Les Chroniques De Sabine…4.

C’est un tout petit bout de terre entouré par le lac,

la brume du matin crée une atmosphère étrange à la lisière du fantastique.

Pour l’écrivain, ce paysage fait naître des histoires qu’il a arpentées dans la réalité ou dans ses rêves.

Les chroniques de Sabine ont pour décor naturel Lacanau.

Mettre un peu de piment dans le quotidien, tel est le point de départ de ce cercle amical qui se tient dans la villa Georges.

On dit du bonheur qu’il peut être dans le pré, il peut l’être aussi entre amis.

Les langues se délient,

les gens se mettent à parler avec leur mémoire.

C’est un peu comme si chacun écrivait une petite nouvelle, avec des protagonistes qui se croisent,

des histoires qui se font et se défont.

C’est là tout l’art de ce club,

plonger dans les souvenirs,et interroger les témoins,

chercher à démêler les fils,

montrer, chacun englué dans ses  problèmes quotidiens

Jean-Pierre est le plus ancien,

âgé de soixante quatorze ans, il est l’homme aux mille dadas.

Retraité des postes, il n’y a pas un jour où il ne se toque d’un nouveau cheval de bataille.

Michel, professeur à l’université, dans quelques mois aura soixante cinq ans et pourra à son tour profiter d’une pause bien méritée, en attendant,

par son regard lumineux et son souci de vérité il retrace, en dissipant les silences, pas à pas l’histoire de leur micro village.

François, plombier de son état avait quitté Lacanau et son épouse volage,

aujourd’hui, revenu, il reprend son métier d’artisan.

Alain, notre ancien gendarme au caractère bien trempé, s’amuse lui en tentant de communiquer avec les fantômes.

Ils se connaissent depuis l’école et se retrouvent une fois par semaine afin d’écrire ensemble un livre d’à peine cent pages, aux airs de testament.

Les déjeuners gourmands chez Denise,

les coups de cœur et les coups de sang,

les larmes de trop pleurer ou de trop rire.

La vie continue pour Jean-Pierre, Michel et tous les autres, désormais presque tous septuagénaires.

Et vous est ce que ça vous parle?

Des amitiés vieilles comme le monde et un lieu auquel on reste attachés et où on aime se retrouver.

Je vous lis déjà…

 

 

 

37 Commentaires
Partager:

37 Commentaires

  1. Sabrina PO says:

    La photo est d’un paisible….tout ce à quoi j’aspire !
    Je n’ai pas tisser de liens aussi fort donc pas d’amitié aussi anciennes… si des copines ou des relations faite pa par le biais de formations et activités professionnelles …. j’ai été davantage famille. . Mes soeurs étaient mes meilleures confidentes … et amies.
    C’est sûrement dû à mon âme de solitaire 😉..
    La véritable amitié est comme le véritable amour il est beau que s’il est Sincère, Vrai et sans fard..

    1. Sabine Thierry says:

      c’est vrai Sabrina, l’amitié est une forme d’amour.
      Avez vous un regret, celui de ne pas avoir connu l’amitié la vraie , celle qui dure toujours?

  2. Tatie momo says:

    oui cela me parle , la mémoire d ‘un village , la mémoire commune c’est fédérateur et en même temps un peu nostalgique. On se rappelle l’ancien temps avec un certain regret parfois. Par contre écrire, laisser une trace écrite du vécu est important car la transmission orale n’existe plus comme avant entre les générations et il faut cependant transmettre. Et puis ces jeunes retraités doivent passer de bons moments de rigolades, de convivialité, de partage…

  3. Tatiemomo says:

    Pour moi sujet un peu difficile. L’ amitié c est parfois 20 ans, 25 ans de relations fortes, régulières et puis …patatras. je ne supporte pas la trahison et dans ce domaine je ne pardonne pas car je donne sans compter!!!
    Mais en fait en réfléchissant au sujet ces amitiés je ne les ai pas choisies elles m ont été mposées par les intéressés eux mêmes ou par les circonstances. Cela explique peut être cela???

  4. Anne64 says:

    Les amitiés d’enfance, cela me parle. J’ai surtout gardé 2 amis d’enfance, 2 frères. Nos parents sont aussi très amis. Nous sommes maintenant très éloignés géographiquement mais dès que nous nous retrouvons, c’est magique, l’impression de s’être quitté la veille. Au quotidien, nous avons sans cesse des nouvelles à travers nos mamans qui se racontent tout de nous.
    Ce que vous décrivez dans votre article Sabine, ces amis qui se retrouvent comme un petit rituel pour écrire ensemble, je trouve cela très beau.

      1. Anne64 says:

        Oui, ce texte m’a beaucoup plu. L’amitié telle que vous la racontez donne envie de connaître la même chose. J’aime beaucoup le fait que ces amis se retrouvent de façon régulière pour partager un projet commun, je trouve cela vraiment très chouet. Et puis, on sent, à travers vos mots, que cette amitié est sincère, toute simple mais remplie de belles choses.

  5. Sabrina PO says:

    Un regret..?
    J’avais une très bonne amie à l’époque, de 12 à 17,18ans, Mireille pour la nommer…
    On à partagé les bons comme les mauvais moments ensemble, les fous rires, les sortie…les gourmandises. , nos premières cigarettes en cachette et nos premiers grands émois amoureux.
    Ensuite, lors d’une de nos escapades, pour une sortie en boîte, nous avons rencontrés 2 garçons et l’un d’eux fit et devint son futur compagnon et le père de ses enfants…elle fit sa vie..
    De mon coté je rencontrais un jeune homme qui devint le pété de mon fils et nous sommes partis nous installer dans le nord est.
    Nous nous sommes contactées un petit moment et puis plus rien… Je me dis après réflexion et regret que notre amitié même si elle a été belle, n’était pas assez forte pour résister à la distance et aux circonstances.
    Très beaux souvenirs tout de même…

  6. Armelle says:

    J’ai 2 amies d’enfance dans ma vie. Nos parents ont toujours été voisins. Nous sommes très liées. Elles sont sœurs. Je me considère et elles aussi, comme leur grande sœur. Je suis plus âgée de quelques années. Nous nous voyons très souvent et communiquons ensemble quasiment tous les jours. Leur père ( fils unique ) venait, enfant, dans ma famille, mon père était l’aîné d’une très grande fratrie.
    L’amitié c’est aussi beau que l’amour !

  7. Josiane says:

    L’amitié,voilà un mot qui me parle,j’ai pense longtemps avoir de vraies amies mais j’ai été très déçue…..pour des tas de raison….la seule personne avec qui j’ai vraiment garde des liens depuis la maternelle est un homme,il a mon âge,bien sur il a sa vie,(a perdu sa femme suite à une maladie),il est tres ami avec mon frère,c’est quelqu’un que j’apprécie bp..je ne le vois pas souvent mais ns sommes contents quand ns ns voyons……j’aurais aimé avoir une amie…..pouvoir tout partager avec elle,( j’ai ma soeur….c’est deja bien.,,,,,😊)mes fils jouent au rugby,j’y ai fait de bonnes rencontres,Jean Pierre aussi,ns sommes bien avec eux,de bons moments partages…..

  8. Christelle77 says:

    Ah ! « Les copains d’abord » comme chantait Brassens ou « Chez Laurette » comme chantait Delpech ! C’est chouette cette idée d’écrire un livre de souvenirs, surtout que j’imagine que quand il y a prescription, des choses qu’on n’avait jamais dites ou des ressentis sont dévoilés !
    Pour ma part, je n’ai quasi plus de contacts avec mes amis d’école. C’est bizarre d’ailleurs parce que nous étions un petit groupe à avoir fait maternelle-terminale ensemble ! Et dans le lot, on est une majorité à avoir fait prof d’ailleurs, c’est amusant !! Mais c’est comme pour Anne64, pour certains d’entre eux, ce sont nos parents qui, quand ils se rencontrent, font le lien et nous donnent des nouvelles.
    Par contre, je vois encore quelques amis qui faisaient partie du même orchestre que moi jusqu’à mes 25 ans et qui sont presque tous restés dans le Sud Ouest. On se voit souvent 1 fois par an. Ce n’est pas beaucoup mais on est content de se retrouver !
    En tout cas, il est émouvant ce texte, parce qu’elle est belle cette amitié d’hommes qui, malgré leur âge de sagesse semblent encore s’amuser comme des enfants !

  9. Nurse 24 says:

    Bonsoir Sabine,
    Votre histoire c’est juste waouhhhhh!!!!
    Je ne sais plus où j’ai lu ceci mais cela m’a marquée « L’amitié est un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible »
    Mes amis d’enfance je ne les vois plus. Juste à travers les réseaux sociaux… mon déménagement enfant n’a pas permis de conserver ces liens. Je m’en suis fait d’autres. Parce que je suis une âme quelque peu solitaire, disons que chacun fait sa vie, je laisse libre le cours de la vie. Je suis pareille avec ma famille. Je n’ai pas le besoin de les voir tout le temps, mais Ô combien j’apprécie de les revoir. Même si famille ou amis je ne les vois pas tout le temps, l’échange d’un texto, l’occasion d’un événement, le temps d’une pause, de faire la surprise de ma venue ( et ça les surprises je gère !!! 😂) me suffit à me combler de bonheur puis….
    Le plus important est que je sais au plus profond de moi qu’ils seront là si j’ai besoin … autant que moi si eux ont besoin, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. On ne peut compter que sur soi même, oui…mais que c’est bon de pouvoir se reposer sur quelqu’un.
    Pour beaucoup, ils font partis de mon réseau professionnel, j’ai le souvenir pas si lointain, d’une intervention où je retrouve une amie, nos sourires et nos regards ont suffit pour rallumer cette belle amitié qui est née lorsque nous travaillons ensemble. Nous avons traversé des épreuves personnelles et professionnelles…nous étions là l’une pour l’autre. Non, je parle au présent, nous sommes là l’une pour l’autre. Ce jour là, à peine le temps de se parler…nous étions en parfaite osmose professionnelle, on savait sans même s’adresser la parole, qui faisait quoi avec des gestes synchronisés, un bonheur surtout dans les circonstances qui nous imposaient rigueur et rapidité… nous aimons ça ! Mais une blague vite fait bien placée nous a rappelé les bons moments que nous avions vécus. Je ne voudrais pas choquer certains mais un rire même court dans un moment triste nous fait du bien, tellement de bien…
    Alors, effectivement, l’idée de faire un livre est juste énorme ! Cette idée m’avait traversée l’esprit parce que j’en ai à raconter dans mon milieu 😂😂😂 pas toujours drôle mais d’une humanité hors pair!
    Pour moi, l’amitie est la rencontre d’âmes sœurs, homme ou femme, où les souvenirs me réchauffent le cœur. Et comme je leur dit souvent, quand on sera vieux, on fera toujours autant de conneries mais on les fera juste plus lentement!!! 🤣

  10. lili says:

    Magnifique éloge à l’amitié…Sont-ils conscients du trésor qu’ils partagent ?
    J’ai en tête une photo de Brel-Brassens-Ferré…
    Je me suis souvent fait la réflexion de l’émotion ressentie à la vue et à l’ouïe d’un groupe de potes version masculin. IL s’en dégage une fluidité, une osmose, une simplicité que je trouve plus difficile à trouver chez les femmes.
    Longtemps, je me suis mieux accordée avec les hommes qu’avec les femmes et puis, contre toute attente, j’ai enfin réussi à avoir des amies femmes qui sont dans la même démarche que moi. Fluidité, bienveillance, juste partager un moment sans prise de tête, sans jugements et autres compétitions inintéressantes …
    Pour ce qui est de la longévité, pas vraiment pour moi, dans ma famille, il fallait se « méfier » de l’extérieur ! AH, j’en sourie ironiquement ! C’est plutôt eux que j’aurais dû fuir plus tôt que je ne l’ai fait…

  11. Josiane says:

    Ah, les amis ! C’est une famille avec qui on tisse des liens spontanément .
    Pas d’ obligations sinon le respect . Pas de jugements à l’emporte pièce. On écoute, on se comprend, on rit, on pleure ensemble . Christian fut mon « amoureux » à l’école primaire, nous avions 8, 9, 10 … ans. Il y a 60 ans. Que de beaux moments, que de galères aussi séparément. Il s’est passé tant de choses mais jamais le lien ne s’est rompu. Nous échangeons très régulièrement et nous voyons de temps en temps.
    Et puis Myriam « l’amie sœur » nous fêtons chaque année notre rencontre : 50 ans !
    Et puis Marie France la fidèle, elle s’est envolée vers la Guyane et puis vers d’autres cieux ..
    Il y en a quelques autres, garçons, filles … Je ne me souviens pas avoir été déçue.
    J’ai plus de facilité à écouter. Je suis extrêmement fière de recevoir ces confidences.
    Je pourrais écrire chacune de ces vies mais … chut ! c’est un secret !!

  12. Pascale says:

    J. Brel disait que l’amitié c’était plus fort que l’amour, il l’a démontré en chantant sa chanson pour son fidèle ami « jojo »
    « six pieds sous terre Jojo tu n’es pas mort
    six pieds sous terre je t’aime encore … »
    Superbe texte d’une amitié entre deux hommes … touchant et émouvant quand on écoute cette chanson.
    L’amitié, le partage, les relations humaines c’est finalement ce que l’on retient le plus dans une vie. Ce qui marque le plus… la rencontre.
    Le reste à ses bons côtés mais il peut y avoir beaucoup de superficialité …
    On a toujours quelque chose à apprendre d’une personne, et si avec le temps les liens restent c’est merveilleux !

  13. florence says:

    L’amitié…
    depuis les bancs de l’école primaire, avec Jo….aujourd hui on se nomme etre soeurs de coeur…
    en fait depuis nos 5 ans jusqu’à nos 15 ans … nous étions dans la meme classe, de nombreux fous rires que l’on ne peut avoir avoir personne d’autres… encore aujourd hui à quasi 50 ans ça nous arrive, meme par téléphone…c’est pour dire!
    Meme si à moment donné, nous avons perdu le lien quelques brèves années, nous nous sommes retrouvées…
    Et meme si nous n’avons pas du tout eu eu le meme parcours, nous n’avons pas les memes centre d’intéret , ni la meme sensibilité , la relation est là …
    Ce qui nous lie aussi je pense est que nous avons passé toute notre enfance dans le meme village, que nos
    parents sont amis, que nos avons été proches des grands parents et de la valeur de la terre, de la nature et des excellents souvenirs qui nous lient à tout cela…une vraie authenticité, vraie richesse

    Et j’adore votre texte, emprunte à la fois de nostalgie, de beauté et d’espoir du lendemain.
    Par contre, la photo est bien trop triste à mon gout, reflétant un certain isolement…

    1. Sabine Thierry says:

      La photo est réelle, elle correspond au lieu d’enfance de ces messieurs et je peux vous garantir que ce lieu n’a rien de triste.

  14. Vincent says:

    Etrangement pour moi pas d’amis d’enfance mais je considère mes cousins comme tel, nous avons toujours tout fait ensemble.
    Après des amitiés toujours présentent, de belles personnes ayant parcouru des instants de ma vie et bizarrement des retrouvailles à chaque fois plus exceptionnelles aux quatre coins du monde.
    A chaque étape de ma vie correspond une amie, une amitié belle avec le sentiment de ne s’être jamais quittés de la Mauritanieà l’Espagne en passant par les Usa, la Colombie, le Chili et certainement la Tunisie…Il y a des amitiés, des forces que même les frontières ne peuvent séparer…maintenant mes chers amis sont répartis sur tous les continents de l’Australie au Cambodge en passant par la Malaisie , la Colombie et le Chili et moi je me trouve désormais en Tunisie pays qui a bercé mon enfance et mes amitiés avec la famille Ben Ali.
    Merci pour ce bel espace pour s’évader.

    Bises

  15. christelle77 says:

    L’autre jour, je n’ai pas parlé de ma meilleure amie Florence. Parce qu’elle n’est pas une amie d’école… Ou enfin si d’une certaine manière puisque nous avons fait notre année de stage dans le même collège ! C’était il y a 15 ans et même si l’on se voit trop peu ces derniers temps parce que je suis moins redescendue dans le Sud, on s’appelle très régulièrement, on se soutient dans nos reconversions respectives, on s’apprécie parce que, d’une certaine manière, on se ressemble sur plein de points. Je lui remonte le moral quand ça ne va pas, je lui donne la confiance que je ne suis pas fichue de me donner à moi-même (c’est fou comme on est plus doué avec les autres qu’avec soi-même. !). Et elle fait exactement pareil avec moi. Alors ce n’est peut-être que 15 années d’amitié et que ce n’est rien comparé à l’amitié d’une vie… Mais j’espère de tout Coeur que, dans 10, 20 ou 40 ans… Ce lien sera toujours là et toujours aussi réconfortant !

  16. Domino says:

    Les amis t’aiment comme tu es. Et t’aiment avec (et malgré) tes défauts, sans te juger. Je n’ai plus trop de contact avec mes amis d’enfance. Mes amies « à la vie à la mort » sont celles que je me suis faites par le sport. Le hand, puis le rugby : des épopées épiques, des trajets en bus interminables, des matches difficiles où notre amitié faisait la différence face à des équipes plus fortes que nous sur le papier, des retours de fête (qu’on ait gagné ou perdu d’ailleurs, les fameuses 3èmes mi-temps – on en rit encore en se remémorant certaines soirées ! 😉 ) On ne se voit pas tous les jours, mais quand on se revoit, c’est comme si on s’était quittées hier. Elle me connaissent bien, acceptent mon caractère bien trempé, mes excès quelquefois, car elles savent aussi que je suis droite et fidèle, comme elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *