Atelier d’écriture…

Autour de moi,

le bruit des sirènes,

des voix , des termes glacés me parviennent.

On me tâte,  on me respire,

on me transporte.

J’ai les jambes coupées par le chagrin,

mon cœur se comprime,

les larmes noient mes yeux,

j’ai mal au ventre,

j’ai mal dans ton mon être.

Tous les regards sont braqués sur moi,

je sens leur panique,

leur désarroi.

La douleur  m’abandonne,

une joie étrange me soulève.

me porte,

m’emmène…

un tunnel ,

une lumière qui m’aveugle,

le bonheur,

la paix,

une main qui se tend…

et puis,

survient la vie,

s’extirpant du chaos,

prenant pour commencer,

la forme d’une respiration.

Une nouvelle vie,

m’attend.

 

Vous avez un sentiment de déjà vu…

je vous invite aujourd’hui à écrire la suite de mon texte.

Mettez votre imaginaire à l’épreuve, parlez moi d’elle après l’accident, inventez lui une  vie,

celle qui l’attend.

J’ai hâte de vous lire.

95 Commentaires
Partager:

95 Commentaires

  1. chantal11 says:

    J’étais là cette jeune fille entre la vie et la mort,je savais que son âme
    était en train d’explorer l’au delà,
    mais je savais aussi que Lilou reviendrait dans la lumiére
    Cet accident,cette sensation d’avoir voyager entre ciel et terre
    lui permis d’avoir un autre regard sur la vie,d’aider les autres à se reconstruire

  2. Carole says:

    Je me retrouve dans un endroit que je ne connais pas mais étrangement je n’ai pas peur.
    Je suis sereine.
    Un endroit où règne la Paix, l’Amour.
    Mes proches, mes amis, mes animaux m’accueillent avec un grand sourire.
    Whaou, que je me sens bien!
    Je revois ma vie défiler, mes bonnes et mes moins bonnes actions.
    Mais il n’y a aucun jugement. C’est moi qui seule qui accepte et fais le bilan.
    Si j’avais su quel était cet autre monde, je n’aurai pas eu peur de la mort.
    Si j’avais su, j’aurai accompagné d’une autre manière mes morts.
    Lors de leur enterrement, j’aurai demandé à chacun d’avoir le sourire et de fêter leur passage avec Joie.
    Oui nous nous serions tous pris par la main, comme dans une ronde et nous aurions dansé en souhaitant à l’être aimé un beau passage lumineux.
    Oui vraiment, si j’avais su…

  3. Josiane says:

    Un tunnel,une lumière qui m’aveugle,le bonheur,la paix,une main qui se tend…..
    je souris…je tend ma main et au moment où j’allais la toucher,j’entends une voix qui me ramène à moi,j’essaie d’ouvrir péniblement mes yeux,un ambulancier me tient la main en me disant »regardez moi,ouvrez les yeux,vs avez fait un petit malaise,on va vs aider,on vs amene à l’hôpital,j’étais branchée de partout….je le regarde,je ne sais plus ou je suis,comme si j’étais parti loin très loin et cette main a qui était elle….
    Des mon arrivée à l’hôpital,je suis pris en charge ds un service de soins intensifs,l’amulancier est tjs la a me tenir la main,les infirmières le font sortir,il,me promet de revenir me voir….la douleur du coup de couteau me fait vite comprendre que je suis bien en vie,…épuisée,je ferme les yeux
    Le lendemain l’ambulancier revient avec un beau bouquet de roses,etait ce un signe,cette main tendue?une nouvelle vie allait enfin peut être commencer

  4. GUYBKK says:

    Voilà qu’une voix résonnait dans ma tête à présent . Il semblait que ce n’était pas moi qui était là,mais une autre . J’ouvrais les yeux et je voyait des gens souriants autour de moi . J’étais dans un berceau en bois avec des barreaux qui me laissaient voir tout ce qui se trouvait dans le pièce . un belle dame au visage rayonnant ,me prit dans ses bras et me montra avec fierté à ses parents et à mon petit frère tout étonné de me voir . Elle se mit à parler à un homme , tout aussi rayonnant qu’elle et s’exprimant à l’assemblée  » N’est ce pas qu’il est beau mon petit Christophe . Il a de la chance de naître dans une bonne famille bourgeoise . Grâce à nos biens , il n’aura jamais à souffrir et il ne manquera de rien .Nous lui donnerons une vie de rêve et il fera toutes les études qu’il souhaitera plus tard quand il sera grand .
    Pour le moment ,ce n’est qu’un bébé , il grandira vite et nous l’entourerons de toute notre tendresse.
    Il aura le parc ,la piscine et tous les jeux qu’un enfant peut souhaiter ….. » En effet ,les années sont vite passées , je suis devenu un bel Adulte et à présent , je suis sous les ordres de mon père qui dirige une entreprise importante de prêt à porter féminin de haute couture qui rivalise avec les meilleures sur Paris .Ainsi est ma nouvelle destinée et aujourd’hui ,je suis vraiment heureux et j’ai oublié ma précédente vie .

  5. Karine Festal says:

    Jai limpression que c un moment ou l ame s est envolee .quelle se balade .peut etre une ame errante avant d entree dans un autre corps.elle passe par de nouvelles sensations de nouvelles couleur odeurs paysage sans la lourdeur du corps. Japellerais ce moment ( la vie d une ame )… KARINE

  6. Lili says:

    Nurse24 s’était occupée de moi comme une maman. Elle passait même après son service et je lui avais tout dis de ma vie : mon arrivée en France, mon basculement dans la prostitution et le désarroi quotidien.
    Boule d’énergie et d’optimisme, elle m’avait poussé à m’ouvrir à une nouvelle voie professionnelle qui m’aiderait à me reconstruire. Sa collègue JosianePo m’avait aidé à m’engager en tant qu’aide-soignante.
    J’avais rencontré aussi leurs amis, GuyBKK qui me transmettait son flux positif et qui partait dans des raisonnements philosophiques que je ne saisissais pas toujours, et puis il y avait aussi Michel, adepte de krav manga qui m’écoutait avec douceur.
    Je m’étais fait une nouvelle bande de copains, Christelle 77, petite femme rieuse, allergique aux collégiens qui pourtant se comportait comme une ado et nous faisait le plaisir de gratter quelques cordes et de poser sa voix cristalline.
    Il y en avait tant d’autres, Josiane, Laurence,… tous des gens tellement différents mais tellement adorables.
    Et puis, il y a eu enfin Sébastien et là, le coup de foudre fut immédiat…Nous nous retrouvions tous chez Sabine qui nous faisait de bons petits plats et observait son petit monde avec bienveillance.

  7. Nam says:

    Une nouvelle vie m’attend. Je ne me rappelle de rien.

    Tout s’explique, je n’avais que quelques mois, j’en ai aujourd’hui 17.

    Lors d’une journée en vacances, se succèdent des cris, des craquements, de la poussière et… un grand boom !

    C’était un jour de septembre, il y a encore quelques jours… et à la fois quelques années.

    Cette main tendue était celle d’un sauveteur, ces héros de pompiers et cette héroïne de mère.
    Sous les gravats, ce nourrisson que j’étais n’attendait qu’eux !

    A la radio, ma mère entendait régulièrement une animatrice qui disait « Attention aux bris de glaces ». C’était devenu coutumier !
    Ma mère comprit enfin! Toutes ces vitres brisées ici, c’était donc cela!
    Tel un tremblement de terre, un bruit si puissant qu’il parvient à plus de cinquante kilomètres. Imaginez-vous donc sa force ?

    Cela n’arrive pas qu’autres, une vie peut vite basculer du jour au lendemain !
    Vivre pleinement la vie à ce qu’il paraît ! On en a apparemment qu’une !

      1. Nam says:

        Il y a les sirènes, il me semblait qu’il s’agissait d’une atmosphère avec un incident d’après votre histoire.
        J’ai donc continué avec une immersion comme si la personne racontait son vécu avec le recul et avec la nouvelle vie après la catastrophe. Tant pis râté alors :-).

  8. Sonia M says:

    Je me sens en paix, cette magnifique lumière inonde mon corps, mon coeur. …
    Une main se tend. …Je la reconnais, celle de mon père. …..Une main amicale qui me tient, me relève. …Il est là devant moi…..
    -Pas maintenant, ma fille. Ce n’est pas ton heure !
    Souviens toi de tes rêves. ..Il te faut les réalisés, tu peux y arriver.
    Je serai toujours là, je te guiderai.

    Les jours ont passés, j’ai ouvert les yeux dans un hôpital.
    Une femme attend , un livre à la main,sur le fauteuil à côté du lit.
    Je ne la connais pas.
    Elle se présente Élisabeth bénévole dans une association pour femmes seules.
    Elle m explique ma situation.
    Après l accident, l enquête n a malheureusement pas pu aboutir. ..
    Vu ma profession pas de sécurité sociale.
    Je suis à la rue, faute d avoir pu payer mon loyer.
    Elle s empresse de me dire qu elle va m aider, de ne plus m inquièter, ça va aller.
    Je referme les yeux. …
    Je suis vivante ,n est ce pas le plus important ?

    Deux années ont passé.
    Avec l aide d’ Élisabeth, j’ai entrepris de réaliser mes rêves. …
    Aujourd’hui je suis couturière. ..Une vraie passion.
    Mon magasin appartient à une ancienne créatrice de mode.Je l ai baptisé « AU FIL DU TEMPS « .
    Il se situe rive droite à Bordeaux, à deux pas de l espace Darwin où je vais régulièrement me ressourcer.
    Je me promène le long de la Garonne et je repense à la Maritsa. …La Bulgarie, mes origines et mon père …
    Je sais qu’il est fier de moi.
    Élisabeth qui m a tendu la main à mon réveil, est devenue une amie sincère.
    Nous organisons toutes les semaines, un atelier de couture bénévole pour toutes ces femmes qui un jour se retrouvent seules et démunies.
    Nous cousons ,tissons du lien. …c est ma main tendue à moi.

    Dans quelques jours, je m envole vers la Bulgarie, je vais retrouver mes montagnes …
    Juste quelques jours et une fois en haut, j ouvrirait grand les bras à la vie.

  9. sylvie méditerranée says:

    Enfin elle ouvre les yeux.
    Autour d’elle des personnes inconnus sont aux petits soins parmi le personnel médical une personne lui tient la main , un jeune homme lui souri et se présente ,je m’appel Yann c’est moi qui est prévenue les secours ,je passe pour prendre des nouvelles je voulais m’assurer que tout allait pour le mieux.
    Elle le regarde ses yeux sont remplis de larmes ,elle n’ose lui parlé ses mots sont étouffés par pleins d’émotions.
    Au bout d’un petit moment elle se lance d’une petite voix tremblotante met tout est confus dans ça tête tout ce bouscule ,et puis des picotements au bas du ventre lui fond une piqûre de rappel .
    Le jeune homme lui parle, lui dit que sa mère fait partie de la mairie de Bordeaux, et qui lui à parler d’elle, et quelle va l’aider pour toutes ses démarches.
    Quelques mois plus tard la voilà est transformé un vrai relooking, de plus elle à repris ses études pour devenir architecte , et elle vie dans un appartement à St Augustin très lumineux.
    Aujourd’hui elle à rendez-vous au restaurant avec Yann et ça mère pour les remercier de l’avoir aider car maintenant sa vie a totalement changé.

  10. Christelle77 says:

    Tel Ulysse, rentrant chez lui épuisé après un si long voyage, j’ouvrais de nouveau mes yeux. J’observais la pièce pour tenter de reconnaître un lieu précis. Des tuyaux, un goutte-à-goutte, des murs blancs. J’étais donc… je n’eus pas le temps de finir ma pensée qu’une infirmière entra.

    – Vous voilà revenue parmi nous ! Est-ce que ça va ?

    Avec difficulté, comme si ma voix émettait un son pour la 1ère fois, je prononçais quelques mots : « Nina 75 … où est Nina 75? ».

    L’infirmière ne comprenait pas. Personne ne s’appelait ainsi dans cet hôpital. Elle changea le goutte à goutte puis me proposa de me rendormir un peu, afin que je retrouve mes esprits. Derrière la porte, j’entendais faiblement des murmures d’inquiétude et le nom de « Nina » répété plusieurs fois de façon interrogative. Vraisemblablement, personne ne la connaissais. Le soir, l’infirmière de nuit entra dans ma chambre.

    – Bonsoir, est-ce que vous vous sentez mieux ?
    – Il faut que je vois Nina 75…
    – C’est moi-même… enfin, c’est le surnom que j’ai choisi sur un blog, surnom que personne ne connaît ici. Mais comment me connaissez-vous ?
    – Je ne sais pas… C’est mon oncle qui m’a dit de vous demander.
    – Ah bon ? Mais où est votre oncle ?
    – Il est mort il y a 10 ans… Mais quand j’ai voulu entrer dans la lumière, il m’a dit : « Ce n’est pas encore le moment de rejoindre tes chers disparus. Tu as une mission qui t’attends et que je vais te dévoiler. Tu as connu l’enfer dans la première partie de ta vie. Mais cet enfer-là va te servir à aider ton prochain, aider toutes ces femmes qui sont dans la situation dans laquelle tu te trouvais il y a encore quelques jours. Tu raconteras ton expérience et on t’écoutera parce que tu as toujours eu ce don pour trouver les mots justes. Certes, tu as oublié cela en quittant le monde de l’enfance et en rencontrant un homme qui t’a aveuglée. Tu as oublié… et tu t’es oublié. Mais une merveilleuse chance t’es donnée aujourd’hui d’accomplir ta réelle destinée. Le long chemin qu’il te reste à vivre sera beau, tu vas enfin rencontrer le bonheur, la paix, la gentillesse, le véritable amour… Et tu partageras tout cela avec les gens qui seront dans la détresse. Mais en attendant, il te faudra reprendre un peu du poil de la bête ! Une femme t’y aidera. Elle s’appelle Nina 75. Sa joie de vivre, son altruisme, son empathie te guideront. Allez, retourne dans le monde des vivants. Et la prochaine fois, promis, je te tiendrais la main pour traverser vers l’éternité. Va ! Et vis heureuse ! ».

    Nina 75 ne semblait pas surprise par ces paroles. Alors dans ce sourire qui la caractérisait tant, elle me tendis la main et me dit : « Je m’appelle Sabine. Et je serai ravie de vous aider, afin que vous puissiez enfin accomplir ce qui doit être. Et puis, bienvenue au monde !! ».

  11. Pascale says:

    Au réveil, il est 6 heures du mat’
    J’ai dormi … depuis très longtemps,
    Je ne sais plus très bien, je ne sais plus comment ni pourquoi je suis là,
    J’ai perdu la notion du temps …
    Le jour se lève, j’entends le doux chant des oiseaux
    Une lumière chaleureuse m’accueille à travers les rideaux
    La ville se réveille doucement comme si rien ne s’était passé
    Pourtant, seule, avec comme décors un plafond blanc, je comprends ma situation …
    Je ne sens plus mes jambes … elles sont molles, rien ne bouge. J’ai l’impression que mon corps est lourd et différent
    Tout me revient alors en images : le bruit des sirènes, les voix, les termes glacés me parviennent
    Une voiture m’a percuté de plein fouet !
    Le temps d’une chanson, je suis partie …
    J’étais bien entre deux mondes… « là-haut » c’était beau
    Mais
    Ce n’était pas mon heure, je l’ai entendu devant ce tunnel où la lumière jaillissait de partout
    Pourtant, dans cet espace, j’avais le choix … et …
    j’ai choisi de vivre !
    J’ai choisi de vivre parce que je le voulais
    Je voulais poursuivre ma vie, celle que j’avais choisie bien avant ma naissance
    Le jour de l’accident je me souviens,
    j’allais à la FAC …
    de médecine,
    ma mère m’y avait obligé alors que je ne voulais pas y aller …
    Je voulais être médecin et soigner les gens, peu importait où
    J’étais sans frontières
    Aujourd’hui, je suis heureuse
    Depuis l’accident, j’ai terminé ce que j’avais commencé : je suis devenue médecin en Centre de rééducation fonctionnelle
    Je me sens à l’aise avec les patients puisque je suis comme eux
    Je les comprends mieux que quiconque et suis à même de répondre aux interrogations de chacun
    Mais surtout un jour,
    la vie m’a apporté un beau cadeau,
    je suis devenue maman …
    même en fauteuil roulant

  12. Nurse 24 says:

    Durant cette semaine de sommeil forcée, elle fit des rêves étranges. Des rêves où son esprit vagabondait dans ses montagnes bulgares, dont l’air frais titillait ses narines. Ça sentait la liberté. Elle se vit même rentrer chez elle, dans la maison familiale où sa maman et sa grand mère préparaient des boreks. Que ça sentait bon la feta ! Des légumes du soleil étalaient sur la table de la cuisine remplissaient l’endroit de couleurs chatoyantes et généreuses.
    Puis, petit à petit, des bruits saccadés devenant progressivement forts et intenses envahissaient ses oreilles. Ces bruits mélangés de sons différemment rythmés l’extirpèrent de sa montagne. La lumière naturelle de son rêve s’envola. Elle ouvrit les yeux et découvrit d’innombrables lumières bleues, jaunes, blanches et rouges, éparses se reflétant dans une vitre. Puis elle commença à ressentir son corps et à se le réapproprier. Elle bougea les mains….puis l’angoisse la submergea…ses mains étaient attachées ! Le rythme cardiaque s’emballe tels les sabots d’un étalon au galop de plus en plus vite faisant accélérer les bruits de plus en plus forts. Une douleur et une gêne horribles tapissaient sa gorge au point de ne plus pouvoir parler. Cette sensation que sa misérable vie n’en finissait pas. Son corps se débattit de toutes ses forces.
    Les alarmes du scope d’où elle était branchée, le son du respirateur d’où elle était reliée chantèrent d’une musique abrutissante. Voilà que deux femmes entrèrent d’un calme olympien à l’opposé de son état. Des mains lui caressaient les siennes, d’autres le front et la joue. Ayant évalué son état de conscience, elle était revenue parmi nous! L’infirmière lui expliqua d’une voix douce et rassurante qu’elle se trouvait en réanimation après une opération chirurgicale. Que sa gêne dans la gorge était liée à sa sonde d’intubation l’aidant à respirer durant son coma artificiel, que les fils du scope surveillaient ses constantes vitales et que les attaches aux mains étaient là pour la contenir et la protéger d’éventuelles maladresses d’un mauvais réveil. Après accord médical, l’extubation fut effectuée par cette infirmière.
    « nous sommes là avec vous, vous êtes confortablement assise, vous inspirez profondément puis soufflez très fort!!!!! Soufflez soufflez, bien bravo mademoiselle !!!!!!! » Elle toussa de longues minutes jusqu’à réaliser qu’elle respirait par ses propres moyens. Ses mains se libèrent alors de ces affreuses attaches. Sa voix encore fragile émet un son rocailleux mais elle parlait! Elle revit vraiment!!!
    Fatiguée mais ne voulait pas se rendormir. L’infirmière prit la peine de s’assoir prêt d’elle. Il est temps de lui expliquer la suite. Le corps meurtri, elle comprit que son ventre ne serait plus le même et gardera les cicatrices d’un passé douloureux. L’image d’elle même qui n’était alors déjà pas grand chose à ses yeux, s’enfonçait dans une spirale infernale. Une intimité encore bafouée…
    L’infirmière me rassurait, des mots gentils que je n’avais pas entendu depuis une éternité, un sourire radieux mais surtout vrai et sincère. On s’occupait enfin de moi. Du professionnalisme oui, du don de soi c’est certain! Des anges aux yeux cernés mais dont le regard remplissait mon cœur d’un optimisme jamais ressenti depuis son départ de Bulgarie. Pourquoi ? Elle ne savait pas mais c’était cela qu’elle ressentait.
    Après quelques jours en réanimation, son transfert devenait imminent en service de chirurgie. Elle ne voulait pas quitter ces mains de fées. D’autres fées allaient s’occuper d’elle.
    Arrivée dans sa nouvelle chambre, elle découvrit sa voisine de chambre, Colette. Une vieille dame rayonnante malgré la noirceur de sa maladie. Elle apprenait à nouveau à s’occuper d’elle et de son corps. Les jours au côté de Colette installèrent une amitié des plus profondes. Chacune racontait sa vie, elles s’écoutaient, se soutenaient quand la douleur apparaissait ou à chaque fois que le repas servi de l’hôpital arrivait dans leur chambre. Deux amies qui semblaient se connaître depuis toujours. Un jour, Colette désapprouvait encore une fois l’interdiction d’avoir des fleurs dans la chambre. Les fleurs ça lui manquait à Colette. Elle était fleuriste et avait sa propre boutique où son employé gérait l’intendance en attendant que Colette reprenne des forces. Mais quelle gérance fustigeait la Dame aux Lys! Les lys, ces fleurs préférées. Des fleurs au parfum noble et vertueux dont Colette faisait souvent l’éloge. Une fleur à l’emblème de l’amour pur et de l’innocence, symbole de la noblesse des sentiments, aux couleurs variées ramenant à la passion, à l’affection, à la tendresse, à l’amitié, à l’enthousiasme ou au désir. De véritables sentiments de vie que voulait transmettre Colette à son amie au passé aussi épineux qu’une mauvaise herbe….
    « comme une fleur ne suffit pas pour tresser une couronne, mais une amie suffit pour faire un jardin, je te veux comme apprentie et tu reprendras le flambeau! »
    « Bienvenue dans ta nouvelle vie ma petite, ce monde t’appartient autant que n’importe qui, fais de toi une femme heureuse et épanouie.
    Tu en as le pouvoir et la force. On vit tous des moments douloureux, ne jamais éteindre la lumière qui jaillit en toi…
    Et comme disait Ronsard…cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie »

      1. Sabine Thierry says:

        Excellent les amis,
        je me suis régalée, beaucoup d’imagination et d’application.
        Pas un texte ne ressemble à un autre , chapeau!
        Les autres, il vous reste aujourd’hui si le cœur vous en dit…

  13. Pascale says:

    Parce que j’ai un train de retard … alors je l’écris ici
    c’était chouette votre émission de radio j’adorai vous écouter parce que c’était inédit, l’ambiance était chaleureuse et prometteuse et il y avait toujours des enseignements à découvrir à travers vos échanges, c’est encore d’actualité avec le blog ! Donc Merci à vous !

  14. Nurse 24 says:

    Bravo à tous pour vos suites, j’ai lu tout d’un trait, pas eu besoin d’ouvrir mon livre ce soir!
    Plus le temps passe, plus le blog empreinte un chemin digne de vie, que la lumière fut!
    Douce nuit 😴

  15. Christelle77 says:

    Mais oui, que de belles histoires ! C’est bien quand la roue tourne n’est-ce pas et quand la lumière apparait alors qu’on ne croyais plus en rien !

  16. Lili says:

    Je rejoins Josiane et j’attends une suite.;;;-)
    J’en profite pour un petit retour sur 2 films que j’ai regardé hier enfin !!

    Madre : vu en VO bien évidemment, je confirme, avoir l’estomac bien accroché. J’ai aimé l’intrigue tant que c’était subjectif, après j’ai moins accroché…et puis j’avais envie de coller des baffes au mari et de lui dire à la Madre de prendre ses jambes à son cou avec ou sans son fils d’ailleurs…

    Sunday’s illness (la enfermedad del domingo) : les images sont sublimes, j’ai eu un peu peur des longueurs au début et en fait pas du tout. Les personnages sont également très esthétiques et captivantes, j’aime beaucoup la fin malgré tout…

    Je vais à présent espérer un peu plus de légèreté avec Dressmaker si je le trouve et je tenterai demain Invisible Guardian et Una.
    Encore merci Sabine pour vos propositions culturelles ! Bon Week-end à tous

  17. Lili says:

    Suite des retours sur les films :
    Una : ce film prouve une fois de plus qu’il faut cesser de juger, l’être humain fait ce qu’il peut…

    Invisible Guardian : j’ai adoré l’intrigue, les décors naturels de la partie profonde basque espagnole, les lumières. Tant que l’intrigue était là, j’étais dedans, déçue par le dénouement final mais en même temps je n’attendais rien sinon être prise par l’intrigue elle-même.

    Dressmaker : TOP ! Cruel et drôle parfois mais très bien. J’adore Kate Winslet, elle y joue superbement bien, sa présence y est pour beaucoup. La vengeance est un plat qui se mange froid, le processus de la mémoire yest exposé, la singularité d’une femme qui s’assume mais quand même, pourquoi le sort s’acharne-t-il…

  18. Nurse 24 says:

    Dressmaker… vu! Kate winslet splendide comme d’habitude, la classe 😍 qui évoque avec brio le glamour de toute une époque dans un village loufoque. Un drôle de film car son genre, mélange entre comédie et drame…voilà une recette gagnante. De la mélancolie, du grain de folie. Des thèmes intéressants émergent mais qui auraient gagné d’être approfondis comme le regard des autres, le jugement, l’esprit étriqué de villages bien campagnards, l’émancipation…on s’attache très vite au personnage de Winslet à qui on souhaite de réussir mais….comme dit Lili pourquoi le sort s’acharne….en tout cas, on ne peut qu’admirer sa force de caractère et l’envie impérieuse d’aller de l’avant.
    À voir! Merci Sabine!
    J’ai été au cinéma, encore! et vu « un peuple et son roi », retraçant subtilement l’exercice du pouvoir royal et démocratique. On plonge de suite dans la Révolution française qui dresse un portrait sensible du monarque face à sa chute et à l’émergence d’un peuple suffocant. La souffrance de part et d’autre où la communication est difficile voire impossible malgré son importance. La naissance de l’Assemblée Nationale dont certaines scènes retracent l’Histoire avec Robespierre, Marat….et surtout, c’est dans la figuration du peuple, merveilleusement uni, solidaire, droit, honnête, courageux, uniquement soutenu par des liens d’amour et de transmission, la place de la femme est enfin soulevée dans cette Révolution! Le destin croisé du peuple et des figures historiques sur un fond d’ombre et lumière … qui tente de donner une identité, une âme au peuple dont il émerge une conscience politique, une émancipation et la naissance de la citoyenneté avec une pléiade de bons comédiens. Un film qui retrace 3 années d’Histoire entre la chute de la bastille et celle de la tête du roi mais qui survole trop vite les événements donc révisez avant d’y aller!
    Je vous le recommande.
    Une Nurse qui laisse ses seringues et ses aiguilles pour se distraire, le plaisir des yeux et de l’esprit.
    À bientôt

    1. Sabine Thierry says:

      merci pour votre retour.
      En ce moment absente, je me concentre uniquement sur mon livre,
      je reviens vers vous très vite.
      Ne vous gênez pas, relisez le blog depuis ses débuts et réagissez ici, je vous lis.

    2. Nurse 24 says:

      Coucou Sabine!!! Comment allez vous! Il reste de l’encre dans votre stylo? 😁💪
      Je voulais partager ici avec vous un morceau d’interview de Kate Winslet justement!!!! Que je viens de lire. Je la savais adepte de la non retouche sur ses photos et vidéos de pub dont elle a signé une clause de non modification dans ses contrats et voilà ce que je lis « La beauté, c’est avant tout quelque chose qu’on porte en soi et qui vient avec l’âge. La beauté provient de la force, de la confiance en soi et de sa propre féminité. On est belle lorsqu’on croit en ses propres qualités et qu’on garde une attitude positive. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais je suis persuadée que la taille ou la forme de notre corps n’a pas vraiment d’importance. Peu importe à quoi on ressemble : la beauté est une ressource intérieure. »
      En plus d’être belle et raffinée, elle donne une image responsable envers les plus jeunes et ainsi aident à donner confiance à quiconque !
      La beauté vaut mieux que ce qu’on lui donne !
      Bon courage à vous , je sais ô combien le travail est dur , prenez tout le temps qu’il faut, l’important est le plaisir que vous en tirez!
      Pensées affectueuses Sabine

  19. Nurse 24 says:

    Je suis ravie que vous preniez du temps pour vous ! Comme moi cette semaine… le silence a du bon parfois!
    Avec du manque, le retour ne sera que meilleur!!!!
    À bientôt et quand vous voulez vous!

  20. Nam says:

    3 mots suffisent. Prenez le temps, je comprends qu’il est précieux.
    En attendant, lorsque j’entends la chanteuse Angèle, obligée que j’ai une petite pensée pour quelqu’un…

  21. Sonia M says:

    Réagissez ici. ….
    Donc je suis revenue sur la rubrique « Mon carnet de bord « ….
    J’ai constaté combien mettre des mots sur votre vision de ce voyage était important comme si ça permettait de mieux appréhender les paysages, les personnes ,les situations, les ressentis. …voir encore mieux. ..et garder une trace.
    Alors je vais vous copier 😉.
    Voilà c est sur, nous tous fin prêts, nous partons sur les pas de notre Papa le 03 novembre pour une semaine.
    Je suis impatiente de découvrir toutes les personnes qu il a connu, les lieux qui l on tant emu ,découvrir son Maroc ….
    Et je garderai tout dans mon cahier rouge.
    Celui où j écris depuis que je sais qu’il est malade.

    En attendant le départ, je vais repartir en Afrique du Sud, suivre à nouveau vos pas.

  22. Sonia M says:

    Bonjour Sabine
    Petit retour en arrière sur le blog ce matin. ..
    Histoires courses.
    Les carnets noirs de la voyance.
    13 novembre 2017.
    J’ai lu le livre et j’ai une question. …
    Nos animaux morts peuvent ils vous donner des « informations ?

      1. Sabrina PO says:

        Peut-être que l’on aurait tendance à penser que vous n’êtes concentrée que sur l’écriture de ce nouveau livre et du coup que vous ne faites qu’écrire !!!
        Bien sûr que non car vous avez une vie bien remplie. .. Je pense !!
        C’est pour cela aussi que je n’ais pas donné une suite à mon interrogation sur le mail… parce que je me suis dis que vous deviez soit être partie quelques jours soit être très occupée ..
        Tant pis pour moi je n’ais pas eu ma réponse et du coup je crois avoir fais un mauvais choix !? 😱
        En tout cas Sabine je suis ravie de savoir qu’un nouveau livre va « naître » de ce fait, Je l’attends avec curiosité et très grand plaisir !

  23. Sabrina PO says:

    Quelque part dans une clinique, au service maternité, dans la salle d’accouchement, une femme donne la vie … C’est un beau bébé et c’est une petite fille .
    Elle la nommera Victoria.. Un prénom qui lui ira bien car il y a eut de graves complications durant la grossesse de sa maman et celle-ci à dû être suivie étroitement durant les 8 mois et demi de gestation jusqu’à son accouchement déclenché, un moment où elle craignait que son bébé ne survive pas.
    Après les examens d’usages pratiqués par le personnel soignant sur la maman et le nourrisson, on lui posa son enfant sur la poitrine.. malgré les épreuves endurées toutes les deux elles allaient bien .
    Les années ont passé, Victoria était une belle jeune femme d’une trentaine d’années qui à toujours dû batailler pour y arriver sans abandonner , son équilibre elle le devait à une mère aimante et son bonheur qu’à elle-même.
    Dans le fond de ses yeux, on pouvait deviner une tristesse qu’elle ne se comprenait pas elle-même.. et cette sourde douleur fantôme qui lui lancinait le ventre de temps à autre.. ça non plus elle ne le comprenait pas malgré tous les examens médicaux pratiqués, il n’y avait aucune cause… Peut-être alors les cicatrices invisibles d’une ancienne vie, à une autre époque… Quelque part.

  24. Sonia M says:

    Sabine
    J arrive tout droit de votre Afrique du Sud. …
    J’ai souri, j’ai pleuré, hurlé à l injustice, j ai été éblouie par la lumière, je me suis laissée enveloppé par la brume de Misty Cliffs, j’ai flâné au milieu des cabanes colorées du quartier Bo Kaap. …..
    Bref je me suis faite embarquer encore une fois par vos mots, vos yeux ,vos émotions.
    Alors c est vrai que comme beaucoup sur le blog, j attends votre prochain livre. …
    Peu importe le temps que cela prendra !
    Je sais déjà qu il ne me laissera pas indifférente !
    Généreuse jusque dans vos écrits.
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *