Les carnets noirs de la voyance….

A travers la fenêtre close, au lieu de la rumeur familière de la rue à présent silencieuse, je n’entends que le bruissement des feuilles dans le vent, les pas feutrés des chats, au loin, le ronflement sourd du chien qui dort derrière la porte. Je rêve. Je me réveille en sursaut, baignée de sueur. Je me calme, me rallonge et attends que mon cœur s’apaise, puis je médite sur le pouvoir magique de la nuit. Des silhouettes floues dérivent à travers l’obscurité, semblant monter…

Ce contenu est réservé aux Membres uniquement.
Se connecter Devenir membre
Partager: