Les carnets noirs de la voyance…fin.

La peur déploie son poids de fonte dans sa poitrine, alourdissant son cœur et contractant ses poumons. Il est pressé et l’écrase de tout son corps. Un truc âcre, son haleine, lui agresse les narines. Elle sent qu’une chose grave est en train de s’entortiller comme un nœud bien serré. Elle a fini nue dans le salon.  Nue sur la moquette. Elle en est sortie cabossée, humiliée. Assise contre le mur elle se souvient de l’espoir, puis de la gratitude, la gratitude de l’avoir…

Ce contenu est réservé aux Membres uniquement.
Se connecter Devenir membre
Partager: