Atelier d’écriture…épisode no 2.

Tout commence au petit jour,

la mer est déchaînée.

Le ciel est haut, d’un bleu délavé,

les nuages nonchalants filent dans le vent,

les tourterelles saluent de leurs cris le tout petit matin qui pointe,

leurs ombres volent dans le ciel sale.

Dans cette fin de nuit grisâtre, elle perçoit par la fenêtre les arbres qui plient.

Il n’y a rien d’autre que le silence….

 

C’est une fille de la France d’en-bas,

une fille avec une face cachée…une fêlure.

Elle a toujours affirmé sa personnalité  et a aimé comme elle voulait,

comme les chats, elle choisit seule son panier.

Elle vit seule et vient d’emménager dans une maison où elle n’a pas fini de déballer ses cartons.

Elle ouvre un tiroir et regarde une photo en noir et blanc….

un monde les séparait dorénavant, infranchissable et dont les frontières ne méritaient même plus d’être franchies.

Elle tire les rideaux, enlève son pyjama et prend une douche afin de se débarrasser de toute cette sueur qu’elle sentait coller à sa peau.

 

Comme vous l’aurez compris un épisode no 3 s’impose,

je vous l’écris très vite.

Quand à vous , écrivez comme moi votre épisode no 2 qui fera suite à votre premier post.

Bon courage mes petits apprentis…

17 Commentaires
Partager:

17 Commentaires

  1. Lili says:

    Revigorée, elle sort de la douche. Elle s’assied sur le bord du lit et sèche ses cheveux en les frottant dans la serviette. Son regard se porte à nouveau sur la photo dans le tiroir resté ouvert. La photo a été déchiré puis recollée avec du scotch.
    Une femme brune, au sourire radieux se tenant près d’un homme brun au regard perçant et un air mal-à-l’aise. Au milieu se tient une petite fille.
    Parce que son père avait déjà un foyer, elle en a été privé, comme si on lui avait coupé le bras ou crevé un œil, toute sa vie.
    Parce que sa mère n’a cessé d’espérer, Manuela ne s’est jamais attachée à aucun homme et les a consommé comme on consomme un bonbon dont on jette l’emballage sitôt son contenu croqué.
    Parce que sa mère Térésa est morte et que son père a toujours veillé à ce que son histoire adultérine n’éclabousse jamais sa vie, elle a décidé à présent d’enterrer son ancienne vie pour renaître dans le lieu vierge de toute connaissance.

  2. Ma rtine says:

    Au jour elle préfère lui nuit d’ailleurs elle a toujours été insomniaque ; elle regarde cette photo en noir et blanc ; le mariage de ses parents , elle s’imagine en mariée mais elle n’y crois plus le bonheur elle, elle le pique quand elle veut et avec qui elle veut

  3. Sonia M says:

    Il n y a rien d autre que le silence ….
    La nuit laisse doucement la place au lever du soleil ….Lorsque soudain ….
    Un hurlement ….sorti de nul part envahit l espace et le temps !
    Puis plus rien .
    Dans un premier temps, pétrifiée par ce cri, elle est incapable de bouger.
    Toutes sortes d idées se bousculent dans sa tête.
    Après quelques minutes, elle retrouve ses esprits et se décide à agir.
    Elle pose sa tasse de café, enfile un chandail sur son pyjama, prend son téléphone et sort de la maison.
    C’est à pas feutrés qu elle avance sur les dalles du jardin jusqu’au portail.
    Mais elle n a pas le temps de l ouvrir qu une femme se jette sur elle. ……

  4. Carole says:

    Elle se sert un whisky avec de la glace.
    Elle écoute le silence.
    Elle aime être seule, respire un bon coup, fait le vide dans sa tête
    Comme pour laisser de la place à quelque chose de nouveau.
    Elle est à l’écoute d’Elle même
    Pour savoir quel prochain pas elle va décider de faire

  5. Domino says:

    Instantanément, l’air frais sur ses joues lui fait du bien. Le parfum iodé qu’elle aime tant s’engouffre dans ses narines et lui procure un bonheur intense. Elle est heureuse ! Elle a passé la nuit à réfléchir à sa relation avec cet homme, qui paraît il, n’est pas fait pour elle … Mais aujourd’hui, en ce moment, sur cette plage, elle sait.
    Son coeur se gonfle quand elle pense à lui. Il est si tendre, … et si fougueux à la fois … si gentil et attentionné… et capable de colères assez violentes. Jamais contre elle, contre les injustices du monde, les maltraitances diverses … Elle aime aussi ça chez lui.
    Elle marche en respirant à plein poumons, savoure l’instant et la certitude d’avoir pris la bonne décision.

  6. sylvie méditerranée says:

    Le jour pointe son bout son nez.
    Elle a mis sa tenue de sport puis elle saisie son portable et ses deux oreillettes , met ses baskets et ferme la porte doucement de la maison endormie .
    Dehors pas un bruit, elle lève la tête en scrutant le ciel les nuages sombres défilent sous ses yeux .
    Hausses les épaules puis s’éloigne en faisant son footing comme tous les matins , au bout du chemin elle prend un sentier l’amenant le long de la plage, elle continue à courir tout en écoutant un fond de musique.
    Mais ce matin la mer est toujours aussi déchainée portant son lot de vagues déferlantes jusqu’aux pieds des falaises et laissant derrière elle une écume échouant le long du rivage dans une atmosphère glacial.
    Maintenant cela fait presque une bonne heure quelle court à petite foulé , surprise elle décide de rebrousser chemin.
    Arrivée au pas de sa porte toute transpirante,elle entre dans la maison où un silence règne en maître , elle longue le couloir l’amenant à la salle de bain mais des cartons se bousculent devant la porte du salon , puis soudain une photo est là poser sur un coin du meuble ,elle saisie celle-ci, en arrière plan une maison avec des massif bordant l’allée ,et juste à quelques mètres une famille prenant la pose et à peine souriante .
    Des souvenirs la submerge….
    Tout à coup un sifflement venant de la cuisine l’interrompre la bouilloire lui signal que l’eau est chaude pour le thé.
    Elle le laissa infuser, puis enfin se dirigeant en direction de la salle de bain pour une douche bien mériter.

  7. Nam says:

    Telle cette nature, le soleil après la pluie résume bien sa vie.
    Elle reprend le cours de sa vie.
    Aujourd’hui, la presse et la Télévision sont là… auprès d’elle !
    Elle esquisse un grand sourire, vous savez… celui du soulagement d’être enfin reconnu.
    Un long combat ou parcours l’attend encore, mais elle en a gagné une part.

    Là, elle a changé de coupe de cheveux signant l’avenir du renouveau.
    Elle vient de se faire maquiller pour le fun et pour… la première fois de sa vie !
    Et elle a ses tresses collées au crâne parce que… elle aime ça!

  8. Christelle77 says:

    Post 1 : Un silence lourd. Un silence de mort… pourtant assourdissant tant il contraste avec la vie qui bat son plein à l’extérieur. Sur la table de chevet, un verre vide. Au sol, un livre git. Ses pages semblent avoir été arrachées, lasserrées au point d’être devenues illisibles. Sur l’une des lamelles on distingue pourtant « Le horla » de Maupassant…
    Post 2 : Dans le village, on raconte que la maison que cette femme vient d’acheter est hantée par une forme faite d’eau qui a rendu fou tous les propriétaires… comme dans le célèbre roman de Maupassant. Marie, elle, avait flashé sur cette maison quand elle était enfant. Elle y était entrée avant que la commune ne la rénove pour la vendre. Elle s’était alors dit : un jour, quand je serai grande et que j’aurai de l’argent, je viendrais vivre ici. A 40 ans, elle venait enfin de pouvoir s’offrir la maison de ses rêves. Pourtant, tout le monde l’avait dissuadée. En effet, les 20 propriétaires qui l’avaient précédemment achetée étaient soit enfermés dans un asile… soit au fond de l’océan, poussé par le fantôme disaient certains. Mais Marie, elle, ne s’inquiétait pas. Assise devant la fenêtre, dans le silence, elle attendait…

  9. Rabia says:

    Elle finît par céder sous la pression du vent.
    Attirée par le bruit, elle quitte son lit douillet et se dirige vers la porte d’entrée.
    Les feuilles mortes ont envahies le hall.
    Elle souffle car elle n’avait pas prévu de faire du ménage ce matin.
    Elle referme la porte à clé cette fois et commence à nettoyer le sol jonché de feuille.
    Son regard est soudain attiré par un papier blanc plié en quatre.
    Elle prend place confortablement assise dans son fauteuil, et commence la lecture de ce petit mot découvert au milieu des feuilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *