Les Chroniques De Sabine…3.

Une cloche ancienne permet au visiteur de s’annoncer.
La maison à dominante de briques rouges et aux volets noirs lui ouvre sa porte.
Le calvaire et le bonheur des amants adultères, le jeu fiévreux de l’amour interdit,
des histoires où les corps se cherchent et se perdent en permanence,
il évoque avec moi sans fard, ni filtre,
avec une liberté de ton et un langage cru sa douleur, son questionnement.
Aucun tabou n’est éludé,
nous abordons tous les deux à travers le portrait d’un groupe de trois personnes confrontées à l’amour, le désamour, la souffrance et les désirs, la métamorphose des sentiments et la fureur de vivre.
Je vous raconte aujourd’hui une situation cocasse pétrie de vécu,

l’histoire d’un brelan s’ouvrant aux manipulations et autres hypocrisies.Ce qui vous amènera sûrement après lecture de cet article à porter une réflexion sur le couple et l’usure des sentiments.
Il, nous le nommerons Monsieur, a soixante ans.
Artisan divorcé, il vit depuis quelques années avec une femme plus jeune de dix ans.
Sa compagne , nous la nommerons Madame, a cinquante ans, elle n’a jamais été mariée et n’a pas d’enfant.
Fille unique, elle a hérité de l’entreprise familiale.
Misanthrope, il aime autant les livres qu’il déteste les gens.
Madame de nature plutôt diplomate, s’adapte et se plie à tous ses caprices et états d’âme.
Le calme des conversations, les heures qui durent comme le jour, l’éloignement s’installe sans qu’elle n’y prenne garde.
Monsieur s’ennuie.
Monsieur est un lecteur compulsif,
un jour il entre dans une librairie pour acheter de nouveaux livres, et tombe sous le charme de la commerçante.
Devenus très vite amants,
la mèche est allumée.
Elle, la libraire, on la nommera Élise, n’y tenant plus, n’a de cesse de lui demander de faire un choix.
Libre et terriblement malheureuse , elle ne supporte plus d’être une doublure.
Elle a le sentiment sale de ne pouvoir en supporter d’avantage,
elle en perd le sommeil et l’appétit,
et lui dit ne plus vouloir vivre ce cauchemar éveillé .
Il a préféré s’éloigner pour réfléchir, en réalité il m’avoue être retourné plein de raison, vivre avec Madame le reste de son âge.
Élise ne va pas mieux et pleure beaucoup,
toujours cette fichue mélancolie des femmes après l’abandon d’un homme.
De ces instants enfuis, il ne leur reste que des souvenirs et quelques notes de musique.
Celles qu’ils écoutaient à deux ou celles qu’elle écoute seule pour éponger son chagrin,
celles qui transforment la douleur en une lumière sombre et crue.
Monsieur aujourd’hui vit paisiblement avec Madame dans mon village où il fait bon vivre,
Madame se fortifie l’âme tandis que Monsieur se fait bronzer le cœur.
Quand à Élise,
il lui faudra recoudre vivante sa vie.
J’espère que cette nouvelle chronique de Sabine vous amènera à réagir et à commenter.
Une histoire personnelle peut-être à me raconter…
pour ma part je continuerai à aller chercher au fond de l’encrier la singularité des êtres que j’aime ici vous raconter.

24 Commentaires
Partager:

24 Commentaires

  1. Josiane says:

    Ce texte ns rappelle surtout qu’il faut éviter de tomber ds la routine dans un couple,l’un des deux peut s’ennuyer…il faut essayer de garder cette petite flamme …… preter de l’attention a l’autre….,certes en vieillissant on change,surtout physiquement,pas facile de se voir vieillir….voilà plein de questions qu’il faut se poser si un jour notre mari ou épouse aurait envie de faire une petite pause…..

  2. Rabia says:

    Monsieur et Madame sont arrivés au bout de leur histoire.
    Le manque de courage de s’avouer qu’ils ne sont plus heureux ensemble est préféré à la vie chacun de son côté.
    Lui les livres et Élise qui représente la liaison interdite qui piment sa vie durant un laps de temps.
    Elle, la soumission, le devoir d’etre la compagne fidèle.
    Quelle tristesse !

  3. Chantal says:

    J ai l impression que Monsieur n aime que lui il n est pas capable de rendre une femme heureuse il a juste voulu une petite recréation cela m énerve. Élise ne lui avait rien demandé d autre sinon que d être honnête…c est bien Sabine car on prête souvent aux femmes de ne pas pouvoir assumer…et bien non les hommes ont leurs faiblesses

  4. Sabrina PO says:

    Cette chronique est pleine de réalité …
    La photo… on pourrait imaginer Monsieur et Elise se baladant comme deux amants incognito, pendant certains moments de bonheurs adultères volés.
    Ces deux femmes sont malheureuses … L’épouse vivant comme une ombre pour assouvir le mari et la maîtresse qui veut plus que des rendez-vous sans lendemain pour ne plus resté , » caché » … c’est sûr aucune des deux n’est à sa « place ».
    Le mari fuyant et lâche, préfère laisser tomber la maîtresse et retrouver un certain confort habitué avec son épouse complaisante, qui, elle, ne lui demande rien .
    Ne dit-on pas que l’on sait ce que l’on quitte mais jamais ce que l’on gagne ..
    Une anecdote …
    Une compagne et mère, croyant que sa vie amoureuse avec son conjoint allait plutôt bien ( même si ce n’était pas le top ) et qui pensait mener encore longtemps sa petite vie comme dans un cocon, se retrouva un soir seule devant les heures interminables à attendre et finalement au petit matin à comprendre, que cette vie là ne lui allait qu’à elle…mais pas à son compagnon qui lui était en demande de plus d’amour , chose qu’elle ne savait pas faire… allez savoir pourquoi..? Elle était plus une mère qu’une amante et ça lui allait bien.
    Ce jour-là, en plein apmidi, il rentra les traits fatigués d’une nuit de passion et fût honnête avec elle, lui avoua avoir rencontré une femme qui savait lui donner de l’amour et qui voulait même plus…
    La compagne sans réaction, écoutais… sans esclandre, ni bruit, la vie repris son cours…

    Bref, toute l’histoire serait trop longue à raconter.. juste voulue soulignée par l’anecdote, l’adultère.

  5. Sabrina PO says:

    Il n’y a jamais de hasard..
    On peut imaginer, soit qu’ Elise passe s’en faire de bruit…soit qu’elle décide de mettre Monsieur face à la vérité de sa relation avec elle devant Madame…

      1. Josiane says:

        Ou l’inverse,pour l’avoir vécu il y bp d’années en arrière,vous pensez être avec une personne et vs le croisez avec une autre avec qui vs pensiez qu’il n’avait plus de relation….ca ne fait pas plaisir du tout !!

        1. Sabrina PO says:

          Sur le moment c’est certain ca ne fait pas plaisir !! Mais ensuite,on se dit que cette personne là n’était pas pour nous ..

  6. Nurse 24 says:

    Une singularité des êtres bien racontée M’dame Sabine! Une singularité tellement banale, aussi vieille que le monde …
    Si chacun savait s’exprimer à nu et assumer leurs émotions ou leurs sentiments, leurs responsabilités
    Si tromper une fois aidait à aller de l’avant, à se comprendre soi même, à comprendre où nous en sommes pourquoi pas…mais si cela devient facile comme un jeu, une récréation, juste un pansement, un remède à l’ennui sans en chercher l’origine du mal…ce mal rongera et ne se guérira jamais
    ou si chacun vivait le moment présent sans se préoccuper de demain,
    si chacun prenait son mal en patience ou non mieux…son bien en urgence?
    Alors oui, avec des si…..seulement les relations seraient moins chaotiques, plus sereines
    Est ce si compliqué de communiquer ? Pour les uns, sans doute
    Est ce si compliqué de se regarder dans le miroir? Pour d’autres, évidemment
    N’est ce pas plus simple de bien s’occuper de soi, de prendre soin de soi, de se dire la vérité, de se libérer? Oh que si!!!!!
    Une relation n’est pas un long fleuve tranquille, ça se saurait sinon!!! Seulement, même si les années passent, même si nous évoluons pas au même rythme ni de la même manière, il est important je pense de respecter sa relation et de l’accepter, de choisir de se battre pour elle et de rester ou alors de partir s’il le faut, de la laisser vivre ce qu’elle a à vivre, pour un temps ou pour toujours.
    Pour moi Sabine, au delà des relations, même si c’est bon d’avoir quelqu’un auprès de soi, il y a la vie. Les années passent dans une vie mais le plus important c’est la vie qu’il y a dans ces années. Je ne sais pas si j’en m’écarte du sujet, mais je me dis que, après ce que je viens de vous raconter, nous sommes tous des élèves de la vie, elle se doit d’être vécue la plus harmonieuse possible, car si nous faisons cet effort pour elle, nous la faisons pour nous et forcément pour les autres.
    Note à moi même :
    « La vie met toujours des pierres sur ton chemin, à toi de décider d’en faire un mur ou un pont…
    Il n’y a personne d’entre nous qui va s’en sortir vivant. Alors arrête de te prendre au sérieux. Mange de la bouffe délicieuse, saute dans les flaques d’eau ( j’adore ça !!!!) ou dans l’océan, marche au soleil, au cœur de la Nature. Dis toujours la vérité. Écoute ton cœur, écoute ton intuition. Sois bizarre, sois folle, sois toi même. Aime!. Sois généreuse. Sois honnête. C’est tout. Y’a pas de temps pour autre chose. »

  7. Christelle77 says:

    Je suis assez inculte sur ce sujet. Mais je me demande toujours à quoi bon franchir le pas de l’adultère sachant qu’il y a, à la sortie, souvent peu de chances que les époux quittent leurs épouses. Est-ce que cet amour-là vaut tant le coup que ça d’être vécu si c’est pour finir en miette ? Est-ce que le désir est plus fort que tout ? Est-ce que les amantes se pensent au départ suffisamment fortes pour accepter une situation qui ne l’est pas, parce qu’elle fait au final souffrir tout le monde ou presque ? Et est-ce que jouer au bonheur marital comme un comédien jouerait un personnage à l’opposé de ce qu’il est, suffit à se convaincre qu’on est heureux ? Voilà bien des mystères pour moi…

  8. chantal11 says:

    J’adore votre texte, vos expression « l’histoire d’un brelan »
    Ayant vécu une situation similaire pendant quelques années,
    la fin fût différente puisque chacun de nous avons pris nos clic et nos clacs et
    depuis presque 20 ans l’amour est grandissant et une complicité qui nous aide
    dans les moments difficiles, le rire fait parti de notre quotidien ainsi que l’aventure!

  9. Nurse 24 says:

    Bonnes questions Christelle ! Vaste sujet effectivement…je peux en répondre à une parce que nous sommes, mes frères et moi, issus de cet amour là comme vous dites. Un amour, avec des hauts et des bas, de la routine, des enfants à s’occuper, gérer un quotidien parfois dur et j’en passe, la vie de famille quoi!
    Seulement, au delà des apparences, nous nous aimons tous à notre manière, une manière discrète et timide, pudique en fait. Mes parents ont su faire valoir le respect, la franchise, le plaisir d’être ensemble, la lutte contre l’ennui, la rigolade…oh oui la rigolade! Pourtant, on ne peut pas dire qu’ils aient pu profité à fond de leur couple, ou si, à leur manière, celle dans laquelle où comme une pièce de puzzle combinée à une autre a formé leur image Jusqu’à ce que la mort les sépare…
    Vous vous rendez compte, si mon père n’avait pas franchi cette barrière de l’adultère, je ne serais pas là !!!! 😂😂😂
    En fait, je crois que penser généralité tue l’individualité d’une personne ou d’une situation.
    Tout à un sens…

  10. lili says:

    « il lui faudra recoudre vivante sa vie » : elle est terrible cette phrase de souffrance…
    Impossible de commenter cette histoire sans rentrer dans le jugement…ce que je n’aime pas du tout.
    Néanmoins, aller tant pis…Monsieur évoque pour moi en effet la lâcheté, la manipulation, la légèreté tandis que l’officielle fortifie son âme et l’officieuse recoud vivante sa vie. Il s’en sort pas trop mal LUI.
    Aller voir ailleurs peut être une façon d’enterrer ce qui n’existe plus, ce dont on ne veut plus, on ne peut plus. C’est revenir à la vie, comme une plante qui aurait été privée de soleil et d’eau et à qui on redonne sa place : elle redevient une belle plante !
    Je rejoins Nurse24…
    Avant de choisir la bonne personne, il faudrait se connaître soi. Je me faisais la réflexion suivante : « qu’il est facile de faire des enfants avec un homme ; qu’il est difficile de trouver le bon, celui qui nous correspond et sera à sa place « ….
    Ne rien presser, se confronter aux autres et à soi pour se connaître soi, être honnête avec soi et trouver enfin sa moitié. Maudite légende de Platon, à croire qu’il a raison…

  11. Pascale says:

    Texte criant de vérité sur « l’amour » mais aussi sur les façons d’être devant l’adultère.
    Ayant vécu cette expérience il y a quelques années, celle-ci m’a permis de comprendre que cette situation n’est pas juste pour personne et qu’elle n’apporte que souffrance.
    Etre responsable de ses actes sans lâcheté, sans politique de l’autruche et respecter c’est ce que je retiendrai de cela car où se trouve la confiance en soi en l’autre après ? …
    De belles réflexions dans les commentaires …
    et est-ce de l’amour finalement ? quel est le véritable amour ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *