Les chroniques de Sabine…

Une femme marche dans la rue. La nuit noire est brouillard. Les maisons sont comme des épitaphes. Une femme marche dans la rue. Cachée par une grande écharpe. Une femme marche dans la rue. Elle ne sait pas ce qui se passe. Peut-être que tout la dépasse. Aux fenêtres, les rideaux sont tirés. D’autres ont les volets fermés. Une femme marche dans la rue. Elle ne se souvient pas. Elle ne se souvient plus. Son pas est pressé. Son allure élancée. Elle est peut-être…

Ce contenu est réservé aux Membres uniquement.
Se connecter Devenir membre
Partager: