Les carnets noirs de la voyance…

Aujourd’hui on la nommera Odile…

Il était une fois une femme de cinquante ans avec un bagage d’expériences, de sentiments, d’émotions et d’horreurs.

Enfance malheureuse car victime de violence, plus tard divorcée et perte d’un être cher par meurtre.(sa soeur assassinée, il y a des années par son amant, laisse un bébé de quatre mois).

Odile voulant récupérer et adopter la petite orpheline,  afin de se faire entendre, s’est battue contre un système juridique injuste.

Ce qui lui aura valu pendant de longs mois beaucoup d’efforts et ses maigres économies,

finalement elle eût gain de cause.

La vie façonne, et bouscule,

elle permet de vivre ou de tuer.

Aujourd’hui c’est une femme avec la tête dans le vide et les pieds dans le ciel qui vient me consulter.

Folle amoureuse, après l’apprentissage du désir et des humiliations, elle souffre à en crever d’une séparation amoureuse.

A la poursuite d’une jeunesse perdue, à cinquante ans, elle flirte depuis plusieurs mois avec un jeune portugais de vingt-cinq ans,

ce dernier depuis peu a entamé avec elle une valse d’évitement…

  • Le monde qui vient après José, me dit-elle, ne vaut pas la peine que j’y vive.

Sa maison familiale est un véritable désordre, du désordre elle ne voit plus rien.

Chacun mène sa vie sans se voir, des cadres marqués par l’habitude et le silence feutré des pièces vides.

Les enfants ont grandi, son trop plein d’amour elle le gaspille,  avec un homme qui ne le mérite pas!

Abandonnée à elle même, cherchant en vain des boucliers contre la mélancolie et la folie, elle en vient à imaginer le pire pour mettre fin à sa torture.

  • Je suis fatiguée de regarder mes rêves de liberté se fracasser, me confie-t-elle.

Je lui répondrai…

  • les rêves, c’est comme les papillons, si tu cherches à les attraper…ils meurent.

 

29 Commentaires
Partager:

29 Commentaires

  1. Anne says:

    Il y a de drôles de vies, tout ce qui arrive à Odile n’est vraiment pas facile…de plus, ces épreuves ont commencé dès sa plus tendre enfance. Odile fatigue…, on peut aisément la comprendre.
    Du coup, en ce qui me concerne, cela remet les idées un peu en place de bon matin !
    J’aime beaucoup votre dernière phrase sur les rêves, elle est très jolie et l’illustration colle à la perfection avec cette dernière !

  2. Armelle says:

    Quand j’étais petite, je n’ai jamais réussi à attraper un papillon avec un filet comme sur la photo, et puis j’ai vite renoncé parce que j’avais peur de leur faire mal.
    Odile rencontrera sûrement un autre homme. Renoncer si tôt à la vie, alors qu’elle n’a que 50 ans…. bon je ne suis pas à sa place, sa vie n’a pas été facile donc je ne juge pas.
    Peut être que vous avez pu lui faire entrevoir des lendemains positifs.

  3. Laurence says:

    Une jolie dernière phrase et beaucoup de poésie dans cette illustration.
    Savoir rêver mais avoir les pieds sur terre, difficile parfois.
    Beau lundi Sabine et les amis!

  4. Sabine Thierry says:

    si ma poésie vous permet de commencer la semaine en douceur, alors….heureuse, je suis.
    Demain, ma réponse à l’atelier d’écriture dans la rubrique Lettre à Christelle. Je vais en choquer plus d’une…

    1. christelle77 says:

      Aïe !!! Je sens qu’on va donc s’asseoir sur un petit happy end plein de douceur ! Le suspens est total en tout cas ! Vite, accélérons le temps ! 😄

  5. Josiane Daste says:

    La vie fascine et bouscule
    On peut pas dire qu’odile a eu une vie agréable,elle a du sûrmonter pas mal d’épreuves….j’espère que vs aurez pu lui redonner la force de « vivre », a cinquante ans,tout n’est pas fini….facile a dire mais quelques fois,je reconnais on a envie de baisser les bras…..
    Je rejoins Armelle pour les papillons,petite j’adorais les regarder voler,j’inventais des chansons,je les trouvais beaux,de plusieurs couleurs,ils étaient libres ds le ciel…….bon lundi 😊

    1. Josiane Daste says:

      J’aime bp cette illustration,on est léger,on s’amuse à courir après ces magnifiques papillons,on semble heureux’, sans souci….

  6. chantal11 says:

    Ecriture élégante et légère pour décrire Odile
    « une femme avec la tête dans le vide et les pieds dans le ciel » un saut à l’élastique et celle ci est prête à casser
    difficile pour Odile de franchir une nouvelle frontière, celle de l’âge , le papillon oublie bien souvent qu’il a été une chenille

  7. Josiane Daste says:

    Un jour sabine,vs m’avez dit :on a la vie que l’on mérite..,,,, » d’accord’il faut se donner la peine d’être heureux,mais quand même on prend de ces gifles…..pas facile d’y faire face…….le pire est derrière moi,…j’ai l’impression que c’est le contraire…quand tout va mal……
    Même si je suis hors sujet,.ca me fait du bien de l’écrire……et comme Odile, quand on a la cinquantaine….on se pose des tas de questions…..

  8. christelle77 says:

    Le désordre qu’on ne voit plus, la vie que l’on mène sans plus avoir de recul sur soi … Voilà aussi pourquoi on vient aussi vous voir, je pense. Vous avez cette distance là (et le don de voyance en plus) pour nous dire ce qui ne va pas dans nos vies. Après, pourquoi ne pas vous écouter alors (puisqu’il semblerait que l’aveugle Odile ne veuille pas retrouver la vue !) ? Si vous donnez des clés pour être plus heureux, pourquoi ne pas les prendre ? Si Odile a des rêves de liberté, pourquoi s’enferme-t-elle dans cet amour impossible et inutile puisqu’il est néfaste ? Est-ce son destin de n’être que malheureuse ?

  9. Amelie says:

    Il y a certaines histoires qui sont fatigante  » lol  » car certains se compliquent la vie , alors qu’il n’y a pas lieu ( attention ,je ne juge pas , c’est mon avis .
    Après , quand dans le relationnel amoureux , qu’il y a trop de différence d’âge , autant pour un homme que pour une femme , c’est qu’il y a quelque chose qui cloche .
    Et aussi , si une personne vous demande un conseil et que en fait , elle en fait qu’a sa tête , ben que faire …….. rien du tout .

  10. christelle77 says:

    La dernière phrase aussi, très belle, m’interpelle cependant. Un rêve (pas in fantasme !) est fait pour se réaliser non ? Et ne faut-il pas tout mettre en oeuvre pour les réaliser quand ils comptent plus que tout ?
    C’est comme dire que c’est quand on ne cherche plus l’amour qu’il vous tombe dessus. Mais pourquoi ?!! Est-ce parce qu’alors on est plus ouvert au monde ? Est-ce parce qu’il nous faut obéir à notre destinée et que prendre des initiatives peut nous en détourner ?!
    … Me voilà bien questionneuse aujourd’hui ! 😖

    1. Sabine Thierry says:

      question mal formulée, je ne la comprends pas par contre Chantal répond pour moi de façon logique, pas le moment, pas la bonne personne, pas prêt….

  11. sandrine says:

    Pas facile de vivre avec un si lourd passé .Courrir avec une épuisette pour attraper des papillons c’est aussi pour Odile de courrir aprés quelque chose qu’elle ne pourra pas rattraper.

  12. claire says:

    Je suis triste de voir un destin pareil … violence dans l’enfance, sœur assassinée et souffrance affective… illusions …
    Peut-être qu’il faut à Odile l’audace d’oser une vie nouvelle, sans rêves mais ancrée dans la réalité … trouver sa liberté, son bien être et son bonheur en osant un changement.

Répondre à Françoise46 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *