Les chroniques de Sabine…la femme qui court.

Elle est belle, le teint sombre et le cheveux épais, des boucles brunes indociles encadrent son visage, malgré l’effort elle sent le propre et le savon.  Le soleil est déjà haut,  c’est l’heure où la lumière adoucit les choses et possède une odeur, elle est heureuse et ça se voit, sa bouche pleine est étirée en un sourire continu, elle regarde droit devant au delà de l’horizon, au loin  les maisons semblent naître avec le jour, son regard sombre est voilé par la réflexion, elle  rythme sa respiration aux petites foulées et écoute concentrée le crissement de ses talons dans le sable mouillé, elle souffle, elle inspire, elle compte, un , un deux, un…le vide s’installe, rien d’autre que le cognement particulier de la mer ne s’allume dans sa tête.  L’émotion l’étreint, lui creuse le ventre et des larmes lui montent aux yeux, entre elle et la nature l’alchimie est immédiate parce qu’elle possède un seuil de la perception plus élevé que le commun des mortels. Une course de plus en plus rapide jusqu’à perdre haleine, sa respiration s’accélère, elle souffle, elle inspire, elle compte un , un deux trois, un,…ses longs cheveux bruns claquent dans son dos comme un drapeau dans le vent,  la douleur s’éveille dans son corps, dans sa poitrine son cœur semble se décrocher, la fatigue lui plombe les membres, ça fait mal mais peu importe elle préfère le ressenti au réfléchi, les veines de son cou se gonflent dans l’effort, tous ses muscles se tendent, le souffle est  retenu jusqu’au vertige qui l’emporte. Le temps que son cœur ralentisse et que sa respiration s’apaise, sale de sueur elle contemple une dernière fois satisfaite le sourire accroché aux lèvres, l’océan frappé de vent et traversé de lumière.

0 demain, ou pas…

45 Commentaires
Partager:

45 Commentaires

  1. Armelle says:

    J’adore courir. Je ne le fais plus très souvent hélas. Cela me libère le cœur. C’est comme un poids que je perds au fur et à mesure que les minutes à passent. À la fin, je respire bien. Sans entrave. C’est un peu comme quand on pleure un bon coup, après ça va mieux.
    Demain on va faire de la marche. Malheureusement sans la belle lumière de l’Afrique du Sud……

      1. DANY says:

        C’est vous Sabine en train de faire un footing .. Je vous imagine bien .Vous pourriez le faire .
        J’aimerais aussi mais peut être que les « ans » m’en empêcheront …Et de plus en Afrique du Sud ….Le rêve

  2. Rabia says:

    Comme votre texte me parle.
    Les joies de la course à pied.
    L’alchimie entre la nature et la coureuse,
    Courir pour se vider la tête,
    Le dépassement de soi-même,
    La satisfaction avoir pousser ses limites malgré quelques petites douleurs,
    Le bien être après l’effort,
    un pur bonheur !

  3. michel says:

    Bonjour, super texte avec une photo d’ une pratiquant qui à une fouler magnifique. Je serais bien partir courir avec qu’elle dans un lieu aussi reposant.

    1. Isabelle64 says:

      Moi aussi je vais amener mes baskets… oui oui j’en ai …. 😉 mais ce sera pour marcher…. dans cette belle forêt !!!! A très vite Rabia et Sabine !!! Au we du 9 Mars !!!!!!!!!!!

  4. Sonia M says:

    Courir semble essentiel à votre personnage.
    Ressentir son corps à l effort, se dépasser pour mieux saisir la vie coulée dans ses veines
    Le vide s installe ….Elle peut aspirer tous les éléments naturels.
    Savoir se donner simplement les moyens de se sentir bien et en accord. ….
    J’aime beaucoup :
    « C’est l heure où la lumière adoucit les choses et possède une odeur « .

    1. Sabine Thierry says:

      C’est important pour l’écrivain que vous réagissiez sur ses mots,
      pour revenir dessus…une ligne qui parle forcément à la fille du bassin.

  5. Christelle77 says:

    Un hymne d’amour à la course à pied, et, comme souvent aussi dans vos textes, un hymne aux 5 sens et, ça va avec, un hymne à la vie !
    Après, le plaisir de la course à pied est toujours resté à l’état de concept me concernant (à égalité avec les longueurs de bassin en natation). Courir après un ballon ou une balle, ça ok, j’adore ! Mais courir pour courir, la douleur, la sensation de vertige, ça frôle le masochisme dans mon esprit !! lol ! Quant à préférer « le ressenti au réfléchi », je n’ai malheureusement jamais trouvé le bouton pour faire la bascule dans mon petit corps (sauf en faisant de la musique peut-être ?… Quoi que, je n’en suis même pas certaine). Pourtant, le résultat à l’air tellement chouette vu la quasi béatitude de cette joggeuse après sa course !
    Si lors d’un prochain Week end filles vous voulez aller courir, moi je vous accompagnerai de toute mon âme en posant mes fesses sur le sable (chaud de préférence), en regardant et en écoutant la mer, en profitant du soleil dans mes yeux ou sur le bouquin que j’aurai amené ! Ce sera mon moment de béatitude à moi ! lol
    Allez, je vous quitte, je m’en vais à Venise … l’exposition au Grand Palais à Paris bien sûr (j’adore les voyages sur place ! lol).

  6. Josiane says:

    J’ai tout de suite pensé a vs en lisant votre texte,je sais que vs faites bp de sport,ca fait bp de bien,vs le decrivez tres bien….je fais bp de marche’de vélo,ca me permet de vider la tête,si je suis un peu agacée ,un bol d’air et je vais bp mieux ….surtout le vélo,car je suis très concentree, sur ce que je fais surtout quand je monte les cotes,c’est dur mais je suis tellement « fière  » de moi quand j’y arrive je pense qu’on devient vite « accro » du sport,c’c’est un besoin ,j’ai essayé de courir,pas facile,je n’arrive pas à « tenir le souffle »,je devrais réessayer mais je ne sais pas si c’est bien recommandé pour mon dos( suite a mon hernie…,)ici’ce n’est pas l’océan que je regarde mais nos belles montagnes
    Bon week end !

  7. Nam says:

    Attention au dos Sabine avec le footing! 😉
    Chez moi, il y a une qui en a fait pendant 40 ans!!!! Reccord à battre!. ^^
    C’est bizarre parce que justement j’ai eu une petite pensée pour vous et le footing tout à l’heure en sortant de la patinoire, et paff! je vois l’image de la femme qui court.
    À défaut de footing, j’ai chaussé mes patins pour quelques tours, et c’est du sport aussi :-).

      1. Tatiemomo says:

        Je confirme lors de notre premièr séjour chez vous , nous nous sommes promenées, vous en patins et nous ( avec Jo) en vélo dans Lacanau…
        Et pour tout dire nous avions des vélos qui n avançaient pas et nous faisions bonne figure pour ne pas paraître trop lourdaudes car vous patiniez avec beaucoup de facilité et de grâce …
        Un très bon souvenir!😉😉😉
        Je vous embrasse .

      2. Nam says:

        Et la danse?? C’est un beau sport également.
        Oui « paff » est bien choisie car accrochage sur la route en plus!! Ouff! Notre voiture a eu des freins du tonnerre pour amortir le choc. 🙂

  8. Florence says:

    la photo : très belle silhouette!
    la course à pied, j’en ai fait puis plus…pb de genou…il a fallu que je dépasse cette frustation, pas facile au début… pourquoi?
    Car comme vous le décrivez si bien, la course à pied en pleine nature ( pas sur un tapis en salle) allie 2 choses en une : la connexion avec la nature justement et le fait de se sentir vraiment vivante en sentant toutes les parties de son corps s’animer, se vider la tete… et la sensation de légèreté après l’effort
    Je me suis donc rabattue sur d’autres sports et assimilés ; j’ai trouvé dans la natation un peu ces memes sensations…ce qui me fait penser que ça fait un bail que je n’ai pas nagé! oups!

    1. Sabine Thierry says:

      La natation est une activité beaucoup plus saine pour de multiples raisons mais surtout elle ne blesse pas, et n’handicape pas, le footing oui et vous en êtes à priori l’exemple type, pour ma part, j’en fais aujourd’hui de façon raisonnable, c’est à dire peu et sur de courtes distances, il y a un âge pour tout, il faut savoir écouter son corps mais aussi l’entendre.

  9. Nurse 24 says:

    Courir, ce que j’appelle Liberté !
    L’effort entre soi et soi…
    Combattante mais Pas de goût à la compétition pour moi et pour tout, juste le plaisir de se bouger
    On peut laver son corps, courir, transpirer c’est laver son esprit !
    Photo rafraîchissante!
    Go go go !!!!

  10. matelot says:

    curieusement à la lecture de votre texte aujourd’hui,les larmes se sont invitées !
    Je ne sais pas trop pourquoi,j’ai eu l’impression de ressentir cette liberté et cette connexion.
    Une fois de plus un texte qui tombe à pic pour moi! Voilà quelques jours que j’ai décidé d’arrêter de fumer,fin janvier.
    J’ai donc eu envie de reprendre le footing,oh de façon raisonnable au début,quelques minutes pour remettre mes muscles en état. Mais j’ai déjà hâte de retrouver le rythme que j’avais réussi à tenir il y a quelques années.
    L’expérience de l’époque me permet d’être moi exigeante. Mais cette sensation de liberté,de dépassement de soi m’avait comblé. Alors peut-être est-ce le souvenir de cette sensation qui m’a bouleversée. Je prends
    votre texte pour un encouragement .

    1. Sabrina PO says:

      Bravo Matelot vous êtes courageuse !!
      Je n’ai pas arrêté de fumer et ne fait plus de sport .. pas bon tout ça.. et j’en suis consciente .va falloir que je me BOUGE !!!😊

      1. matelot says:

        On voit se que ça donne en mai 😉
        merci Sabrina Po
        Et sonia je t’aide si tu veux
        Sabine m’a flanqué la petoche lorsque je l’ai vu en consultation. Elle a été percutante

  11. Sabrina PO says:

    Le sport est Bénéfique pour le corps et l’esprit on se sent tellement mieux après .
    J’ai arrêté le sport malheureusement il ya déjà quelques années bien sûr je pourrais m’y remettre ..faudrait peut-être pas que j’attende trop tard car je commence à avoir des douleurs un peu partout.
    Vôtre article me parle non pas pour moi mais pour mon frère qui est un adepte du sport ça fait partie intégrante de sa vie, c’est un besoin chez lui.
    Il peut courir des heures entières..pour nettoyer son corps… et surtout son esprit de toutes ses pensées qui le parasite et le font souffrir et je suis complètement impuissante face à cela.
    C’est un peu comme le film Forest Gump… mais sans avoir le bonheur de toucher celui-ci.
    Merci Sabine de me permettre de vider un peu mon sac.

  12. GUYBKK says:

    Que l’on soit Jeune ou vieux on court tous après quelque chose . Bien sûr ici ,il s’agit d’une belle jeune fille radieuse qui défoule son trop plein d’énergie . vous la décrivez avec réalisme et compassion et il transparaît que ses émotions remontent à la surface sous l’effet du vent du sable et de la mer . Il semble qu’elle ait un don ou une sensibilité exacerbé ,car vous écrivez :  » Elle possède un seuil de la perception plus élevé que le commun des mortels  » . Cette scène me fait penser à l’être humain qui passe dans cette vie et se débat au milieu des éléments naturels que sont le vent , l’espace et l’océan infini . Le bruit de la mer avec le flux et le reflux qui rappellent le battement du coeur humain et nous rappelle que nous ne somme que de passage dans les paysages que nous traversons .

    1. Josiane says:

      J’aime bien votre première phrase…..,ns sommes ts parties ds le sport mais comme vs dites si bien tout le monde jeune ou vieux court après quelque chose….l’amour,la santé,le bonheur,le temps qui passe trop vite….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *