Atelier….

Aujourd’hui ce n’est pas moi que vous lirez sur le blog parce que je vous invite pour une fois à m’écrire une chronique.

Faites comme moi regardez autour de vous et écrivez moi un texte sur ce que ça vous inspire, même si vous restez au lit parce que dehors il fait froid, qu’est ce que votre solitude vous inspire? Écrivez une première page de votre journal, et surtout prenez votre temps parce que moi pour vous lire je le prendrai.

Mettez vos mots sur vos émotions, soyez vous même sans devoir être sous l’influence de qui que ce soit, surtout pas de moi.

J’ai hâte de vous lire, comptez sur moi pour réagir à chacune de vos lignes…

100 Commentaires
Partager:

100 Commentaires

  1. Nurse 24 says:

    Il est 8h30, il fait froid, le ciel voilé sur ce lieu où le silence règne en ce dimanche. Cet endroit d’ordinaire rempli d’une jeunesse naïve mais pleines d’espoirs.
    Soudain, j’entends arrivé le fourgon dans la cour du lycée puis le deuxième, la voiture du chef en tête.
    À présent, nous sommes tous rassemblés, mon équipe et moi pour la manœuvre pompier qui démarre dans la joie et la bonne humeur.
    Il fait froid mais nos rires nous réchauffent.
    Apparemment il est décidé que l’infirmière de l’équipe va être mise à rude épreuve 😁… le casse croûte à la pause de tout à l’heure sera pour nous l’occasion encore une fois de se serrer les coudes et de se soutenir autour d’une bonne confiture de cochon!
    Pas l’âme poetique ce matin, déjà concentrée dans le travail…
    Bon dimanche les blogueurs!

    1. Sabine Thierry says:

      Pas toujours besoin de poésie, quelques mots…une ambiance, un instant, une nurse quelque part et le tour est gagné, merci.
      J’ai un peu peur Christelle se prépare et il va falloir que j’en lise une tonne…non il me tarde.

  2. Josiane says:

    Pas facile comme exercice surtout après vos textes….
    Ce matin,je vs écris depuis mon lit,réveillée à 6h,je me suis levée pour prendre mon petit déjeuner,il fait encore bien nuit,je n’ai meme pas ouvert les volets pour regarder si la lune brillait autant que hier soir,j’ai pris ma tablette et hop,je me suis reglissee ds les draps encore tout chauds,c’est mon moment a moi,j’aime bien me retrouver seule….je commence à lire la météo,quelques infos du rugby puis je prends le temps d’aller sur le blog…pas un bruit’,je naime pas avoir du monde autour quand je vais sur le blog…….je relis tjs le texte de la veille pour voir s’il y a de nouveaux commentaires, parfois je commente de nouveau,je regarde si Sabine a écrit ,ce matin il n’y avait rien et deux minutes après comme par magie ma boîte mail me signale que sabine ns a écrit… alors vite je regarde ….aujourd’hui « Atelier ».déjà,je me dis qu’il va falloir travailler……😊.je savoure le texte, mais en même temps pressée d’en connaitre le contenu….bon .je préfère lire les textes de Sabine,l’écriture c’est pas vraiment mon truc….
    Voila ce que j »avais envie d’écrire de bon matin…maintenant je vais pouvoir ouvrir les volets de ma chambre,le jour se lève,prête pour démarrer la journée

          1. Josiane says:

            Ah,oui en effet pas très loin de chez ns, argelez
            Gazost je connais pas tres loin de Tarbes,lannemezan,vs venez faire du ski pour les vacances je suppose

  3. sandrine says:

    C’est samedi aprés midi le ciel est gris le soleil a du mal a percé les nuages il fait un petit vent l’air est frais j »hésite a sortir pour aller me balader je tourne en rond ne sachant que faire et puis enfin je me décide a sortir,j’enfile mon manteau mes gants je sors de la maison pour rejoindre le sentier .Je me retrouve dans la forêt au milieu des arbres je ne pense a rien je continue j’ai n’ai pas froid je ne regrette pas d’être sorti.Je retourne vers la maison contente de ma promenade.Bon dimanche a vous tous.

  4. Tatie momo says:

    Je m arrêterai sur l illustration : cet acte d ‘état civil ancien. Je suis familiarisée de ce genre de document, je fais des recherches généalogiques sur notre famille!
    Je lis, relis, cherche d’un côté, de l autre , je remonte assez loin dans l état civil de mes ancêtres! Mais comme je n ai pas tout lu encore et que certains documents ne sont pas disponibles sur internet via les sites des archives départementales je vais continuer à chercher pour trouver enfin…j espère.
    Cela prend un temps fou mais cela me plait , c’est comme faire une enquête. On espère toujours percer un secret! L’état civil officiel est une chose mais la réalité bien souvent est tout autre!
    On s’imagine aussi avec les noms, prénoms que l on decouvre, ce que devaient être leur vie…
    C’est aussi émouvant de savoir que nous sommes les descendants de toutes ces générations !
    Bon dimanche !

      1. Tatiemomo says:

        Oh excellente idée !
        Un grand oncle , Emile, frère de mon grand père est mort en décembre 1942 pendant la guerre d’un accident de vélo.
        Voici l histoire que je m imagine:
        Né en 1899, il vivait avec ses parents, son frère( mon grand-père), sa belle soeur( ma grand mère) et une horde de neveux , de nièces, neuf au total. Il était célibataire travaillait la terre avec mon grand-père. Son drame est qu il était tombé éperdument amoureux de ma grand -mère des son arrivée dans la maison sans jamais lui avouer , Ma grand mère était une belle femme malgré ses neuf grossesses, au caractère bien trempé mais qui elle, ne voyait que par son mari.
        En 1942 à la naissance du dernier enfant de mes grand parents, Émile décida de parler à ma grand mère et lui fit des avances. Elle les repoussa mais se confia à mon grand père qui fou de colère le chassa de la maison. Il prit son vélo et partit pendant la nuit. On le trouva mort le lendemain dans un fossé . Tout le monde parla d’accident mais je pense qu’il s était suicidé fou de chagrin.
        (Tout cela n est que le fruit de mon imagination )

    1. Christelle77 says:

      En gros Monique, tu joues les archivistes pour mieux connaître ta famille ! C’est super !! Pourquoi ne pas partir en vacances dans les départements où tu as besoin de consulter des documents ? Tu fais d’une pierre deux coups : tu en apprends plus sur ta famille et les villages où ils ont vécu et tu découvres la France en même temps ! … Sinon, il y a des sites de généalogie (assez controversés par les archivistes) car ils récupèrent gratuitement des documents numérisés par les archives départementales ou municipales et en font une indexation aux noms individuels, ce qui est bien plus rapide pour trouver ce qu’on cherche (surtout quand on a très peu d’info au départ) ! La plus-value qu’ils apportent est bien sûr payante !
      En tout cas, tout à fait d’accord avec l’émotion que ces documents procurent. Ce sont des petits bouts de vie qui sont entre nos mains, parfois drôles, souvent émouvant, avec ou sans fautes d’orthographe, des traces des us et les coutumes de nos ancêtres… Vive les archives ! lol

  5. Christelle77 says:

    Depuis septembre dernier, mes week end sont consacrés à plusieurs activités : ne rien faire (sans culpabilité aucune !), bouquiner ou regarder des bêtises à la télé. Mais il y a néanmoins un point clé important chaque samedi et chaque dimanche : visiter un musée, aller voir une exposition, faire une visite-conférence d’un quartier de Paris. L’esprit libéré de mon passé d’enseignante (et des devoirs scolaires qu’il y avait à faire), je peux enfin profiter de « la plus belle ville du monde » et tenter de voir tout ce que je n’ai pas vu en 15 ans… et il y en a des choses à découvrir ! Je peux me repaître du Beau, voyager à travers les siècles sans machine à remonter le temps. Pour la première fois de ma vie peut-être, j’aime même les dimanches !!!

    Hier, j’ai bêtement choisi une visite de l’exposition « Venise » au Grand-Palais, ayant totalement oublié que les gilets jaunes seraient dans les parages… accompagnés d’une armada de CRS pour empêcher les débordements. Hier, deux mondes se sont entrechoqués : l’inquiétant Paris du peuple en colère et l’éblouissante Venise au zénith de sa gloire artistique.
    Dehors, les lumières bleues et les sirènes des camions des CRS, les klaxons des voitures, les voix fortes d’un peuple tentant de se faire entendre des gouvernants, les invectives proférées à des CRS qui n’ont rien demandé (mais qui répondent pourtant très aimablement à tous ceux qui, comme moi, cherchent la marche à suivre pour contourner les barricades plantées par les uns ou les autres). A l’intérieur, la pénombre d’une mise en scène cherchant à recréer l’atmosphère particulière des ruelles vénitiennes, le calme des visiteurs, les commentaires en sourdine pour s’extasier face à l’immense et émouvante beauté d’une sculpture dont le visage est recouvert d’un voile qui semble presque réel (la sublissime « Allégorie de la foi » d’Antonio Corradini) !
    Dehors, on navigue entre des gilets jaunes fluo (que personne ne voulait mettre avant vu leur laideur !), le noir des uniformes des CRS en arme et les masques pour se protéger des éventuels gaz. Dedans, les costumes du XVIIIème siècle, les douces couleurs pastels, la finesse des dentelles, les masques de carnaval.
    Dehors, la célébrissime Tour Eiffel semble brisée en deux à cause de la brume (ou des gazs lacrimogènes ?). Dedans, les monuments célèbres de Venise sont peints baignés de lumière et resplendissent !
    Enfin, dehors, la Seine semble bien triste en cette journée pluvieuse et glaciale et les bateaux-mouches bien peu nombreux. Dedans, les canaux vénitiens sont remplis de gondoles et le bucentaure est là pour célébrer le mariage du Doge avec la mer devant une foule nombreuse et joyeuse !

    Aujourd’hui, dimanche, j’irai de nouveau au musée, parce que je préfère la beauté des chefs-d’œuvre artistiques (même si ils décrivent ne réalité souvent idéalisé ou rêvée) à la réalité d’un monde que je trouve bien laid !

    1. Sabine Thierry says:

      Excellent, je regrette d’avoir déjà terminé.
      Vous avez réussi à m’amener loin et de n’avoir qu’une envie…celle d’être près de vous pour que vous serviez de guide, même si vous ne vos appelez pas Nathalie…

      1. Christelle77 says:

        Si vous veniez, je réserverais plutôt une visite guidée avec un vrai professionnel ! J’aime qu’on me raconte une histoire et qu’on me mette le doigt sur ce qui est important à regarder. Je suis la plupart du temps admirative de l’immense culture qu’ont ces guides (en particulier ceux qui officient à Versailles et qui savent qui vivaient à chaque endroit du château selon les époques, qui maitrisent les liens familiaux ultra complexes sur le bout des doigts…) et je me dis à chaque fois qu’il me serait impossible d’en faire autant et de pouvoir répondre à toutes les questions (surtout celles qui sont en dehors du sujet traité).

    2. Nam says:

      Moi aussi je suis dis que vous pouviez me servir de guide pour me faire apprécier Paris et découvrir les petits recoins. Vous auriez un peu repris votre statut de professeur à défaut de Nathalie. ^^

  6. Sonia M says:

    Chronique d une âme égarée !

    Perdue dans mes pensées, la sonnerie de mon téléphone sonne !
    Sabine. …Et son atelier.
    Je suis debout depuis un moment, Noé aussi.
    Je cherche de quoi vais je parler. …
    Les informations ?
    Je ne les regarde plus, trop écoeurant !
    Le jour qui se lève accompagné de sa grisaille récurrente ces derniers jours ?
    Trop morose !
    De mon train train quotidien ?
    Pas vraiment intéressant !
    De mes états d âme du moment ?
    Vraiment trop déprimant !
    Alors je vais m attarder sur un instant de ma soirée qui m’a fait du bien. …
    J observe une photo de Noé, petit. …
    Il est tellement beau et il a un magnifique sourire !
    Alors, je lui fais remarquer combien ce sourire sur son visage me manque depuis longtemps.
    Combien j’ai plus souvent l impression qu il est triste et en colère. …
    Et que ça me peine.
    Alors avec un grand sourire, ce petit bonhomme de bientôt 9 ans, me regarde et me dit :
    -maman, c’est normal, c’est la crise des 10 ans !
    Je ne vais pas passer mon temps à sourire alors que tu m interdis la console de jeux pour me punir, que tu ne veux pas que je joue à Fortnite. ….
    C est comme ça les enfants !
    En trois mots , il a fait chavirer mon coeur. …
    Celui d une maman qui peine à l élever du mieux qu elle peut !
    Je t’aime mon chéri, fut ma réponse.
    C’est dans mes bras qu il s est endormi, détendu par mon massage crânien. ..
    J’ai imprégné cet instant pour les jours où je douterais trop.
    Bonne journée. …

    1. Sabine Thierry says:

      Et par ces lignes qui restent, je saurai vous le rappeler…ne soyez pas morose Sonia, secouez vous la vie est belle…vous n’avez pas le choix! Une pensée pour Lara qui a tout intérêt à se tenir à ses engagements pris avec moi….

      1. Sonia M says:

        Je n’ai pas oublié vos mots et conseils, loin de là !
        Je replonge régulièrement dans les souvenirs de mon week end à la villa Thé au salon.
        Et j avance, j en suis sûre. …
        Mais un malheureux incident me destabilise immédiatement. …
        Et après je perds du temps à reprendre le dessus. ..
        Mais je n oublie pas. …vos mots précieux, ceux qui m ont permis de réaliser qui je suis vraiment, à faire attention à tous ces petits plaisirs, bonheurs qui m entourent .
        Alors même si je suis un tantinet grisouille en ce moment , j observe quand même combien j avance.
        Merci pour Lara, je lui transmets votre message ….Pour la nouvelle année, elle a décidé de suivre vos conseils 😉.

  7. Lili says:

    12:38 : je finis de lire les commentaires du blog encore allongée dans un grand et confortable lit aux couleurs bleu et blanc. Juste en face, au bout d’une terrasse en teck se profilent dans un horizon sans fin ciel et mer aux couleurs presque confondues de gris/blanc. C’est une journée de pluie comme on en n’a pas eu depuis longtemps.
    La place à mes côtés est vide, j’entends les voix du père avec son fils qui dévore les crêpes que j’ ai faites ce matin….
    Il rentre dans la chambre , fait couler le bain…me rejoint, me caresse et fait des projets
    L’eau coule…il évoque les remous de personnes insipides, au bord de l’ennui, des femmes de, intellectuellement appauvries par une vie superficielle sans substance qui s’acharnent sur notre histoire…
    Je vis le moment présent et savoure égoïstement une espèce de retour à la vie…
    Il est temps de prendre une douche et nous déjeunerons à l’heure espagnole tous les 3…je vais le rejoindre dans la salle de bain. Je ne pense à rien, je vis.

  8. matelot says:

    J’ai chaussé tes godillots papa,
    Pour dans mon jardin flané,
    Le soleil joue ce matin,
    Un cache-cache qui me fait sourire,

    Dans mon bassin,plus de poisson
    Des plantes et des lentilles qui recouvrent sa surface,
    Posées comme des diamants,brillent des gouttelettes d’eau,

    Et je souris encore,me voilà riche,
    Tel une myriade de diamants,
    Les billes de pluie,inondent mon bassin de lumière,

    Les rayons solaires de retour,
    Appareil photo en main,
    Je guette le bon moment,
    Celui ou lumiére et transparence,
    Vont s’unir,

    Ce soir ou un autre jour,
    Sur mon ordinateur,
    Je vous regarderai de plus prés,
    Et je sais déjà,qu’en chacune de vous,
    Je trouverai un reflet,

    Je souris une nouvelle fois,le soleil se cache de nouveau,
    Tu vois papa c’est cette magie que j’aime dans la photo.

  9. GUYBKK says:

    Déjà 6 h du matin et le thermomètre indique 28 degrés valeur basse qu’il n’a pas quitté de la nuit même avec la fenêtre ouverte et pourtant , c’est l’hiver . Les moustiques de cette nuit , ont encore sévi , malgré l’utilisation préventive de la raquette électrique sensé les foudroyer en plein vol . Aujourd’hui réunion en ville pour la découverte de la méditation Zen . Trois sessions de présentation de techniques différentes venues de l’Inde , de la chine du japon et du royaume de Siam entre autres .
    Les participants sont attentifs , intrigués . Le discours semble confus , dirigé et manipulateur pour certains conférenciers , qui semblent eux même peu convaincus , de ce qu’ils affirment .
    L’assistance peu nombreuse débat de faits contradictoires comparant différents enseignements .
    Nous sommes en début d’année et les différentes écoles essaient de racoler un maximum d’adeptes étant donné que cela permet de continuer à perdurer pendant un an .
    A mon sens , on est pas prêt de trouver la meilleure technique salvatrice dans un monde dévoré par le matérialisme et l’utilisation quasi permanente des réseaux sociaux .
    Ouf vive la quiétude .

  10. michel says:

    Aujourd’ hui, je me suis levé tôt , je voulais faire du sport mais j’ai eu la flemme de le faire. Je manquais de motivation à cause du temps. Les jours se ressemblent, beaucoup de solitude dans ma vie sauf quand je pars au club pour m’entrainer .ou donner le cours de krav maga. Les week-end se ressemblent , je vois pas trop de monde juste ma boulangère qui vraiment très sympa après je m’ennuie mais j’essaye de trouver à faire quelques choses de ma journée. Difficile de me retrouver sans personnes autour de moi , sans sorties, sans invitations etc….C’est comme ça , je l’accepte.

    1. Sabine Thierry says:

      Non ne l’acceptez pas puisque ça vous fait souffrir, si les autres ne pensent pas à vous proposer, faites le pour eux, provoquez les situations et organisez des choses.
      Proposez des we atelier ou perfectionnement de votre art pourquoi pas.

  11. amelie says:

    En ce petit matin du dimanche et cette pleine lune , j’ai du mal à bien dormir , à trouver le repos .
    Cela est dû en partie à mon mental qui trotte , entre impatience , lassitude d’une attente qui tarde à arriver , et à une démotivation ….
    Et les jours qui rallongent petit à petit et Vivement le printemps …. pour que la motivation revienne

  12. sylvie méditerranée says:

    E:en ce jour d’hiver.
    N:nul ne peut me déranger .
    C:calé sous ma couette
    O: ouvrant les yeux
    R:regardant mon épouse dormir.
    E: en silence .
    U:une pensée me vient
    N: ne pas faire de bruit
    J:je me lève tout doucement
    O: ouvre la porte avec délicatesse
    U:un pas devant l’autre
    R: rejoignant la cuisine
    Q:quel attention vais-je faire
    U: un petit déjeuner copieux
    I: l me faut aller chercher des viennoiseries
    P: partant lentement à la boulangerie
    A: avec de bonnes choses
    S: surprise
    S: sur un lit de pétales de roses , un plateau copieux
    E: en entrant dans la chambre je la réveille avec Amour::::::::::::::::::::::::::::
    Jean-Marie

  13. Sonia M says:

    15 h 15

    Une immense salle dédiée aux enfants, des trampolines, des tunnels, des parcours. ….
    Avec ce temps incertain, tous les parents se sont donnés rendez vous. ….
    Ça hurle, ça crie mais ça joue surtout.
    Les enfants sont excitės, heureux de se défouler.
    Il y a tous les âges, du tout petit au presque ado.
    La salle de danse est pleine à craquer de jolies frimousses qui se déhanchent à qui mieux mieux.
    Au milieu de tous cela, un espace café, réservé aux parents. …
    De ma table, j observe.
    Les parents. …À deux, en solo,de famille recomposée, adoptifs. …..
    Il y en a à la pelle. ….😂
    Certains sont craintifs voir peureux , attention par ci, attention par là. …
    D autres sont securisants, tu peux aller jouer je suis là s il y a quoi que ce soit. …aller va.
    D autres super tendus, hurlent sur les enfants et les renvoient sans ménagement dans les jeux à coup de tu me soûles , fout moi la paix.
    Et puis il y a ceux qui prennent la vie du bon côté, ceux qui voit le verre à moitié plein, ceux là parlent avec bienveillance, écoutent calmement, répondent sereinement. …
    Mais de qu elle planète viennent ils ? ??😂
    Alors je constate que je ne suis pas parfaite mais aujourd’hui j’ai envie de me dire
    En progrès !

    1. Sonia M says:

      J allais oublier le plus plus. …
      Un homme seul à sa table, un beau brun, frisé, barbu. ….
      Comme je les aime !
      Il lit et ecrit au milieu de ce brouhaha, nullement incommodė.
      Et moi je me fais plaisir. ….Je le regarde béatement !

  14. DANY says:

    Ce dimanche est morose à cause du temps . Exceptionnellement je suis seule . Palombière oblige ..
    Mais ça fait du bien aussi de flâner tranquillement de lire les chroniques de Sabine .. Mais aujourd’hui piégée .C’est nous qui devons écrire et moi je ne suis pas trop douée pour cela . Mais ça va aller quand même. Il est bientôt 16 h , je vais me concocter un bon thé . Je vis presque au milieu des bois .Donc pas trop grand chose à décrire sinon les pins , mais qui ont leur charme aussi . Assez souvent nous y voyons les chevreuils ou les sangliers , les palombes se posent sur la pelouse , avec les pies , les petits oiseaux que j’approvisionne en nourriture .. C’est les restos du coeur !!!!!

  15. Armelle says:

    Chronique d’Armelle : un dimanche tranquille : plus de copies ( comme Christelle ) donc cuisine ! J’ai fait 2 soupes pour cette semaine et une brioche pour le petit déjeuner. Il ne fait pas trop froid. Donc un peu de marche cet après midi avec mon compagnon ( une dizaine de km pour essayer la nouvelle voie verte ). Ma fille est en week end chez son père. Elle revient demain. J’ai hâte.
    Je repense au film d’hier soir vu au ciné avec des amies : Edmond. Très réussi. De l’humour et une belle esthétique.
    Je suis déjà prête pour une nouvelle semaine…..

    1. Sabine Thierry says:

      Et bien Armelle, on va m’écrire un livre si ça continue.
      Je vous préviens que si un jour vous participiez à un we filles, vous serez de corvée cuisine.

  16. Rabia says:

    Mon père est actuellement en maison de repos.
    Hier avant de lui rendre visite, j’ai téléphoné à ma mère pour savoir si elle voulait venir avec moi.
    Sa réponse fut négative.
    Elle avait déjà planifié son après midi.
    Elle a consacré son après midi à ses petits enfants sportifs.
    Un match de basket, un match de foot, un match de rugby.
    Une après midi pleine d’emotions.
    Le contentement de ses petits enfants de la savoir présente.
    Elle a toujours consacré sa vie à mon père.
    Elle a su s’accorder une après midi de liberté au grand air !

  17. sylvie méditerranée says:

    La musique en fond sonore vient accompagnée mon écriture aujourd’hui par cette journée hivernal….
    De KATICA ILLENYI…Il était une fois dans l’ouest.
    Mais je me sens impuissante face à cet jeune fille ,assise avec pour compagnon son jeune chien devant un magasin où règne l’abondance et le sur abondance de victuailles.
    Elle est là dans le froid, juste à côté d’elle une petite boîte avec quelques petites pièces de la menu monnaie elle est si jeune et si mimi.
    Un visage entre femme et enfant si doux un longue chevelure noire et des boucles qui n’en finissent pas.
    On dirait un portrait sortie d’une galerie d’art tellement elle est jolie.
    Puis je m’avance vers sa direction et son meilleur amis le petit chien il est la tout frétillant je lui tant la main et m’abaisse pour le caresser le voilà qui me fait la fête me lèche les mains tandis qu’une petite voix douce me dit il adore les câlins.
    Je lui fait un sourire puis échangeons des mots tout en douceur.
    Malgré le froid, malgré l’indifférence des regards autour de nous , comme un rayon de soleil elle sourie et me remercie de mon geste.
    A ces côtes un sac avec quelques affaires , peu être ça petite maison en paquetage …
    Puis je regagne mon véhicule …Avec pleins d’interrogations sur le monde que je vie.
    Je souhaite juste que cette jeune femme comme toutes les autres trouvent leurs voies et enfin goûte au bonheur quelles méritent .
    Car ce fût une belle rencontre…..

  18. Mirielle says:

    C’est un dimanche matin, comme beaucoup d’autres depuis des années.
    A cette heure tout est différent, les enfants dorment, les voisins également, il fait nuit noire.
    Je me lève au milieu de la nuit, la maison est plongée dans le silence complet, ou presque.

    Hiego ronfle tellement, que n’importe qui pourrait entrer, qu’il ne bougerait même pas une oreille.
    Ce chien n’est pas un terre-neuve pour rien, la force oui , mais tranquille !
    Comme d’habitude, aussi, les seuls à ouvrir les yeux, lorsque j’allume la lumière, sont Plouf, Galipette, Cacahuette et olive !
    Le temps que je fasse couler mon café, et les voilà, tous quatre éveillés, afin que je leur verse leur ration de croquette, du matin.
    Peu importe qu’il soit, 3h30 du matin, ils me voient et ont faim.
    Après, leur ration, ils retourneront ronronner sur un plaid ou un cousin du canapé, confortablement installés avant de se replonger dans leurs rêves.

    A force de les regarder, je n’ai pas vu le quart d’heure s’écoulé, et même cinq minutes à cette heure sont importantes, il faut que je m’active !
    Vite, allez, brosse à dent, tenue, maquillage, coiffage, clef de la voiture, téléphone…
    Ahhh, téléphone, où l’ai-je encore laissé ?
    Sur la table de nuit ? Non !
    Dans la salle de bain ? Non !
    Vite, vite, je me maudis ! Il n’est que 4h du matin et je vais être en retard !
    Grrrr, dans les toilettes ! Je l’avais posé dans les toilettes, c’est l’endroit idéal pour mon téléphone !!!
    Je suis partie !

    J’aime bien roulé, ainsi, aucune voiture, ou presque, le dimanche matin à 4h30, sur les trente minutes de trajet qui me sépare de mon domicile à mon travail, je pense, je pense et je pense…
    Celui qui vient de me doubler à une allure débile, doit être sûrement en retard au travail !
    Mais je me dis aussi, que ce n’est pas les deux minutes qu’il ou elle va gagner sur son trajet, qui le sauvera de son retard, bien au contraire peut-être, malheureusement.

    Et puis, il y a ceux qui se trainent, considérablement, rouler à 80km/ heure sur l’autoroute, je me dis, qu’eux ont tout leur temps et doivent rentrer de java et vont se coucher.

    Je pars dans mes pensées, me demandant, si aujourd’hui le monde va bien tourner, si elle va bien, si le téléphone va trop ou pas assez sonner, je pense à hier et à demain, à tout à rien…

    Me voilà arriver, j’ouvre la porte, arrière, celle que personne ne voit, eux sont déjà là, ils sont arrivés deux heures avant moi ;
    J’aime l’odeur, j’aime toujours et inlassablement cette odeur, du pain, qui embaume le fournil.
    Je salue ses hommes, qui doivent se lever encore plus tôt que moi, pour offrir, vendre, du pain frais à tous ceux qui n’imagineraient même pas devoir aller travailler un seul dimanche dans leur vie.
    Alors, je leur souri, car moi, je comprends.

    Je vais prendre le temps, d’installer joliment leur pain, afin que lorsque j’ouvrirai les portes du magasin, les couleurs de leur travail fourni éclatent, comme un bijou dans un écrin…

    C’est un Dimanche, matin, comme tant d’autres depuis des années, un dimanche matin ou j’aurai droits à des sourires, mais aussi à des grincheux, car ils trouveront que la file d’attente ne va pas assez vite…

    C’est un de ses métiers, ou le mot service prend tout son sens, les odeurs, les sourires, pour le plaisir, la gourmandise, pour la joie des autres.

    1. Lili says:

      Mirielle,
      Merci, j’ai senti les odeurs de la boulangerie, le bon pain de nos boulangers en France…ce fut le premier métier de mon père et oui, ils ont du mérite. Quand j’étais encore en France, j’adorais mes vendeuses en boulangerie mais n’oubliais jamais de saluer les boulangers qui s’affairaient derrière. Oui, ils ont du mérite. On oublie souvent les petites mains d’artistes…

  19. Mirielle says:

    Merci à vous, vous m’avez aidé à prendre 30 minutes pour moi !
    Et puis aussi pour vous envoyer un coucou et vous dire, je suis peu là, mais toujours là, pas loin en tout cas…
    Grosse bise

  20. Mirielle says:

    Merci à vous, vous m’avez aidé à prendre 30 minutes pour moi!
    Et puis aussi pour vous envoyer un coucou et vous dire, je suis peu là, mais toujours là, pas loin en tout cas…
    Grosse bise

  21. Anne64 says:

    Tout d’abord, je dois dire que je me suis régalée en vous lisant toutes et tous. L’impression d’être une petite souris que entre quelques minutes dans vos vies. Une autre façon de mieux vous connaitre chacun à travers le blog. Comme si je tournais un kaléidoscope dans lequel chaque couleur serait l’un de vous.
    Après un samedi passé à Biarritz, une journée très agréable (petit shopping, petit resto, ballade au bord de l’eau, petit gâteau basque dégusté hier soir en dessert…), je me suis réveillée ce matin vers 7 heures dans un état un peu curieux, mes rêves ayant invité des êtres qui me sont très chers et qui ne sont plus. Je suis alors descendue prendre mon petit déjeuner, mon petit chien est arrivé, comme à son habitude, une fois le café passé, histoire de participer lui aussi. Ensuite, j’ai commencé à m’activer, chiffon à la main et aspirateur branché 😉 Mon chéri, partage des taches oblige, s’est activé lui aussi ! Puis cette après midi, nous voilà partis pour aller marcher, accompagnés de notre chien. Bol d’air sous un ciel gris, parfois éclairé par quelques apparitions du soleil maïs avec de gros nuages noirs menacants pas bien loin.
    En rentrant, tout d’un coup, un éclair de lucidité m’a parcourue, je me suis dit que j’avais beaucoup de chance et qu’il allait falloir que j’arrête de me stresser avec tout et n’importe quoi. En fait, je pense que les vos derniers articles Sabine, m’ont rappelé combien il était important de profiter de tous les moments et des belles choses, qui nous entourent mème si.alles sont toutes simples. Je vais essayer de m’appliquer sabbatdag à voir le beau et le positif des choses, voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. C’est bizarre, ça me rappelle la phrase d’une belle dame…:-)

  22. Sabrina PO says:

    Toutes ces lectures ont été bien agréable !!
    Dimanche a été une journée plutôt calme,une journée au ralenti..jusqu’en fin de soirée voir en pleine nuit où une discussion houleuse avait décidé de me réveiller sans délicatesse, le stress et les crampes aux ventre se sont invités aussi.. Donc très mauvaise nuit !!!!
    J’aspire à la PAIX et la TRANQUILLITÉ !!
    Ce matin le ciel est bleu habillé de nuages de blanc et de gris , l’air est froid.
    Après avoir amené ma fille au collège je me demanderai quoi faire de cette journée car ces derniers jours je me sens autrement et rêve de jours meilleurs.

    1. Sabrina PO says:

      Il y a autre chose.. c’est le réconfort et l’écoute que je peux apporter à mon frère qui s’ est posé chez moi pour quelques jours et m’a apporté un peu de notre mère , par sa présence à lui.. bientôt il repartira pour ailleurs… Pour un nouvel horizon que j’espère meilleur pour lui.

      1. Sabrina PO says:

        Je veux très fort cultiver mon jardin qui est mon esprit et y semer des graines qui sont mes pensées positives de préférence, de ce que je veux et aspire à devenir … et bien sûr il y aura de mauvaises herbes qu’il faudra arracher à la racine.
        Je tiendrai jusqu’en mai si Lacanau porte chance !!

  23. Domino says:

    Un dimanche en famille. La mamie de mon chéri. 84 ans, veuve depuis 10 ans. Elle a perdu 3 de ses 4 enfants, dont la maman de mon amoureux, quand il avait 4 ans. Elle aime voir ses petits enfants (8), certains ne lui donnent plus de nouvelles, une autre est en Nouvelle Zélande. Alors, elle demande à ceux qui sont près d’elle, les larmes dans les yeux, de lui donner régulièrement des nouvelles. Elle ne cuisine plus, usée par un corps tordu et douloureux. Elle nous invite au restaurant, les 2 frères orphelins de maman, et moi.
    Je lui offre une orchidée en arrivant. Elle est tellement contente que j’en suis émue. Ce n’est pourtant pas grand chose !
    Elle nous amène, au volant de sa Zoé, alerte au volant contrairement à ses difficultés à se déplacer en marchant.
    On se régale tous les 4. Elle récupère le reste de sa viande pour son petit compagnon de 14 ans, Loupi le chien sourd et épileptique, qu’elle chérit tant, même s’il l’empêche de dormir car il veut monter sur le lit et prend toute la place !
    Puis, de retour chez elle, elle décide qu’on va boire le champagne pour la nouvelle année.
    On trinque. Elle nous dit « A vos amours ». Elle me dit que Julien a l’air (enfin) bien avec moi. Je pense qu’elle m’aime bien. Elle place « l’orchidée de Domi » en bonne place. Elle me dit qu’elle est très belle. Je suis contente de lui avoir fait plaisir. Moi qui ait perdu ma grand-mère il y a 3 mois.
    Elle nous parle de ses enfants partis, de « ses petits vieux », sa mère, son père, sa tante, dont elle s’est occupée jusqu’à la fin. De son fils, le seul qui lui reste, qui n’est pas toujours gentil avec elle.
    Je vois les 2 frères attendris et les yeux plains d’amour pour leur mamie. Elle leur parle de sa fille, leur maman, ils sont avides de ses mots.
    Elle sort les albums photos, comme toujours, en s’excusant. Mais j’aime regarder ces photos. Je retrouve Julien dans les traits de sa maman.
    Nous la laissons avec son petit chien. Elle nous fait promettre de revenir bientôt. Nous le lui promettons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *