Les Carnets De Bord no 2…

Ceux qui marchent vivent plus longtemps,

j’aime marcher,

la mémoire alors,

s’affûte,

la tension baisse.

Marcher c’est  comme  être dans une machine à remonter le temps.

Tout bouge plus lentement, le temps est vaincu et les contrastes sont forts.

On prend le temps de sentir le vent,

de remarquer les odeurs et les changements de lumière.

Partout ici  des couleurs torrentielles dévalent des fenêtres et déploient leur poésie,

du rose acide, du vert menthe,  du violet et du jaune poussin.

Derrière les persiennes,

un clair de lune nuageux en soie, illumine les salons.

L’imaginaire et le fantastique s’invitent.

Le monde paraît plus doux.

je respire et je sens le sol sous mes pieds,

La marche étire le temps au lieu de le rétrécir…

c’est comme développer une amitié,

la marche convoque le merveilleux,

avec elle,

tous les jours pendant au moins une heure,

j’ai rendez vous .

23 Commentaires
Partager:

23 Commentaires

  1. Anne64 says:

    Je suis comme vous, je trouve que marcher est apaisant. Moi ça me calme, je suis plus sereine après. J’aime votre description de la marche, «elle permet d’étirer le temps». Quand j’y repense, la marche me permet aussi de me retrouver, de me recentrer un peu sur l’essentiel. Et puis, vous avez raison, on redécouvre parfois des paysages, des maisons, des détails passés inaperçus en voiture par exemple.

  2. Josiane says:

    Pour moi aussi,la marche m’apaise bp,c’est un vrai decompressant,profiter de la nature,tout y est beau,je « refais le monde »toute seule ds ma tête….les hortensias sur la photo sont magnifiques,ils doivent être ts en fleurs,il y en a bp ds cette région,vivement la fin du mois pour que je puisse aussi marcher ts les jours pendant mes congés😊profitez bien sabine.

  3. chantal11 says:

    La marche convoqué le merveilleux
    Tous les jours nous descendons au village,ici pas de véhicules, marcher l’occasion
    de s’arrêter où bon nous semble surtout à l’ombre car il fait très chaud,parler avec les gens
    s’emerveiller devant les fleurs,les manguiers énormes avec leurs branches croulant sous les fruits
    Et les odeurs uniques de tous les épices
    Un très beau texte de votre sensation face à la marche

  4. Carole says:

    Marcher, c’est prendre le temps,
    C’est regarder en face la vie,
    Ne pas fuir,
    C’est s’ancrer sur Terre.
    Si en plus, on marche en pleine Nature,
    Dame Nature se charge de nous ressourcer,
    On est en connexion avec Elle et avec soi même.
    On se recharge, on est bien, on est heureux!
    Alors quand en plus, on a la mer et la montagne comme paysage, c’est FORMIDABLE!
    On a tout pour être heureux.

  5. Tatie momo says:

    merci pour ce partage et ce conseil en même temps : la marche oui et une activité pratiquement accessible à tous !!! Je ne marche pas assez perso et quand je m ‘y adonne c’est avec les deux chiens de la maison.
    Profitez bien chère Sabine!

      1. Tatiemomo says:

        J aime beaucoup la phrase: » la marche étire le temps au lieu de le rétrécir  »
        Quel sens des mots,de la poésie. Oui la marche permet d être hors du temps connecté pleinement avec la nature!

  6. Pascale says:

    La marche c’est la légèreté … comme votre texte …
    Belle invitation pour prendre du temps avec soi, prendre du temps avec la nature, le monde qui nous entoure et méditer sur tout le beau qui est là … malgré tout
    Merci

  7. Christelle77 says:

    De l’éloge de la marche ! Quel beau texte sur ce plaisir simple dont on ne profite souvent pas assez (et moi la 1ère !!). C’est amusant car vous avez le même ressenti que le paysagiste sur lequel j’ai fait mon mémoire d’archivistique. Jacques Sgard, c’est son nom, est lui aussi un grand marcheur, même à près de 90 ans ! Il dit ceci : « Quand on se balade, on s’intéresse à tout, c’est-à-dire au patrimoine bâti, aux traces, à l’archéologie, aux plantes… On voit beaucoup de gens qui s’embêtent quand ils se promènent, et qui ont les écouteurs sur les oreilles. Il ne nous est jamais venu à l’idée de mettre des écouteurs sur les oreilles ! On a un grand livre ouvert devant soi, on est perméable « .
    Finalement, vous savez parfaitement lire vous aussi dans ce grand livre ouvert qu’est la nature et en vous laissant séduire par les éléments, les couleurs, les odeurs, vous rendez ce moment très « charnel » et doux (ce « clair de lune nuageux en soie »… comme c’est beau !).
    Mais pourquoi donc je ne marche pas ?!

  8. kittie says:

    nos ancetres marchaient bp et longtemps aussi .ils etaient en bonne sante et ils viellissaient plus longtemps .ils prenaient le temps d observer la faune , la flore , ils apprenaient a la connaitre . ils se nourrissaient grace a ce qu apporte la terre . la plupart ne faisaient pas de grandes etudes et pourtant ils etaient tres cultives .ils ne s ennuyaient jamais .

  9. Nurse 24 says:

    Belle photo Sabine, c’est apaisant et joyeux, comme votre récit, un éloge de la beauté de la Nature, un ancrage à la Terre plus que bénéfique…vous le dites «  le monde paraît plus doux »
    « Si tu n’arrives pas à penser, marche
    Si tu penses trop, marche
    Si tu penses mal, marche encore » Jean Giono

  10. florence says:

    Génial génial….
    Oui la marche est multifonction : elle permet soit de s’évader, soit de se connecter à dame nature, soit de faire un peu d’exercice, d’etre attentif à tout ce qui nous entoure aussi…Et surtout, surtout, comme le disait si bien Jean D’Ormesson  » apprenez à cultiver la lenteur » …pour moi, la marche, c’est ça…on prend le temps de.
    Ca fait tellement de bien…

  11. Vincent says:

    marcher permet de faire le vide dans sa tête et autour de soi. Un peu comme un slow motion j’adore le faire surtout dans des rues désertes, passer entre les voitures en Tunisie, les motos au Vietnam et en Colombie, monter la mer, prendre des ruelles tortueuses et découvrir un monde que je n’imagine que mien hhhhhh…merci pour la réflexion 😉

  12. Domino says:

    J’adore les hortensias… Magnifique photo. Quant à vos mots, je suis d’accord. Quand je marche, je m’isole dans ma tête, et mon je laisse mon cerveau tourner à toute vitesse. Se mêlent, le passé, le présent, des envies pour l’avenir … Je laisse faire. Ça fait tellement de bien. Sentir le vent sur son visage, ou le soleil, ou la bruine … Se reconnecter avec soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *