Les Chroniques De Sabine…1.

Bienvenue à La Villa Thé Au Salon.

Si vous voulez continuer et adhérer( de cœur),

il vous faudra d’abord croire aux destins qui se suivent et se torsadent,

mais pas que…

il vous faudra croire en l’humain et en des lendemains meilleurs.

Il vous faudra être curieux,

parfois critique,

réagir ou rebondir.

Il vous faudra parfois accepter ici,

de venir y vivre ou,

d’y déposer un instant comme d’autres, vos valises.

Tout d’abord,

et pour commencer,

acceptez que je vous raconte l’histoire de ma maison,

petit théâtre des chroniques de Sabine, puissant et vertigineux à l’image de son saisissant décor.

Faire le choix de l’acheter a été une démarche qui m’engageait au-delà de la quête d’un toit.

C’était l’accomplissement d’un rêve,

un choix de vie mûrement réfléchi lié à un désir profond de retour à la terre et de vivre au rythme des saisons.

Depuis j’avance en douceur vers un mode de vie plus respectueux de la nature.

C’est dans la douce torpeur du mois de Mai deux mille douze,

par une belle journée de printemps que j’ai fait sa connaissance.

La Villa est depuis presque cent ans à sa place comme le sont les vaches à l’étable.

le soleil nonchalant,

s’étale.

En face,

le vieux clocher,

(on dit de lui que depuis toujours, il en est amoureux)  se dore sous les feux de sa majestueuse lumière.

Sous son costume joliment apprêté, aujourd’hui Dame Villa ayant retrouvé sa première jeunesse le nargue,

vêtue de ses volets et ses grilles noires,

elle trône à nouveau avec fierté et élégance au cœur du village.

Derrière ses murs épais il s’en est joué des comédies humaines,

la grisaille des gens ordinaires,

des idéaux déçus,

des défaites et des vengeances,

des leçons de ténèbres, fugues et des vies brisées par le chagrin.

Tandis que je visite cette maison laissée à l’abandon,

l’agent immobilier par ses confidences percutantes et lapidaires me plonge dans le passé familial du vendeur.

Je découvre l’envers dramatiques de vies dont j’ignorais tout.

Des hommes et des femmes aux journées laborieuses,

au mode de vie archaïque et aux mœurs rudes mis en lumière,

personnalités doubles ou troubles,

qui tous les jours ont tissé avec lucidité la souffrance de l’oubli,

les impossibles recommencements…

à  commencer par la rivalité passionnée qui anime deux époux au point de faire naufrager leurs existences respectives.

La solitude criante de la mère qui a perdu un fils suicidé,

et la tentative vaine de reconstruire d’un père, pour tenter d’apprendre à vivre après le drame.

Sans compter la grand-mère décédée, brûlée vive  dans sa maison en feu, (maison anciennement existante dans mon jardin )

La vie trompe tout le monde dans un jouissif jeu de dupes.

Dès cette première visite,

j’ai partagé avec ma maison l’émotion d’un monde disparu,

et  me suis attachée pour longtemps à ce petit monde à l’agonie.

Soyez les bienvenus.

Bientôt la chronique no II.

en attendant il est permis de réagir à cette page,

si vous avez eu un coup de foudre et une histoire pour votre maison je suis preneuse!

 

 

 

 

 

I

 

 

 

 

 

 

 

 

79 Commentaires
Partager:

79 Commentaires

  1. Tatiemomo says:

    Quel beau texte Sabine! Oui cette maison à fière allure, on la remarque par son élégance , son originalité et à la fois elle est traditionnelle de votre région, à un vrai cachet! Une maison qui héberge de bien belles personnes et qui a son histoire. Je suis attachée aux vieilles demeures, j aime le fait qu’ il y ait eu une vie, des vies avant. Je rénove une vieille ferme familiale et je m attache tout en modernisant certains coins à conserver le plus possible d objets, de vieilles portes, de parties diverses … qui ont été touchées par ceux qui y ont vecu . Je me bats avec les artisans pour conserver un pan de mur, un morceau de bois patiné par le temps, lissé par les mains qui l ont touché, une marche de pierres érodée par les passages successifs!

  2. Domino says:

    Waouh ! Il est vrai que nous, quand nous visitons des maisons, même si nous pouvons y ressentir des choses, nous ne sommes pas comme vous Sabine, à côtoyer tous les esprits qui y ont vécu ! Pour ma part, quand nous avions visité la maison que nous avons habitée depuis juin 2015 et que nous venons de vendre (divorce en cours), j’avais vraiment eu le coup de coeur. Elle date de 1704, corps de ferme rénovée, 220 m2, une grange, 2 greniers, 1 hectare de terrain, un verger …. C’était la dernière chance pour mon couple. Ça a juste été le déclencheur du « ras le bol » et du « je ne peux pas continuer comme ça ». Et c’est tant mieux ! Aujourd’hui, elle abrite un couple, lui fait des oeufs bio et a mis ses 300 poules dans le champ. J’espère qu’ils y seront heureux.
    Et pour ma part, je suis pour l’instant locataire d’un petit appart, et j’y suis très bien avec mes fils et mes chattes (et mon chéri de temps en temps 😉 ) Pour le ménage et le chauffage, c’est le top !!!!

    1. Sabine Thierry says:

      j’ai pensé à vous Domino quand j’ai écrit ce texte, je me souviens à la radio combien vous aviez fait passer votre émotion et votre amour pour cette maison,
      aujourd’hui elle est à sa place avec ses nouveaux occupants.

    1. Sabine Thierry says:

      c’est vrai Vincent,
      j’ai toujours donné une âme aux maisons, quand je les quitte, elles meurent doucement à nouveau.

  3. Josiane says:

    Pour une première chronique,wouah!l belle description de votre maison la villa the au salon et sa « petite place » avec son clocher…..vs avez eu un vrai coup de coeur!!on s’y sent tellement bien
    Pas de coup de foudre pour ma maison,elle appartenait à la famille de Jean Pierre mais avec le temps,avec quelques petits travaux,je m’y sens bien….

      1. Josiane says:

        Oui,en dernier temps ,mais ce n’etait pas la maison natale sa grand mère ,elle s’était mariée et avait habité ds l’autre maison…..je l’ai su par la suite,je comprends mieux pourquoi sabine m’avait pose certaines questions…..

      1. Josiane says:

        Ah je dis pas non…je ne sais pas si ça fait pareil aux autres lecteurs mais cette chronique de ce matin m’a bp apaisé….je ne sais pas comment l’expliquer…
        Vs avez aménagé en 2012,je pense alors que c est l’année ou je suis venue la première fois,les petits chats venaient de naître…😊,toutes ces transformations depuis….

  4. Carole says:

    J’adore!
    Une bien jolie maison qui trône fièrement sur la place, bien ancrée.
    Si elle était en effet à l’abandon quand elle vous a fait un clin d’œil, elle est pimpante aujourd’hui!
    J’aime votre description de cette maison comme si elle était un humain.
    C’est comme une carapace, une protection une maison ou un appartement. Si important de bien s’y sentir.

    « un choix de vie mûrement réfléchi lié à un désir profond de retour à la terre et de vivre au rythme des saisons » Comme je vous comprends.

    C’est important le choix d’une maison, tant d’événements s’y sont passées et lorsqu’un bâtiment a un passé très ancien, c’est mille vies qui y sont passées.
    C’est pourquoi une maison neuve me laisse toujours de marbre, pas de vécu, vide, mort.

    Je pense qu’une maison vous accepte ou ne vous accepte pas. A nous d’être à l’écoute et d’entendre. Mais important pour moi que des personnes comme vous puissent nous guider et nous dire si oui cette maison est bénéfique ou non pour nous.

    « La Villa est depuis presque cent ans à sa place comme le sont les vaches à l’étable », j’aime beaucoup cette phrase du temps qui passe.

    Il y a tant de choses a dire encore…

  5. Nurse 24 says:

    Pour une première chronique chapeau! Qu’est ce que ça va être par la suite !!! Me tarde !
    On est dans le vif du sujet, pas besoin de tourner autour du pot! N’est-ce pas Sabine!
    L’amour pour votre maison la rend plus belle et lui donne toute la place qu’elle mérite.
    Pour ma part, je sais que je vivrais une telle émotion quant à l’acquisition d’une maison. Quand j’ai acheté la mienne, je l’ai aimé mais sans plus, elle a du cachet pourtant, je savais que je n’allais pas y rester mais fallait que j’y demeure un certain temps, j’y ai appris beaucoup de choses, elle m’a contenue, calmée, forcée à ralentir, à me recentrer…et comme il est temps de passer la seconde, elle est en vente, en bonne voie, j’attends … tout est à sa place.
    Vous, moi et les autres…une maison ce n’est pas qu’un toit, c’est une destinée.
    Sabine, ode à la vie et à tous ces destins, bonne continuation pour cette chronique, qu’elle soit source de tendresse, de vérité afin d’y voir en demain une multitude de réflexions et de choix qui sont à la portée de main à qui veut bien se laisser guider.
    Bonne journée 😁

  6. Carole says:

    J’imagine que si l’agent immobilier vous a livré quelques vécus de certaines personnes, il n’était pas au courant de tout.
    Est ce que je peux vous demander si les personnes qui ont habité cette maison et qui sont décédées viennent vous voir, si c’est elles qui viennent vous livrer leur secret ?
    Comme cette grand mère brûlée vive dans sa maison qui était à la place de votre jardin, c’est pas rien comme drame, cela doit être super fort comme ressenti.
    Ensuite comment pacifier les lieux et si c’est possible ? Y a t’il un rite particulier ?

    Je vous l’ai dit cette chronique me parle beaucoup et m’interroge…

  7. Carole says:

    Si cela m’interroge autant, peut être est ce parce que je la cherche notre future maison ? je l’imagine.
    J’aimerai y être à ma place, être accueillie et la rendre belle, accueillante. Tout simplement bien.

  8. Martine Ex. Juliette says:

    Quel beau récit que le vôtre Sabine. Quelle belle description de votre maison ! Vous qui êtes habitée par le passé !! Vous êtes notre soleil à tous et notre réconfort. Je vous embrasse.

    1. Sabine Thierry says:

      Je l’ai encore fardée, de la nouveauté qui la rend encore plus unique!
      Si ça continue, Mr Clocher finira pas se déplacer!!!

  9. géraldine says:

    Bonjour Sabine
    quel magnifique texte et quelle vie dans cette demeure! ça vous ressemble tellement que je comprends que vous y soyez bien.
    Pour ma part, ma maison est faite de deux maisons rassemblées au cœur d’un village gallo-romain, une maison dans laquelle nous avons trouvé des vestiges gallo romains, des morceaux de poteries que mes enfants cherchent encore dans le jardin !!! …nous en avons trouvé avec des petites gravures faites à la main …c’est un rêve pour les petits!!

    Merci Sabine pour ce moment partagé et cette nouvelle chronique !
    Bonne journée
    Géraldine

    1. Christelle77 says:

      Trop classe ! Moi qui suis en stage dans un musée d’archéologie, je découvre la vie de tous ces petits objets qui racontent tellement de choses du passé !

  10. Anne64 says:

    Quel plaisir de vous lire. Cette première chronique me plait beaucoup. Cette maison, vous l’avez choisie et elle vous a peut être choosi aussi. Le clocher n’a qu’à bien se tenir, la concurrence est rude !
    L’achat de ma maison…un coup de foudre dès les premières secondes puis une grosse déception. Là, sos Sabine qui m’assure que tout va s’arranger. Je lui fais confiance mais les mois passent et rien ne bouge, sauf quelques rebondissements qui ne vont pas dans le sens de la vente à nouveau. Des tas de maisons visitées mais aucune ne nous plait, la première reste dans notre cœur, impossible de passer à autre chose. Je recontacte Sabine, elle me dit de ne pas lâcher, je l’écoute, et quelques temps après, alors que je n y croyais plus, le propriétaire me recontacte et la vente finit par se faire !

      1. Anne64 says:

        Oh ça oui !!! Et encore merci d’avoir été à mes côtés dans ce moment. 🙂 Comme toujours, vous aviez raison sur la fin de l’histoire.

  11. Nam says:

    Dans mon univers aussi il y a eu des fouilles gallo-romaine.
    C’est formidable de ressentir un coup de coeur pour sa maison, et oui je peux dire que je l’ai eu aussi. Construite par les mains de mon sang, je n’avais pas besoin de partir en vacances car je m’y sentais bien. Écurreils🐿, bosquet🌳, plaines, ballades avec 🐕🐶🐾, les vignes autour, lac, vous y êtes Sabine? 🙂 tel était mon environnement.

    Cette phrase: « C’était l’accomplissement d’un rêve, un choix de vie mûrement réfléchi lié à un désir profond de retour à la terre et de vivre au rythme des saisons. »
    C’est une phrase qui me… transporte! ^^

      1. Nam says:

        Dommage que cela s’urbanise, c’est tellement simple comme bonheur la nature mais trop précieux pour moi. J’aimerais parfois y être insensible, cela voudrait dire que j’aime la ville et tout serait plus simple. 🙂

  12. Chantal says:

    Magnifique description et histoire de cette maison..je n aime pas beaucoup les maisons anciennes j ai toujours peur que les personnes qui y ont vécu avant moi ne soient pas contentes que je sois là…c est vrai je suis une froussarde l agent immobilier ne devait pas savoir toutes les facultés que vous avez pour vous raconter son histoire comme ça.moi j aurais pris mes jambes à mon cou …vous commencez merveilleusement bien votre nouvelle rubrique et Confidences pour Confidences j aime beaucoup….merci Sabine

    1. Carole says:

      Oui mais Chantal, une maison neuve peut être construite sur un site où il s’est passé aussi beaucoup de choses. Important d’apprivoiser peut être ? ou pas ?

      1. Chantal says:

        C est vrai Carole j y ai pensé aussi au terrain mais ils n étaient pas dans les murs pourtant j aime les belles demeures mais pas pour moi..on dirait que la maison de Sabine n attendait que sa venue…tout semble à sa place…

  13. Laurence says:

    Coquette et discrète, ta maison te ressemble! Peut-être la quitteras-tu lorsque tu connaîtras tous ses secrets?
    Si tous les murs pouvaient parler ils en raconteraient de belles!
    Lorsque j’ai visité la maison dans laquelle nous vivons je l’ai immédiatement aimée pour son espace, ainsi que les vignes autour, la petite route qui descend à la rivière avec ses lièvres, ragondins et autre. La nature est aussi importante pour moi que la maison. Mais bon, il est temps de partir pour d’autres aventures et de laisser d’autres personnes l’habiter…

  14. Pascale says:

    Wouahhhh j’ai adoré l’histoire de cette première chronique, l’histoire de cette maison … Le pourquoi vous êtes revenue aux racines … captivant …
    J’adore parce que vous ressentez l’âme des maisons … c’est vraiment chouette. C’est bien décrit et écrit Où je vis ça me semble plus léger c’est un appartement moderne mais j’adore l’ancien … faut pouvoir porter …

  15. Christelle77 says:

    Quelle magnifique histoire de rencontre avec votre maison vous nous racontez, et quelle belle déclaration d’amour vous lui faite ! Ce qui est beau dans votre approche, c’est que quand vous voyez un lieu ou un bâtiment, vous ne le regardez pas seulement avec vos yeux mais aussi avec votre 6ème sens. Là où le commun des mortels voit l’enveloppe (un mur en pierres ou en moellons, un toit en tuile ou en ardoise, une couleur de mur qu’il aime ou pas, un agencement des espaces), vous, vous entendez des voix vous raconter les joies, les drames, les passions, la solitude, la plénitude qui l’ont remplie … Tout a une âme humaine grâce à votre perception et c’est émouvant ! Comme je trouve beau ce clocher amoureux de la lumière ! Et votre villa qui est devenue une Dame… ou plutôt une Reine !
    En tout cas, si vous mettez toujours autant de poésie à nous raconter le quotidien qui en est souvent privé… alors je vais adorer ces nouvelles chroniques !

    Pour ma part, en amour comme en maison, je n’ai pas encore trouvé chaussure à mon pied ! En même temps, je n’ai pour l’instant pas le temps de m’arrêter de courir pour essayer une chaussure-maison ou une chaussure-humaine ! Quand je pourrais me poser un peu, on verra ! lol

      1. Christelle77 says:

        Oui, je sais ! Et je patiente calmement !! De toute façon, mon esprit est bien trop occupé par ma formation, mon stage et par le fait de trouver une chaussure-emploi d’archiviste pour l’an prochain ! Et si je gère bien la formation et le stage, je rigole moins sur les candidatures ! Mais bon, tout va bien, je ne serais pas à la rue en septembre. Mon petit collège m’attend les bras ouverts !

        1. Anne64 says:

          No stress Christelle (oui oui, c’est moi la grande stressée qui dit ça !), vous allez trouver un emploi d’archiviste, c’est certain, passionnée comme vous l’êtes, cela ne peut être autrement !

          1. Christelle77 says:

            Si je postule, je vais le trouver c’est sur ! Le problème… c’est de postuler justement ! Vous savez que c’est abominable à lire une fiche de poste ?! On a l’impression qu’il faut avoir 10 bras et autant de cerveaux pour accomplir la mission ! Moi (qui je l’avoue peut avoir tendance à manquer légèrement de confiance en moi), je me dis que ce n’est pas possible de faire bien tout ce qu’ils demandent et je tourne les talons ! Et je me fais gronder ensuite par mes profs et mes camarades de classe parce que je ne postule pas et que c’est nul. Ils n’ont sûrement pas tort, enfin je n’en suis pas certaine non plus ! lol
            L’autre jour, j’ai lu une fiche de catégorie C histoire de comparer ! Même ça j’ai trouvé hyper complexe sur le papier ! … En même temps, l’an dernier, pour remplir mon CV, j’avais regardé les fiches de compétences pour les enseignants ! ça m’avait terrifié tout ce qu’il fallait savoir faire… alors que je faisais le taf depuis 15 ans !! Bref, j’aime pas les fiches de postes ! C’est nul !! lol

          2. Josiane says:

            Comme je vs rejoins Christelle pour les fiches de poste,quand je relis celle ou je suis au standard,ça fait « peur », et pourtant je me débrouille plutôt bien comme quoi…..je suis sûre que vs allez y arriver,si on aime ce que l’on fait,c’est bp plus simple😊

  16. Nam says:

    Vous réussissez ce que vous entreprenez Christelle, c’est vraiment super ça, et vos élèves aimeraient vous ressembler en cela, j’en suis sûre. :-). J’ai hâte d’avoir de vos nouvelles de votre prochaine vie d’archiviste et j’espère que cela vous plaira. ;-).

    1. Christelle77 says:

      Merci Nam ! Je ne suis pas certaine d’avoir été un modèle pour mes élèves… en tout cas pas ces 3 dernières années ! Par contre, je leur ai dit pourquoi je changeais de métier et à quel point c’était important de s’écouter quand on n’était plus heureux dans ce que l’on faisait ! J’espère que ça ils le garderont en mémoire et qu’ils oseront quelque peu bouleverser leur vie si le moment se présente un jour !
      Pour ce qui est de ma nouvelle vie d’archiviste, je suis certaine qu’elle me plaira. Tout ce que je fais dans ce domaine depuis 2 ans me plait déjà. Il n’y a donc pas de raison pour la suite. Mais bon, il me faut trouver le poste qui m’ira bien.

  17. chantal11 says:

    Bonsoir,
    En décalage de 6h de moins,je viens de lire vos lignes ,j’adore!
    Pour rebondir j’apporte mon témoignage concernant vos dires
    Il y a quelques années mon fils achetait une maison vous m’aviez dit  » cette maison apporte le malheur sur la femme »,en effet un nouveau né est décédé dans cette maison
    Quand à la villa thé au salon on sent vraiment de la présence et je peux en témoigner
    Quand à moi je n’ai encore jamais eu de coup de foudre pour une maison, j’en ai quitté plusieurs sans aucun regret
    Un très beau texte

    1. Sabine Thierry says:

      il vous faut trouver …ou bâtir votre cabane en bois au bord de l’eau…elle est là votre histoire.
      Merci pour votre retour et votre bienveillance pour mes lignes.

  18. Josiane says:

    Beaucoup d’émotion à vous lire . Les trop rares fois ou je vous ai rendu visite, je ne sais qui, de votre maison refuge ou de vous m’a enveloppée de bien être. Ce fut une belle rencontre toutes les deux. Vous avez merveilleusement investi ces superbes murs malgré un lourd passé. Je ne sais pas si j’aurais eu votre détermination … J
    e cherche moi aussi l’Abri et c’est une belle leçon que vous me donnez. J’attend la suite avec impatience …

      1. Sabrina PO says:

        Un grand plaisir de lire, enfin, les chroniques de Sabine , auxquelles je souhaite une longue vie !!!!!
        Je ne connais pas votre maison mais d’après votre description et la personne que vous êtes, on ne peut que se sentir bien !!!
        Je vais de ce pas lire la chronique II… !

  19. Lili says:

    C’est vrai qu’elle est jolie et accueillante, on s’y sent bien, on y dort bien. Elle a de la personnalité…
    J’aime ses toutes nouvelles grilles et ses carreaux noirs et blancs…
    C’est amusant, je ne me suis jamais attachée à une maison mais à vous lire, qu’il doit être agréable d’être en accord avec soi, dans son intérieur et son environnement. Je n’avais pas réalisé jusqu’à vous lire ce soir…

  20. mamie says:

    EN ce qui me concerne , j’ai des souvenirs qui me reviennent sans cesse . la grande maison de ma grand mère maternelle .Ancienne avec un patio et 2 pied de vignes anciennes qui étalaient leurs sarments pleins de raisins
    Des placards qui sentaient bon les gâteaux cuisinés par ma grand mère
    J’y ais vécue quelques mois , mes tantes et cousins y venaient . des moments de douceurs s’y sont écoulés … Douceur comme ma grand mère ou je posais ma joue sur sont bras dodu et apaisant
    Ma maison actuelle c’est un peut ça , ancienne avec des placards dans lesquels ont peut sentir l’odeur des gâteux
    Je m’y sens tellement bien !!!!
    ET la vigne une souche ancienne est a l’extérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *