Les Carnets Noirs De La Voyance…

Il était une fois,

un mardi.

Une jolie femme de 60 ans se gare.

Une fois par an, elle vient me consulter.

Toujours à la même période, aux portes du printemps.

Sa visite annuelle c’est …

le miroir d’Alice,

un accès au paranormal,

une porte qui l’a fait basculer le temps d’une heure dans un autre monde,

de la réalité à l’imaginaire,

cohabitation extraordinaire du visible et de l’invisible,

du réel et de l’irréel.

C’est une promesse de l’année à venir,

une façon de se parer, de se préparer,

comme on entre dans une scène de théâtre.

C’est une paire de lunettes noires qu’elle porte en attendant devant la porte d’entrée.

Face à moi,

bien installée,

femme lumineuse, elle brille de mille feux.

Et pour cause,

elle vient de rencontrer l’amour me dit elle.

Mais pas que…

je pars au Vietnam dans dix jours et je suis à la retraite à la fin de l’année.

Je la regarde, concentrée et silencieuse.

Quelque chose me gêne.

Lentement la tension monte,

jusqu’à un final émotionnellement ravageur.

Je ne vois pas l’amour,

je ne vois pas le voyage et je la vois arrêter son activité bien avant l’heure.

Moi:

  • Attention, bâtiment médical.
  • surveillez vous , un jour vous aurez un cancer.

Les mots s’échappent,

pourvu qu’elle ne me pose pas de questions,

pourvu qu’elle ne me demande pas de détails.

J’accélère le débit,

les phrases défilent vite les unes après les autres.

  • Le dos, attention au dos.

Elle:

  • tant pis si ce n’est pas le bon, j’ai envie d’essayer.
  • Pour le cancer, non rien mais ce n’est sûrement pas moi, mon ex mari meurt lentement depuis peu d’un cancer de la gorge, on attend son décès d’un jour à l’autre.
  • Pour le voyage, sûrement que je serai déçue.
  • et pour ma retraite, ce n’est pas possible,, j’ai besoin d’argent donc obligée d’aller jusqu’au bout.

Sur ce après quelques banalités échangées, elle repart avec le sourire en bandoulière.

Samedi matin,

à l’heure du petit déjeuner,

le téléphone sonne,

contrariée, je réponds d’une voix ferme.

Je reconnais sa voix.

Monique m’annonce son cancer des os, (point de départ, examen du dos),

son voyage est annulé,

sa retraite anticipée.

  • Je vais devoir mettre en forme l’émotion qui me traverse et que je dois partager à travers des mots.
  • comment mettre en lumière cette certitude presque invisible mais, qui est mienne.
  • Dites moi Sabine que je ne vais pas mourir!
42 Commentaires
Partager:

42 Commentaires

      1. Christophe says:

        C’est une habituée,vous la connaissez bien et elle aussi.
        je me mets à votre place ainsi qu’à la sienne.
        Le mal à dit..la maladie est là et le hasard n’existe pas.
        ça me fait penser à votre amie qui fumait beaucoup,que vous avez prévenu souvent du danger,et qui jeune un beau jour est tombée malade,et partie.
        Le sentiment de tristesse pour vous deux.
        De courage aussi pour vous deux.

  1. Armelle says:

    C’est redoutable cette phrase : dites-moi Sabine que je ne vais pas mourir.
    Je serais effondrée à votre place. Mais je n’ai pas votre force et votre tempérament. Moi qui suis quasiment anéantie dès que ma fille ou ma mère ont un minuscule bobo …. !! Comme aujourd’hui par exemple.
    Son monde s’est écroulé. Vous l’avez vu et si avant elle.

  2. Laurence says:

    Quelle fragilité la vie! On nait et on meurt avec une facilité déconcertante, le cancer qui pointe son nez, c’est si terrifiant!
    Dites moi Sabine que je ne vais pas mourrir, on t’interroge avec l’espoir que tu prédises monts & merveilles, on attend tous notre part de ciel bleu. J’ai une pensée pour tout ceux qui sont malades. Pas facile de devoir annoncer l’inéluctable …

      1. Nam says:

        Vous avez raison mais pour moi certainement car j’ai du mal à l’accepter, j’assimile la « vie » uniquement à naitre et vivre… .
        J’aurais bien aimé connaitre votre réponse et vos mots devant sa dernière phrase.

  3. Rabia says:

    C’est terrible, elle a plein de projet et voilà tout s’en va !!!
    Si on prends l’initiative de venir vous voir, il faut accepter le risque de la mauvaise nouvelle.
    Je comprends tout à fait que cela doit être difficile à annoncer.
    Je suis sûre Sabine que vous savez trouver les mots justes.

  4. Anne says:

    Cette histoire m’effraie, c’est terrible. Cette dame vient vous voir, elle se sent, à priori en forme, elle a d’ailleurs du mal à prêter attention à ce que vous lui dites sur sa santé non pas parce qu’elle n’a pas confiance en vous mais sûrement parce que physiquement, à cet instant, aucun indice ne peut lui laisser présager le moindre souci de santé. Et puis, quelques temps après elle vous rappelle, pour vous annoncer son cancer des os… Dans ces moments, on aimerait tant que vous vous trompiez…malheureusement ce n’est pas le cas !

  5. valerie says:

    Déjà la photo me parle moi……..
    Je n’aime pas l’hôpital parce qu’on y est à la croiser des deux mondes ……….
    Avec tout ce qui s’y passe qu’il faut taire………..qu’on ne puis dire………..
    Idem tout ce qui touche au médical salle d’attente des docteurs alors un photo de ce qui semble un ou une IRM pensez donc?
    Quand à votre rdv pas facile de dire les choses………….
    Mais faut il tout dire, vous l’aviez alertez, mais rien à faire si ELLE garde son libre arbitre
    Comme il semble son cas de cette pauvre dame………..
    Il aura donc fallut quelques jours plus tard pour se rappeler que vous lui aviez bien dit ………
    TERRIBLE elle revient donc vers vous pour savoir ce que vous ne pouvez sans doute dire,
    mais qu’elle se pose déjà en question………..
    Comme cela doit être compliquée parfois..
    Ou devrait ton dire cela doit être compliquée parfois?

  6. Joëlle says:

    Comme cette histoire est triste.
    Il est vrai que lorsqu’on prend la décision de venir vous voir c’est une démarche qui n’est pas anodine .
    En effet, ce que vous allez nous dévoiler, va venir nous éclairer et aussi nous informer …. et parfois, il faut être prêt à entendre . Vous restez peu évasive et, pour l’avoir vécu vous maniez les choses de manière à ce qu’on appréhende, qu’on se prépare au mieux à vivre certaines situations difficiles à venir.
    Comme il doit être difficile pour vous et notamment dans cette tragique histoire de ressentir que les choses ne se passeront pas telles que nous le souhaitons.
    Vous êtes bien courageuse et dotée d’une belle empathie

  7. Michel says:

    Bonjour, je pense que pour vous annoncer une maladie doit pas etre facile et pour la personne acceptait ce que vous ressentez. Je sais pas comment vous arrivez à vous protéger de ça .Je pense que pour vous, vous essayez de la réconforter car vous faites une activité pas toujours avec des bonnes nouvelles. La mort fait partie de nous, on doit l accepter et la maladie fait peur car on sait pas si on peut sortir de ça. Vous avez du courage et aussi beaucoup humanité pour arriver à expliquer les choses pareils.

  8. Lili says:

    C’est fou…un article de vous dimanche et cette photo surtout… parce que depuis hier soir, je suis très inquiète quant à mon amie Natacha qui a attendu plus de 10h dans un hôpital parisien pour une IRM…dur à distance avec mes enfants….
    J’attends des nouvelles de sa fille qui est rentrée en urgence à Paris. Hématome au cerveau ? J’espère que ce n’est pas plus, à voir…

    Je rejoins Valérie. Quand on vient vous voir, on est toujours dans l’espoir parce que c’est le propre de l’être humain. Pour ma part, je préfère en prendre plein la face, c’est pour mieux me préparer …
    Dur-dur la question finale, on est un peu égoïstes de déposer autant d’espoir en vous car ce n’est pas votre rôle…vous n’êtes pas Dieu Tout Puissant…tout a des limites.
    Difficile pour les 2…

  9. CEDRIC says:

    Terrible histoire … A la lire , j’en ai des frissons. C’est si triste pour cette dame (et surtout pour sa maladie). Elle venait te voir avec des projets , dans l’espoir que tu la réconfortes et elle est repartie en se cachant la vérité . Mais quand on vient te voir , il faut être préparé à tout entendre et c’est pour cela que nous avons confiance en toi . Ce n’est pas évident pour toi d’annoncer de mauvaises nouvelles, c’est sûrement déchirant parfois, mais nous t’accordons notre confiance pour ta rigueur et ta sincérité . Il faut être «prévenu» et «préparé » quand on vient te voir . Personnellement, chaque fois que je suis venu te voir en consultation, mon cœur palpitait , un peu inquiet mais préparé à tout entendre . En écrivant ses mots, je me replonge dans les souvenirs de notre toute première rencontre , il y a plus de 20 ans, lorsque tu habitais sur les boulevards, et à l’époque, un gros chien montait la garde à ton cabinet 😊. Ce jour là, tout timide, je suis arrivé un peu inquiet mais prêt à tout entendre 😊. Et depuis, je t’ai toujours fait confiance, quels que soient les ressentis ou les mots employés …

  10. Tatiemomo says:

    Je ne vous cache pas que cela m a donné le frisson! Le prénom sans doute … et la peine pour cette femme . Ne plus avoir d espoir C’est terrible. Et vous Sabine devant cette douloureuse réalité : gérer votre propre émotion et gérer la détresse de ceux qui viennent vers vous. ..pour connaître …leur avenir.

  11. Caroline says:

    LA première chose qui me vient à l’esprit, c’est vous SABINE…. avoir les bons mots, l’intelligence, le tact, pour pouvoir annoncer ces choses, et déplus lorsque la personne va plus loin dans ses questions à savoir de la vie ou de la mort….. il faut vraiment être…… je n’arrive même pas à trouver de qualificatif…..
    vous êtes vraiment une pépite d’or…..

    Lorsque vos clients notemment cette DAME vous demande cela, comment gérez vous LA chose?…. Si vous ressentez « LA mort », vous lui dites?….
    Chapeau bas à vous SABINE, vous devez vivre des choses vraiment pas facile, et malgrés cela vous gardez le sourire, et croquez la vie à pleine dent, un joli exemple à suivre pour ma part!!!

  12. SABRINA40 says:

    Cette histoire est triste pour cette dame. Surtout quand on arrive à la retraite et que l’on se dit que l’on va pouvoir enfin profiter de la vie. Le cancer est un mal malicieux car quand il montre le bout de son nez et qu’il nous fait ressentir les premiers symptômes c’est qu’il a déjà gagné pas mal de terrain. J’espère que cette dame va réussir à s’en sortir mais vu votre article j’en doute… Après, je vous tire mon chapeau car cela ne doit pas être évident de faire face au désarroi des personnes surtout si on sait que l’issue est fatale surtout que vous êtes sincère et que vous n’allez jamais vous dire ce que nous avons envie d’entendre (même si parfois on aimerait bien!!!!). Je pense que c’est également une des raisons pour laquelle je vous suis fidèle car tout ce que vous dites se réalise tôt ou tard, le bon comme le mauvais!!!

  13. GUYBKK says:

    On ne peut qu’éprouver une immense empathie pour cette personne . Tous ses rêves qui s’écroulent d’un coup pour une fin prématurée . Nous sommes des êtres fragiles ,miracle de la création perdus dans un univers sans limites . Cette histoire nous montre que nous ne pouvons pas imaginer quel sera notre futur et que nous devons essayer d’apprécier la chance qui nous ait donné de vivre .

  14. Josiane says:

    Quand on vient vs voir ou quand on passe par le site,il faut être prêt à tout entendre,il faut tjs garder en mémoire tout ce que vs ne dites,chaque mot est important….bien sur j’ai bp de peine pour cette dame,qui rayonnait de bonheur,tout s’effondre,un cancer des os….j’espère qu’elle ne baissera pas les bras….

  15. Amelie says:

    c’est la vie , c’est les aléas de la vie …
    et puis , a t’on vraiment le choix quand l’on est face à une douleur , face à un malheur ,face à une maladie ???
    De toute façon , tôt ou tard on doit mourir ,
    Et puis notre chemin de vie est écrit , et il faut l’accepter malgré tout ,
    Et puis aujourd hui , il y a quand même des traitements , des personnes , des je ne sais quoi , qui peuvent nous aider pour un mieux être , que ce soit par un soutien psychologique, allopathique ,ect…….
    Pour ma part , je pense qu’on a tous , à des périodes différentes , des problèmes à affronter .
    L’essentiel je dirai pour cette dame , qu’elle ne souffre pas trop et qu’elle soit entourée .

  16. Christelle77 says:

    Quel douloureux moment, pour elle comme pour vous ! Avoir peur de mourir est une chose. Avoir peur de la maladie et de devoir la combattre en est une autre. Quelle attitude adopterons-nous le jour où ça nous arrivera ? Vous posera-t-on cette dernière question de votre récit, question à laquelle il vous sera impossible de répondre par un simple oui ou un simple non ? Luttera-ton comme des acharnés pour sauver notre peau ? Laisserons-nous filer la vie toute seule et se préparant à l’après (et en y préparant aussi peut-être nos proches ?) ? Abrègerons-nous de trop dures souffrances ? Voilà bien des interrogations qui me viennent à cette terrible lecture … et auxquelles on ne peut avoir de réponse tant qu’on ne l’a pas vécu soi-même !

  17. Isabelle64 says:

    Bonjour Sabine, bonjour tout le monde,
    C’est très dur d’entendre cela et de le dire surtout sabine, mais vous aviez vu juste …. que dire … je n’ai pas de mot….
    Je vous souhaite un Joyeux Anniversaire !!! profitez bien de cette Belle journée !!! faites vous bien chouchouter !!!!
    Je vous embrasse et je vous dis à très vite chez vous pour passer un Excellent WE !!!
    MERCI SABINE !!!!!

  18. Sabrina says:

    …la maladie.. . Voir anéanti toute espérance de guérison, sentir la vie s’échapper… Et durant ce temps, propre à chacun, une autre forme de combat , celui de l’acceptation ….

  19. florence says:

    Je me suis toujours demandé comment vous annonciez(…ou pas…) la maladie, la mort toute proche à quelqu un ?
    J’ai la réponse… d’une part c’est terrible…et pour elle et pour vous…meme si l’on sait tous que la mort fait partie de la vie…
    d’autre part , comme cela a déjà été dit…si l’on vient vous voir, c’est que l’ on doit etre pret à tout entendre…le pire comme le meilleur… ça c’est la théorie, mais ensuite????

  20. Françoise says:

    Bouuuu…. ça me fiche la chair de poule en vous lisant!!…
    Vous comprenez pourquoi j’ai réellement besoin de faire le bilan avec vous tous les ans!!!…
    Bizouxxx Juanita…. :-)))

  21. Stephane R. says:

    … On part a votre rencontre Sabine avec une certaine appréhension…. parce que l’on sait que vous « parlez vrai »….
    – sur le chemin aller, qui nous parait bien long, on « croise les doigts dans sa tête »….. Nous partons pour entendre « le bon », ce serait mentir que de dire le contraire….. espoir….
    – On appuis sur « REC »(ord)….. et on entend vos mots…. on les grave sur la mémoire artificielle du dictaphone….
    – Sur le chemin du retour, on fait le bilan… on réécoute notre conversation…..
    quand viendra il ? le « bonheur » ?…….
    vous ne l’annoncez pas pour bientôt ! Les espoirs d’entendre le contraire du trajet aller sont déçus…..
    Le trajet retour nous parait tout aussi long….
    Mais nous somme venu vous voir pour « savoir » ! être « éclairé » ! et a chaque fois c’est ce que vous avez fait…. le bonheur ? finira bien… par arriver…..
    Vous ne m’avez pas annoncé de mal au dos…. et je reviendrais vous voir…. avec le même « espoir » lors du trajet « aller »……… et de nouveau vous « parlerez vrai »…. ouaip…. « il finira bien par arriver »…..

      1. Stephane R. says:

        ….. en effet….. « je boucle » depuis des années, en essayant des choses… et les laissant tomber ! (ou les faisant foirer, ce qui revient au même 🙂 ).
        Pas assez « vite », c’est vrai !! 🙂
        Mais « le moment n’est pas venu » m’avez vous dit…… aussi….
        So, wait & see….

        1. Stephane R. says:

           » L’homme ne s’en tient jamais au temps présent. L’incapacité de l’homme à vivre au présent, ne tient pas tant à une incapacité de vivre l’instant qu’à une attitude de fuite : l’homme se noie dans le souci du lendemain, dans les projets, pour n’avoir pas à regarder le caractère misérable de son existence.

          Nous ne tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours ; ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt ; si imprudents, que nous errons dans des temps qui ne sont pas nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient ; et si vains, que nous songeons à ceux qui en sont plus rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent, d’ordinaire, nous blesse. Nous le cachons à notre vue, parce qu’il nous afflige ; et s’il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir, et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance, pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

          Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et à l’avenir. Nous ne pensons point au présent ; et, nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitables que nous ne le soyons jamais. « …..

          [ Blaise Pascal, Pensées (1670), fragment 172 ]

          Qu’en pensez vous Sabine ?…..

  22. Sylvie d'Andernos says:

    Les pensées de Blaise Pascal sont ses pensées, pas d’accord avec ce qu’il dit.
    Il met tout le monde dans le même panier avec un NOUS…
    Je pense et agi différemment… ne doit pas être la seule à le faire…
    D’autres auteurs à lire, plus optimistes, légers réalistes aussi rendent la vie plus facile.

  23. Laurence ZITOUNI says:

    Quelle triste histoire ! parmi tant d’autres pourtant …… au travers de ce récit , on s’aperçoit que nous voulons voir toujours une seule facette de notre vie » future » , soit la positive , celle que l’on aime , que l’on rêve et que l’on idéalise soit la moins reluisante , celle que l’on se construit noire et visqueuse , celle que notre mental sportif et parfois pernicieux aime nous raconter pour nous angoisser et nous déstabiliser , c’est alors que nous sommes toujours sidéré de la mise en lumière de ce que nous n’avions pas soupçonné ni même imaginé!
    On dit souvent que la vie est cruelle …..certes , mais je me plais de plus en plus à penser qu’elle est juste , même si notre compréhension des évenements reste incomplète.
    Merci encore pour cet espace d’échange sur ce blog qui est une véritable bulle d’air frais.

      1. Laurence ZITOUNI says:

        Bonjour sabine

        Pour répondre à votre question, on se connaît oui…. sans jamais s’être vu physiquement !
        Je vous ai très longtemps suivi lorsque vous étiez animatrice radio , un peu comme une « addict » à quelque chose que je ne pouvais pas définir à l’époque , je vous ai souvent consulté….depuis 2002 je vous ai perdu et retrouvé souvent , voilà la petite histoire ! pour vous faire un peu rire , vous avez été le point de départ de ma propre recherche intérieure .
        Dans tous les cas , j’aime beaucoup ce que vous faite et les intéractions si vivantes que je découvre , quelle bouffée de vie j’adore! Merciiii.

  24. Laurence ZITOUNI says:

    J’habite en Aveyron prés de Rodez et je travaille à toulouse….je suis une voyageuse , aujourd’hui ici et demain ailleurs….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *