Les carnets noirs de la voyance…

Un jour de pluie et d’ennui, il est devant ma porte, il patiente mais semble aux aguets.

Grand, brun, quarante ans, il est tendu.

L’art de tromper le froid il a l’habitude, chronophage il travaille dehors de jour comme de nuit malgré les humeurs de la météo.

Son métier…avoir plus de courage que de panache,

saisir en son cœur l’univers un peu secret des enquêtes policières,

une banalité qui lui permet de passer au travers des murailles de la convention pour mieux attenter à l’ordre des choses.

Il est maintenant assis face à moi, le regard franc et le verbe facile, grand gaillard au sourire extra large qui lui va comme un gant.

Il sait pourquoi il est là et joue le jeu comme il se doit.

Policier, plutôt investigateur de son état, il a gravité dans le monde de la police et celui des voyous en électron libre et a réussi à imposer au fil des ans et des affaires sa patte inclassable.

Homme de l’ombre, il se fout des honneurs,

les honneurs me dit-il, ils sont faits pour ceux qui les aiment…

Il doit se décider dans les jours qui suivent, ou pas pour une promotion des plus périlleuses à l’étranger, pas facile d’accepter et de devoir quitter une situation confortable comme un grand canapé près du feu pour une virée noire dans un monde qui sombre.

De plus, il me confie être depuis deux ans sur un meurtre atroce non résolu, ne sortant pas indemne de cette histoire si il ne la résout pas, il lui faudra du temps pour la digérer.

Alors qu’il me raconte l’horreur en une poignée de phrases, commence pour moi un voyage émotionnel.

Il s’agit de l’assassinat d’un homme à Marseille, un petit caïd comme il le décrit.

Il me montre sa photo.

Pas facile en quelques lignes de parvenir à l’essentiel.

Vous conter une situation précise, un dialogue, l’instant où tout dérape, une vie suspendue.

Je dis:

-meurtre commandité par un homme en rapport avec un commerce alimentaire.

  • Pas de preuve mais un tonton (indic) lui a confirmé qu’un boulanger de la même ville lui aurait proposé de liquider un homme.

Contrat refusé par ce dernier car il avait pris sa retraite.

Je dis:

-plusieurs hommes l’ont maltraité,

pas de la même nationalité que l’homme tué (algérien), ils sont des pays de l’Est.

  • exact, des contusions partout sur le corps et sur le visage, on aurait aperçu un groupe de roumains.

Je dis:

-Non pas des roumains, des russes ou des bulgares. De toute façon, vous ne les retrouverez pas.

Pas encore fichés et pas encore des professionnels.

Il note.

Je dis

-On lui a coupé une phalange.

Surpris, il opine.

Je termine en reposant la photo:

-Vous ne résoudrez pas cette affaire. C’est un règlement de comptes. Voir rivalité entre deux groupes.

Notre entrevue s’arrêtera là.

Pour le reste, je lui ai conseillé de saisir l’opportunité du départ.

Des affaires judiciaires, il y en aura toujours à la pelle…

pour certaines, lentement les vérités seront révélées et, la tragédie rattrapera les personnages jusqu’à parfois un final poignant,  alors que pour d’autres, les enquêteurs ne garderont que d’amers regrets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

50 Commentaires
Partager:

50 Commentaires

  1. Carole says:

    Bonjour à tous et toutes en ce début de semaine. On entre dans l’univers de l’enquêteur, des affaires que l’on peut entendre à la une des informations, affaires souvent sordides. Vous devez être sollicitée souvent Sabine …et plongée dans l’horreur, comment vous préservez vous? Je me souviens d’une affaire dont vous aviez parlée à la radio il y a au moins 20 ans où un petit garçon avait été séquestré et vous saviez qu’il était vivant mais je ne me souviens plus bien de la suite… Dans ce récit, on mesure que l’homme policier doit arriver à digérer le fait qu’il peut ne jamais résoudre une affaire, il doit apprendre à vivre avec et cela doit être compliqué.

    1. JOSIANE says:

      sabine avait raconté cette affaire ds son livre,elle savait qu’il était enfermé pas loin du domicile par quelqu’un de proche…..
      cette petite maelys qu’on n’a tjs pas retrouvée….ts ces flashs qu’elle doit voir…..
      pas simple pour ce policier…..

    2. Sabine Thierry says:

      Comment je me préserve?
      En restant à ma place,
      ne pas me prendre pour Dieu et penser que je suis là pour porter tous les chagrins de la terre sur les épaules.
      Je ne suis ni réparateur, ni guérisseur par contre ce que je fais le mieux,
      c’est vous guider et vous accompagner parfois d’un regard bienveillant.

  2. Lili says:

    Bonjour à toutes et tous,
    Je me souviens avoir posé la même question en consultation : « comment faites-vous pour vivre avec tout ça ? » sous entendu, tous les malheurs déposés dans ce face en face confiné en compagnie de Juanita (Banana ! rrrroo, je sais, ça vous plaît pas mais c’est tellement mignon !).
    Et là, Sabine : « comment fait un aveugle ? » Et oui, il est habitué à son handicap de naissance comme pour moi, mon amblyopie n’est absolument pas un drame puisque je suis née ainsi alors que n’importe qui à un âge avancé l’aurait vécu en grande souffrance. On naît et cohabitons avec ce que nous sommes, à nous d’accepter et d’évoluer positivement.
    Seule la santé, que l’on croit acquise avec parfois désinvolture, nous ébranle quand elle nous rappelle que nous sommes des êtres vulnérables, que le corps s’épuise et nous envoie des signes de détresse . Il nous faut voir avant qu’il ne soit trop tard. Pour ma part, je pense que nous sommes tous porteurs de maladies que nous développons ou non et ce sont les chocs émotionnels qui en sont à l’origine.
    Cet homme policier n’est pas dans ce métier par hasard : l’injustice doit lui être intolérable.
    Les croyances religieuses, entre autres, porteraient à croire que la roue tourne comme on dit, et que tout pêché commis ici bas sera puni après la mort. Qu’en est-il réellement ? Portons-nous les stigmates de nos vies antérieures ?

    1. Sabine Thierry says:

      vous avez raison nous ne sommes pas …pour rien.
      C’est la raison pour laquelle je vous dis souvent de ne pas déléguer sur autrui vos propres misères.
      Acceptez déjà ce que vous êtes et, sachez que ce sont vos différences qui vous rendent unique.
      Restez à votre place et ne cherchez pas à être à celle d’un autre.

  3. Tatiemomo says:

    Oui un sujet d une actualité permanente! Vous devez sûrement connaître le dénouement et la vérité sur un bon nombre d’ enquêtes , de disparitions non élucidées.. .J ai lu dans votre livre le premier je crois que vous aviez collaboré avec la police pour des affaires. Ne pas savoir ce qu est devenu son enfant…C est cruel, invivable,

    1. chantal11 says:

      Témoin d’une voyance qui devait être positive au niveau justice vous moi étions persuadées
      puis ce fût le basculement dans l’opposé , oui comment expliquer l’inexpliquable , j’arrive à le comprendre par le pouvoir de puissance de certaines personnes à tout faire basculer…ça existe et je le sais

  4. christelle77 says:

    Figurez-vous que l’autre jour, je lisais un article sur le net qui disait que les policiers faisaient régulièrement appel à des voyants pour les aider dans leurs affaires. Et dans le cas récent de la petite Maelyss, il y a même un groupe de voyants qui s’est constitué sur Facebook pour tenter de faire avancer l’enquête !
    Ce doit être terrible pour des policiers de ne pas parvenir à résoudre un crime terrible ou un enlèvement, parce que derrière, il y a des familles à qui il faut annoncer qu’on ne sais pas … Et comme le dit Tatimomo, ce doit être invivable de ne pas savoir !
    Après si on fait appel à vous en tant que voyante, il faut vous écouter ! Le petit garçon dont parle Carole et dont vous racontez l’histoire dans votre livre est tragique à cause de ça. Vous le voyiez séquestré à côté de chez lui mais les gendarmes ont, si je me souviens bien, balayé l’affaire en disant qu’ils avaient déjà cherché partout chez les voisins ! … Et pour le coup, c’est là que ça a du être terrible pour vous cette affaire !

  5. Laurence says:

    Des affaires élucidées ou pas, parfois insupportables, cet article me fait penser au petit garçon séquestré dont tu parles dans ton livre et à celle de la petite fille fin août…
    Je veux bien que la terre soit un terrain d’exercice, mais il y a vraiment des choses et des actes dont on se passerait…
    Il n’a pas trouvé les coupables mais il a trouvé ce qu’il cherchait en venant te voir, c’est à dire l’honnêteté et des conseils. Personnellement je ne peux que souligner la pertinence de tes conseils et leur justesse avisée…merci Sabine!

  6. chantal11 says:

    Ce partage de voyance m’amène à relater une horreur qui s’est passée il y a quelques jours dans la commune d’Ustaritz situé non loin de Bayonne
    Une jeune femme enceinte de huit mois élève infirmière violée et étouffée par un « détraqué » sauf que celui ci
    aurait dû être en prison car condamné en août à trois mois de prison! Je suis révoltée !
    L’arrestation de l’individu s’est déroulée samedi à deux pas de chez mon père à grands coups d’hélicoptère et de peloton de gendarmerie…

    1. Isabelle64 says:

      Bonjour Chantal, je suis révoltée aussi car j’habite ustaritz et cela s’est passé à côté de chez moi … il existe une psychose depuis !!! on est tous révolté… j’y pense tous les jours et je me réveille aussi la nuit je n’arrête pas de penser à elle… ce qu’elle a dû souffrir elle était toute seule face à ce fou, le matin même les voisins ont entendu des cris dans le quartier, car il était venu repérer les lieux mais dans une maison voisine, il y a en un qui a des crises comme ça, cela n’a pas plus perturbé les voisins… le maire d’anglet avait déjà essayé de l’enfermer à ce gars, car il menaçait le quartier d’anglet, mais le psychiatre n’avait pas voulu …il a récidivé le dimanche matin dans une petite supérette face à une dame âgée, et il a été arrêté grâce au maire d’anglet qui était venu faire quelques courses et à qui on a raconté les faits. J’ai beaucoup de haine et de colère … il est en prison mais il mérite de souffrir comme il a pu faire souffrir cette jeune et jolie personne…. je n’arrive pas à me sortir ça de la tête !!! écœurée !!! ET très mal !!!!!

  7. Amelie says:

    Ce qui est le plus triste , c’est que les familles qui n’ont pas retrouvé le corps de leurs enfants ou autre , ne pourrons jamais faire le deuil .
    Et pour ce policier , le fait de ne pas pouvoir arriver « à l’aboutissement de cette enquête « cela doit être vraiment frustrant !!!!

  8. sylvie says:

    Des consultations hautes en couleurs.
    Ce policier s’investie avec une grande dévotion et de plus sans prétention et tout cela qui va avec.
    Pas facile pour lui de laisser cette investigation sachant qu’il ne pourra pas mettre ces individus en prison.
    Histoire poignante; ainsi que celle de Chantal malheureusement tout simplement l’ horreur.

  9. Sabrina says:

    Ce Monsieur qui est venu vous consulter a tout de même eu besoin de vous malgré tous les modules d’expérience qu il a acquis durant toutes ses années de services …. sa nouvelle affaire doit être sûrement plus périlleuse , ça il devait le ressentir … qui choisirait de laisser un grand canapé près du feu contre une mission dangereuse où l’on y risque sa vie … juste une personne très courageuse pour qui de surcroit les honneurs ne comptent pas .

  10. Goldy says:

    Un vrai carnet noir de la voyance… ( je vais paraître horrible) comme je les aime.
    Il n’y a pas de mots pour qualifier ce que l’homme est capable de faire endurer à son prochain.
    Mais en venant vous voir, cet homme a obtenu des réponses, pas forcément celles qu’il attendait mais il peut avancer…
    Sabine vous nous donner les moyens d’aller de l’avant. vous savez mettre des mots sur nos maux et hop on repart plus fort. Enfin pour moi.
    Là où tout peut paraître gris, vous êtes mon rayon de soleil et à nouveau je repars avec la patate, la pêche ( oui je suis une vraie gourmande!!). Et il n’y a pas de hasard, de toutes situations, il y a une ‘leçon’ à en tirer…après nous sommes tous différents et à chacun sa réaction, ne jugeons pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *