Les chroniques de Sabine…une carte postale.

 

Afficher l’image source

Food market à Nordoeck.

Une brassée d’images et d’émotions, devant moi un supplément de grâce, l’horizon compose un magnifique chant de liberté en levant le rideau sur un éventail  aux nuances infinies. Pouvoir raconter, comme si j’écrivais une carte postale seulement en quelques lignes des destins isolés sans que rien ne s’immobilise jamais. Autour de moi il y a les amis fidèles des premiers jours… la mer, les montages, le soleil et les nuages pour les accompagner, c’est un petit coin d’entretiens ciselés au sommet de nulle part, je m’habitue, j’entends et reconnais les différents accents, une scène se déplie lentement, il y a des hommes et des femmes endimanchés, ceux qui servent drapés dans leur peau chocolat,  un petit peuple africain qui a su au fil des siècles briser ses chaînes, transformer ses peurs en force, sa fragilité en énergie,  peu importe les pas pourvu qu’ ils avancent!  Et puis il y a les autres, les blancs ceux qui trop encombrés d’eux mêmes se font servir depuis la nuit des temps, ceux dont la dignité repose sur la toilette, l’intelligence au repos. Il y a pour eux de la musique,  ça bouge, ça mange, ça boit, et ça coupe la parole sous une belle lumière, leurs enfants rois riant aux éclats courent après les choses et les moments se moquant des règles qu’on doit respecter et des interdits qu’ils franchissent allègrement. Quelques lignes seulement pour vous, pour un texte court à l’écriture ramassée pour dépeindre un cliché usé à mort, quand à moi, témoin silencieux quelque peu désabusé je pose mon stylo plus que jamais consciente de ma chance, celle d’être bien née avec la liberté d’avoir pour moi l’air et l’eau, les arbres et les oiseaux, l’odeur de la terre, la douceur des aubes et des crépuscules.

à demain…ou pas.

 

 

Afficher l’image source

42 Commentaires
Partager:

42 Commentaires

  1. Armelle says:

    On achète et on mange sur place ? J’aime bien ce principe. La dernière photo Sabine, c’est votre logement ? Profitez du soleil, ici il n’y en a pas.
    Les blancs assis qui se font servir … on a l’impression que cela ne changera donc jamais !

    1. Sabine Thierry says:

      C’est en train de changer et je l’évoque dans le texte, relisez les premières lignes,
      comme au début du séjour quand j’évoquais l’Algérie, ça veut tout dire…

    1. Sabine Thierry says:

      Non ce n’est pas là où je vis, dans une semaine, je pars vers d’autres horizons, vous découvrirez avec moi…c’est là où il y avait le food garden.

  2. Françoise46 says:

    Bonjour Sabine, à toutes et tous, Sabine, pendant votre périple, irez-vous à la rencontre d’un Chaman, et, si oui, pourrez-vous nous en parler ?
    Bon dimanche à tous, à la neige ou au soleil…

  3. Laurencence says:

    Une carte postale dans laquelle la réalité s’invite, avec le côté obscur de l’homme. L’homme sera toujours un loup pour l’homme … merci pour ces instantanées Sabine, être touchée c’est être vivante! Bonnes tribulations ailleurs, on attend la suite…

  4. Cedric says:

    Très belle photo avec ses belles montagnes en arrière-plan. Jolie carte postale d’un moment que tu as vécu. La situation évolue un peu, certes, mais cela semble fragile. On ressent dans tes lignes une certaine distance entre les Blancs et les Noirs, et surtout des conditions de vie totalement différentes. J’ai hâte de savoir où tu vas, le lieu que tu vas nous faire découvrir 😊. Belle journée chaude et ensoleillée à toi 😄

  5. Christelle77 says:

    Tout est toujours, je pense, une question d’éducation. On apprend de ses parents, on reproduit souvent des modèles, des modes de vie, des comportements, des idées politiques, etc. Et dans la Majorité de ces pays africains où l’accès l’accès à l’école n’est pas aussi évident qu’en Europe, il est encore plus difficile de faire bouger les lignes j’imagine. Car c’est souvent l’école qui nous ouvre les yeux sur pleins de choses et qui nous ouvre donc le champ des possibles.
    Et parfois, le sytéme « inegalitaire » ou sclerosant en tout cas se fait aussi à linterieur d’un même peuple. Au Mali par exemple : le grand musicien Selif Keita, appartenant à la caste des rois, a très longtemps été rejeté par sa famille car il avait choisi le métier de musicien, donc un métier réservé aux membres de la caste des griots. C’est terrible non de ne pas avoir le choix ?

    1. Sabine Thierry says:

      Oui mais enfin, pas tout à fait d’accord, il y a aussi tout simplement l’intelligence du cœur, la générosité et ça c’est censé être inné.

      1. Christelle77 says:

        Vous avez raison. Mais ce qui est justement terrible, c’est que la générosité innée, la « bonté » naturelle, arrive à un moment à être étouffée par d’autres choses d’où ces comportements hiérarchiques qui n’ont pas lieu d’être, l’irrespect des règles et les interdits qu’ils franchissent sans aucun problème, comme vous le dites. Tout cela n’est pas bien rassurant sur l’humanité comme tous les commentaires le disent !

  6. Nurse 24 says:

    De belles lignes face à une réalité…moche!
    D’où vient ce sentiment de supériorité, peu importe sa couleur, son origine, son statut, son sexe ??? Je me le demanderai toujours…
    Comme vous, j’idolâtre la liberté et remercie chaque jour la chance d’être ce que je suis, d’où je viens.
    J’aime l’espoir que vous décrivez « peu importe les pas pourvu qu’ils avancent »…
    Si chacun exprimait des pensées d’amour fraternelles, si l’ouverture des cœurs faisaient en sorte de faire vibrer des sentiments doux, le fond des cœurs et les yeux des hommes rendraient ce monde bien meilleur.
    Très utopiste certes, mais je préfère y croire que d’y renoncer.
    Je vous remercie Sabine de combler chacun de nous et de ceux qui vous entourent par vos mots chuchotés et par la reconnaissance des êtres et de voir cette vie comme un joyau d’espérance et de la délivrer de cette psychose de l’indifférence.
    Tendrement,
    Une Nurse, l’égale des autres et surtout d’elle même !

  7. Lili says:

    J’aime cette première photo…A bas l’oppression, à bas l’intolérance ! Les hommes naissent égaux en droits…et j’aime à rajouter « tout dépend de leur sexe, de la famille et du pays de naissance… ». Nous ne sommes que des petites nano-poussières…
    Quel régal…Celles et ceux se croyant supérieurs parce qu’ils sont nés dans un manteau blanc se sont-ils jamais posé la question : « et si j’avais été noir(e) ? Et si les blancs s’étaient retrouvés à la place des noirs ? » Et si la connerie de m’habitait pas !!!!
    Je souligne la phrase « les blancs ceux qui trop encombrés d’eux-mêmes se font servir depuis la nuit des temps, ceux dont la dignité repose sur la toilette, l’intelligence au repos ». L’intelligence au repos. Tout est là. L’intelligence, non pas celle du QI, mais celle de l’intelligence émotionnelle, celle qui fait que l’on a conscience honnêtement de ce que l’on est (bien qu’il y a toujours interprétation de soi, des autres) et des autres. La capacité de percevoir les émotions, de s’appuyer sur les émotions pour mieux réfléchir, de comprendre et de les gérer au mieux.
    On s’enrichit des autres, de la différence et non de soi exclusivement. Mais je suis attristée d’observer une montée du populisme dans notre monde, Pologne, Autriche, Italie…la liste est longue et touche tous les continents. L’Humanité régresse alors que le propre de l’Homme est le progrès. Les Narcisse affluent en abondance dans toutes les couches sociétales.
    L’éducation n’appartient pas aux riches, aux bien-nés, elle appartient à ceux qui ont l’intelligence du cœur, ceux qui ont l’humilité de la conscience de l’inutilité et la petitesse de notre existence.
    Alors l’on comprend aisément pourquoi on s’éloigne des humains …pour ma part, j’aime les contacts humains, j’aime les rires, j’aime les relations désintéressées et sincères, mais au fil des années, je réduis le cercle tout en espérant un utopique retour à une sincérité, une simplicité des relations entre les humains.
    Bon week-end à tous.
    Merci Sabine…

  8. Mimie says:

    Nous avons des couleurs de peaux différentes, des vies sociales différentes, différentes cultures, différentes langues et pourtant nous naissons libres et égaux avec la même couleur de sang.
    Bonne journée à tous.
    🙂

  9. Françoise46 says:

    Si tant soit peu, nous croyons à la réincarnation, nous avons peut-être été ces Blancs arrogants et méprisants
    ou ces pauvres Noirs esclaves rêvant d’un Monde Libre.
    Comme vous le dîtes, Sabine, estimons nous heureux , aujourd’hui, d’être bien nés, dans cette époque, dans un pays développé, et de pouvoir encore profiter de notre liberté, même si, pour certains, ce n’est pas tous les jours facile.

  10. michel says:

    bonjour, c’ est triste de ressentir qui il y a encore de la distance entre les blanc et les noirs à cette époque là. C’ est la faute des adultes tous ça pourtant on est tous égaux quelques soient sa couleurs de peaux. Super cette photo et le texte.

  11. chantal11 says:

    Bien sûr j’adore votre description,vos mots ,
    raconter l’inconnu,le voyage votre ressenti et j’aime tellement être
    du côté des ‘ »noirs »afin d’échanger et mieux connaître
    Merci pour votre partage….j’y suis par la pensée, j’imagine

  12. DANY says:

    Que de belles photos Sabine …Ce coucher de soleil et le marché « restaurant » personnellement j’adore.
    ça existe encore dans d’autres endroits comme à Papeete . Je trouve très agréable de pouvoir rencontrer
    des personnes que l’on ne verrait pas sans cela . Bien sûr il y a toujours le « noir et le blanc » mais le principal est de les respecter et on passe un bon moments dépaysants … avec un paysage magnifique.
    La villa trop belle aussi …
    A bientôt de nouveaux paysages …profitez bien Sabine . Rechargez les énergies dans ce beau pays.

  13. Pascale says:

    Je rejoins la plupart des personnes … jolie photo j’adore encore une fois l’ambiance. Croyons à la reconnaissance de nos différences … l’essentiel est surtout dans le coeur …

  14. sylvie méditerranée says:

    Toujours cette même inégalité : entre les personnes de couleurs et les blancs , quelques soit les pays.
    Une culture où règne encore, même en 2019 la disparité.
    Mais un peuple qui peux être fière parce que il a su s’insurger et transformer les peurs en force, les fragilités en énergie envers et contre tout.
    Que du positif , une belle leçon de courage de ce peuple.
    Malgré tout où règne encore cette indifférence…
    Pourtant nous avons tous la même couleur du sang qui coulent dans nos veines….
    Jolie photo ,et bonne journée à vous tous……
    Vu la photo de l’hôtel ( votre résidence secondaire je suppose) : humour jean- marie

      1. sylvie méditerranée says:

        petit chalet en bois en bord de plage (au MOUTCHIC ) une baguette un calendos et un bon BORDEAUX. Cela c’est la vie
        SYLVIE ET JEAN- MARIE. .

  15. Françoise says:

    Coucou oh que oui comme Sylvie et Jean Marie du bon pain un chèvre pour moi et un Bordeaux dans un endroit ici ou ailleurs trop bien merci Sabine pour vos photos et vos textes profitez bien de ses moments biz Françoise une bretonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *