Mon Carnet De Bord…Acte 25.

Oublier les jours, les heures

manger quand on a faim,

dormir quand on a sommeil,

vivre comme les anciens,

avec la lumière du jour.

Prendre le temps de regarder,

les autres,

pour mieux les comprendre.

prendre le temps de se regarder,

pour mieux se connaitre,

comme un étranger.

En chacun de nous,

sommeillent deux loups…

reste à savoir celui qu’on choisira,

de nourrir.

 

Dehors,

sortis de nulle part,

des accords de musique,

un homme, debout sur sa terrasse ensoleillée,

joue des airs de trompette.

Monsieur le chat, béat de bonheur, s’étire de tout son long à ses pieds.

Il est neuf heures,

je le salue de la tête et,

me fend d’un grand sourire en remerciement pour ce petit moment privilégié.

 

Cette nuit,

une pluie fine est venue frappée les carreaux.

Les gens sont contents.

 

Sur la plage je fixe pour la dernière fois l’océan,

j’observe au loin la brume languissante étirer sa nappe blanche sur le paysage et se déchirer en fines écharpes sur les sommets des montagnes.

Des bruits de pas m’arrachent à mon égarement onirique,

une femme noire,

son bébé dans le dos,

avec sa boutique soigneusement posée sur la tête,

s’installe un peu plus loin.

Adroite dans ses gestes et silencieuse,

pour ne pas réveiller l’enfant qui,

les lèvres collées et les paupières soudées, confiant,

dort paisiblement,

elle décharge et installe son bien maigre étal.

Son regard sombre et intense vous pénètre avec une calme bienveillance.

Une femme venue un jour du Congo,

pays en guerre,

où elle a laissé son âme pour ne traîner avec elle que sa détresse au milieu des fantômes de l’oubli.

L’Afrique a des secrets,

si vous écoutez bien,

alors vous entendrez…

des mélodies silencieuses chantées entre les murs de ses maisons.

 

 

 

34 Commentaires
Partager:

34 Commentaires

  1. les paysages de l’Afrique du sud ,sont à vous couper le souffle…comme au commencement du monde , c’est ici ,que nais l’humanités …qui à dut se battre pour survivre…en ces lieux ,ou l’histoire c’est écris dans les larmes et le sang …mais c’est ici ,que l’esprit de la liberté des hommes ,on sue faire valoir leurs droits d’homme libres …de partages et d’amour ,pour que enfin blanc et noir vivent ensembles .

    1. Sabine Thierry says:

      merci à tous pour vos commentaires.
      Tout juste arrivée…pas vrai Patrick et Maryline…
      Je vous écris plus longuement demain.
      Pas dormi, besoin de repos.

  2. Carole says:

    La photo m’a tout de suite fait penser aux tableaux de Rembrandt pour sa lumière . C’est intime.
    J’aime cette phrase: « En chacun de nous,sommeillent deux loups…reste à savoir celui qu’on choisira,
    de nourrir ».
    On peut vite basculer d’un côté ou de l’autre à certains moments de sa vie. Rester lucide ! avant tout.
    Où êtes vous en ce moment ?

  3. Ma rtine says:

    Beauté de la femme Africaine avec ses traits de velours ; vivre au jour le jour vaille que vaille tout en contemplation dans ce doux paysage fait presque oublier cette vie est si dure là bas

  4. Sonia M says:

    Dernier regard sur l Afrique.
    J’ai l’impression que le temps s est étiré que vos yeux ont longuement observé une ultime fois ces personnes , ces paysages comme pour être sûr de ne rien oublier.
    J’ai été traversée par tant d émotions.

  5. Anne says:

    La photo est superbe, elle m’émeut. Plus précisément, l’amour de cette femme pour son enfant transpire à travers l’image. La lumière dorée qui les éclaire est très belle aussi. On ressent un tel calme et une telle sérénité…C’est tout simplement beau.

  6. Chantal says:

    Quelle magnifique photo on sent tout l amour que vous avez pour ce peuple.
    Vous avez une façon d écrire qui fait qu à chaque mot on voit un flash (non je n ai pas votre don) mais tous vos mots m envoient une photo…
    J espère avoir choisi et nourri la bonne partie du loup qui est en moi j espère avoir été une bonne louve de maman…

  7. Christelle77 says:

    Quel merveilleux poème, remplie de poésie, d’images (en mots) extrêmement fortes comme vous savez si bien les inventer ! C’est plein d’empathie et de reconnaissance pour ces simples mais si jolis moments que la vie nous offre à contempler. C’est tellement limpide … et du coup, tellement beau !

  8. Pascale says:

    Très beau texte, encore un qui nous émerveille et nous émeu …
    J’aime bien la phrase : prendre le temps de regarder les autres pour mieux les comprendre prendre le temps de se regarder pour mieux se connaître …
    Reposez vous bien

  9. Guybkk says:

    L’amour n’a pas de frontières . Cette mère et l’enfant sont saisissant de beauté et de réalisme . Cette partie d’Afrique nous fait voyager dans le rêve avec vous et nous entraîne sur des chemins inconnus que vous nous décrivez avec fougue et passion .
    Grâce à vous Sabine on découvre un pays aux contrastes multiples et aux paysages saisissants de beauté.
    À bientôt , j’espère pour de nouvelles aventures

  10. Vincent says:

    L’Afrique qui à chaque fois dans mon cas en tout cas a soigné des douleus, estompé des doute et rendu l’humain que je suis.
    Je suis ravi de retrouver ce continent comme pour fermer le cercle et retourner à la base, les origines et la famille très vite. Mieux se connaître pour mieux se comprendre résonne en moi car c’est le sens que j’ai donné à mon existence. Être ce que je suis avec mes peurs, mes tristesses pour mieux être avec autrui. Une fois de plus votre écrit a réveillé en moi tellement de belles choses. Abrazo et bon retour 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *