Les chroniques de Sabine…balade en forêt.

Il est sept heures trente. C’est une matinée de ces jours de fin de l’été où l’on n’a aucune raison de se protéger. Émerge de la pénombre floutée, la brume qui, tel un voile de coton, enveloppe les eaux du lac. Accaparée par cette liberté dont je rêve à longueur de journée, j’avance le long du lac, je suis souffle, je suis une ombre qui s’agite, une image vouée à disparaître.  Évitant toute parole inutile, je profite de ces instants de solitude pour méditer…

Ce contenu est réservé aux Membres uniquement.
Se connecter Devenir membre
Partager: