveil, cette personne est juste élégante jusqu’au bout de la nuisette. Et après un passage dans la salle de bain, la magie opère un peu plus : une femme juste magnifique, tirée à quatre épingle et d’une assurance sans faille… et pourtant, sa vie n’est qu’un combat contre les médisants, la famille et pour finir la maladie. Elle est sur tous les fronts et avance, le sourire aux lèvres (enfin pas toujours), du mieux qu’elle mais n’oublie jamais son prochain. alors comment ne pas l’admirer et vouloir lui ressembler… Maman, tu es une femme exceptionnelle et je t’aime du plus profond de mon cœur…

    1. Nam says:

      c’est miiiiignon! :-). J’espère qu’elle a internet pour pouvoir vous lire. A défaut, il faudra alors lui dire de vive voix:
      « Je t’aime maman » 😉

  10. sylvie méditérranée says:

    Ouï à mes 15 ans j’aurai aimé être quelqu’un d’autre car j’étais une jeune ado très timide et de plus avec très peu de confiance en moi ; je ne sortais pas , très peu de copains et de copines , mal dans ma peau car blonde vénitienne avec des tâches de rousseurs et aussi des réactions de l’épiderme dès que le soleil montré son bout du nez pas de bronzage au programme l’été si non rouge comme une écrevisse!!!!!!!!!!!!
    J’aurai aimé être un belle Italienne avec une peau qui bronze dès les premier rayons du soleil une jolie brune aux yeux bleu et peau couleur pain grillé…..du sud de l’Italie .Alors ce qui me consolais , c’était mes longs cheveux qui tombaient en dessous de mes fesses.

  11. Chantal says:

    J ai toujours adoré ma grand mère; elle qui ne savait pas être de mauvaise humeur; elle n avait pas besoin de râler un seul mot suffisait….en grandissant c était ma tante que j enviais elle avait tout elle était belle; avait une allure de vraie star sa crinière flottait au vent tous les hommes la regardaient et elle le savait la coquine….dans son travail tout le monde l appréciait alors c est clair qu a 15 ans elle était mon rêve puis avec les années c est ma grand-mère qui est revenue au premier plan j ai toujours rêvé d être une mamie comme elle l était…on pouvait tout lui confier…elle savait toujours nous donner le bon conseil; elle nous préparait des plats succulents alors oui un rêve être une mamie parfaite comme elle…

  12. Christelle77 says:

    Mais ce n’est pas facile du tout comme question !!
    Un jour cependant, je devais avoir 11 ans environ, je jouais au tennis avec mon cousin qui en avait 14 ou 15. Comme on fait quand on est petit, je lui ai dit : « Alors moi je suis Pete Sampras (ou je ne sais plus quel grand tennisman) et toi tu es qui ? ». Et il m’a répondu : « moi je suis moi-même. Je n’ai pas besoin d’être un autre ». J’avais trouvé ça très beau comme idée. C’était une belle leçon de morale que de dire que, même illustres inconnus que nous étions, nous valions autant que les autres ! Et cette pensée m’a toujours accompagnée.

    Mais comme Anne64 (Anne ma sœur Anne… parce qu’en effet, il semble que nous ayons pas mal de points en commun !), je crois qu’il m’était assez facile d’admirer les autres (des profs, des camarades de classe, des actrices ou des chanteuses, George Sand un peu plus tard) car je n’étais pas bien sûre de ma propre personne et de mes qualités. Mais je n’ai jamais été « fan » de quelqu’un en particulier au point de vouloir faire pareil ou de vouloir lui ressembler. Finalement, plus que d’être à la place de l’autre ou de vouloir lui ressembler, c’était plutôt l’idée de se dire : « j’aimerais tellement être son amie, ou être sa fille, avoir un instant de complicité avec cette personne, etc… » (le complexe d’infériorité ne nous permettant même pas d’imaginer un instant être à leur place certainement ?).

    Pfiou… quelle semaine de revival de nos jeunes années ! C’est épuisant de remonter si loin ! lol ! Mais c’était bien agréable aussi ! Alors merci !

  13. mamie says:

    ah !!! moi j’étais une romantique qui tombais amoureuse et rêvais de me faire enlever par un prince charmant.
    j’avais pas pas d’idole a qui ressembler … mais je rêvais d’être un peut plus grande en taille ( c’est bête ) mais je rêve encore d’être grande dans une autre vie .
    c’est puéril …

  14. Lili says:

    Et bien moi, je vais copier sur Christelle, une fois encore…
    D’une part, en effet pas simple de remonter dans ses souvenirs. Décidément, vous nous obligez à nous retourner…est-ce pour mieux mesurer le chemin parcouru ?! Hum ?

    Pour ma part, je ressentais 2 choses :
    Mère Térésa, l’abbé Pierre me fascinaient dans le don de soi et je me projetais bénévole dans des associations humanitaires…j’en suis loin, très loin…et à contrario, je me voyais bien star pour avoir de la reconnaissance, avoir une jolie voix, exister…
    Puis, je me sentais étrangère à ma propre famille un peu comme Maurice dans un long fleuve tranquille mais en moins pire (humour !). J’ai toujours imaginé avoir été un bébé échangé à la naissance, pas de bol !

  15. Nam says:

    J’ai pu regarder la bande annonce du film cité pour avoir la référence. 🙂
    Un plaisir d’avoir lu l’article de Sabine et chaque histoire.
    Et aujourd’hui l’image m’a intrigué par cet objet devant ce visage, car confuse je ne sais pas ce que c’est…

  16. michel says:

    bonjour, j’adorais le foot, j’aurais aimer devenir professionnel mais je n’avais pas le niveau. A 15 ans, j’ avais comme modèle de joueur Chris waadle attaquant de Marseille avec un pied gauche magique. J’avais la même coupe de cheveux mi-long, j’ essayais de dribler comme lui avec mon pied gauche étant droitier. Je mis croyez, le rêve ne tue pas.

  17. Sabrina PO says:

    Dans la photo.. cette jeune fille ressemble à cette actrice, vous savez dans le film « Perçy Jackson », elle joue le rôle de la demi- déesse, fille de la déesse Athèna qui comptait parmi les 12 de ceux qui trônaient sur l’Olympe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *