Les carnets noirs de la voyance…

C’est un lundi après-midi du plein été, l’orage de dimanche soir a ravagé le jardin. Il est quatorze heures. Assise à mon bureau, je l’attends. Mon tarot est sur la table, posé avec soin, à côté, un bloc et un stylo à l’encre noire. Je n’ai pas de rituel particulier, à part fermer la porte sur l’extérieur, demander le silence complet et n’être dérangée à aucun prix. Ma pièce de travail est de la taille d’un mouchoir de poche, c’est mon coin, mon nid,…

Ce contenu est réservé aux Membres uniquement.
Se connecter Devenir membre
Partager: