Les Chroniques De Sabine…No 10.

La brise souffle aujourd’hui en rafales si obstinément vigoureuses que le ciel et l’air semblent d’immenses voiles gonflées.

La place de l’église est vidée de ses âmes,

ses talons battent le macadam,

elle s’engage dans la rue pour rejoindre une allée de gravier tracée au milieu d’une pelouse bien entretenue bordée de rosiers roses et blancs.

Elle doit avoir 16 ans et, malgré le mauvais temps s’installe sur un banc, sur sa gauche un magnolia imposant lui tient compagnie.

De ma fenêtre, je l’observe en écrivant.

Elle attend,  petite lolita impatiente, elle regarde sans arrêt l’heure à son poignet.

Le bruit d’un scooter la fait sursauter, elle se recoiffe prestement, un jeune homme casqué se gare à ses côtés,  heureuse elle se présente face à lui pour l’embrasser.

Il enlève son casque et la repousse gentiment, il a peine son âge.

Elle insiste, il menace de redémarrer, elle le supplie et le retient par le poignet, il reste ferme et démarre, là elle s’écroule par terre, embarrassé, il s’arrête et vient avec douceur la relever et lui demande de se calmer.

Elle argumente et s’énerve, je sens son agressivité à plein nez, elle s’accroche sans pudeur et finit par réussir à lui dévorer les lèvres.

Elle pleure, elle sanglote, elle s’accroche.

Fatigué de sa tristesse,

il démarre et malgré ses cris repart.

Elle se jette alors sur le banc et gémit de douleur.

5 mns s’écoulent à peine qu’elle saisit son téléphone et l’appelle .

Il revient agacé,

de la pénombre, elle passe au crépuscule, il la prend dans ses bras et la câline en tentant d’apprivoiser son chagrin comme il peut.

Elle continue à geindre, il remet son casque sur la tête et l’installe  derrière lui, c’est accrochée à sa taille qu’elle sèche ses larmes, satisfaite le sourire aux lèvres, elle file vers une réconciliation avec son amoureux,

à nouveau éprise d’amour elle aura à nouveau l’envie de posséder le monde et tous ceux qui s’y trouvent.

Il n’y a pas d’âge pour avoir mal,

l’un et l’autre vont devoir apprendre à naviguer sur les flots tumultueux de la vie.

J’étais en coulisse, témoin silencieux d’un paysage amoureux qui glisse lentement vers les désillusions,

le malheur des couples, qu’ils soient jeunes ou vieux est souvent lié à la pesanteur dans laquelle ils s’abîment, ceux qui demandent sans cesse…est ce que tu m’aimes!

Réclamer sans cesse une réciproque c’est obliger l’autre à mentir  et c’est souvent l’amorce d’une rupture.

 

64 Commentaires
Partager:

64 Commentaires

  1. Mamie says:

    L’amour éternel n’existe pas !!! Ça peut être dure d’aimer …ils sont jeunes. Avec le temps l’amour se transforme en quelque chose de plus profond pour certains

  2. Domino says:

    Elle me semble mal partie effectivement cette jeune fille ! Elle va le lasser. Mais on ne sait pas pourquoi elle est si avide d’amour … J’espère pour elle qu’elle trouvera un homme qui saura la rassurer et l’apaiser.
    Quand l’autre nous aime vraiment, on le sent, pas besoin de demander. Même si un « je t’aime » de temps en temps, ça fait du bien. Trop souvent, ça fait un peu « obligé » et du coup, moins sincère.
    Moi je le dis à mes enfants tous les jours quand je les embrasse le soir (oui oui, je les embrasse tous les soirs, à 17 ans et 13 ans et demi 😉 ), mais à mon amoureux, c’est plus « ponctuel ». Et lui c’est pareil. Donc quand il me le dit, je l’apprécie d’autant plus.
    Je rebondis sur votre photo : elle parle d’elle même. Je vais vous confier quelque chose, puisqu’on est entre amis ici… 😉 Je n’aimais pas dormir avec quelqu’un. Avec mon ex mari, on faisait chambre à part depuis longtemps, même quand ça allait entre nous. J’ai le sommeil très léger et il ronflait, voilà pourquoi… Du coup, je m’étais habituée. Et depuis notre séparation, j’ai fait des rencontres, mais je ne dormais pas avec.
    Ça a changé depuis que je suis avec Julien, lui, dès la 1ère nuit, il s’est collé à moi, et si je me lève pendant la nuit, dès que je reviens, même s’il dort, instinctivement, il se rapproche … Et bien, contre toute attente, j’adore ça ! J’ai eu un peu de réticence au début, mais il m’a fait lâcher prise … Et ça fait du bien
    Bonne journée à touts et toutes.
    Bises du Béarn

      1. Domino says:

        Oh oui je profite !!!!! Tous les moments de bonheur sont bons à prendre …. Sans se poser de questions sur l’avenir.
        « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
        Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie »
        Pierre de Ronsard

      1. Domino says:

        Sans doute… Pourtant, il a 16 ans de moins que moi ! 😉 Mais, comme dit Sabine, il est le calme et moi l’énergie, ce n’est donc pas étonnant que ça « matche » entre nous.

  3. Nurse 24 says:

    Sabine, la magie de vos mots même dans des moments aussi pénibles opère dans un monde où les sentiments les plus nobles sont écorchés. J’aime votre réalisme, la façon dont vous relatez la vie, la vraie. Pas besoin d’artifices pour exprimer respectueusement nos faiblesses et nos fragilités.
    Si la rencontre est un hasard, la rupture est parfois une nécessité, et le seul médicament à cette blessure est le temps…
    Jeune, on a pas forcément les armes ni le recul pour comprendre. On est un élève de la vie.
    La douleur, elle, n’a pas d’âge.
    On se rend compte un jour que tourner la page était la meilleure décision pour savoir qu’il n’y avait plus rien à raconter dans ce chapitre et quand il n’y a plus rien à raconter alors….faut en commencer un nouveau … ne dit-on pas que la vie est un éternel recommencement ?
    Ce n’est jamais une erreur d’avoir aimé quelqu’un passionnément.
    La réciprocité ne se réclame pas, ne se demande pas,
    Elle se vit, se devine, ce n’est pas une lutte, un étouffement, c’est une paix libératrice en tout point de vue. Elle donne des ailes, on choisit et on est choisi. C’est donc une question de choix pour avoir l’assurance d’un amour vrai et désintéressé.
    Ne pas choisir c’est subir où la confiance et le respect n’ont pas leur place.
    Accepter la fin est douloureux, un pansement qu’on retire d’un coup sec
    mais cela fait moins mal que le sens unique, une plaie sans cesse ouverte et qui ne guérit jamais
    Pas de partage, pas de bonheur!
    Demain est toujours meilleur. Les expériences qu’on en fait sont des ingrédients. Les uns mélangés aux autres vont former un délicieux gâteau à savourer et à dévorer !!! Oups, ma gourmandise parle!
    Et tant qu’à faire, la cerise sur le gâteau arrive toujours au moment où on s’y attend le moins…pourquoi? Parce qu’il faut croire en demain et laisser la vie nous surprendre.
    Le lâcher prise est la meilleure des recettes !

    1. Isabelle64 says:

      Si la rencontre est un hasard, la rupture est parfois une nécessité, et le seul médicament à cette blessure est le temps…
      Tout est dit Merci Nurse 24

  4. michel says:

    Bonjour, la rupture est inévitable pour eux et quand c’est le premier amour , ce n’est pas facile. Ils apprennent que la vie ce n’est pas aussi rose que ça et ceci les fait grandir aussi , je pense. Les parents doivent les aider mais c » est sur pas évitant . je connais pas vraiment l’ amour , je l’ai jamais vécu et je suis très triste pour ma part de ne pas le connaître . C’ est la vie

    1. christelle77 says:

      Bienvenu au club Michel !! … Mais un jour viendra ou nous trouverons chaussure à notre pied ! Alors comme dit Sabine, ne désespérons pas ! 😉

      1. michel says:

        Merci Christelle , j’ espère comme vous qu’on trouvera enfin. Je prends le temps pour trouver la bonne personne . Je me la question que c’est celle qui est faite pour moi.? Bonne journée.

  5. GUYBKK says:

    Belle histoire,on à l’impression d’y être et de voir la scène devant nos yeux.
    Ils sont jeunes et leurs sentiments sont déchirants de vérité . On leur souhaite de pouvoir sécuriser cette liaison et d’arriver à une maturité , qui n’est pas encore acquise . On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs et la vie s’apprends avec le vécu . Il faut débuter dans la vie à un moment ou à un autre pour comprendre les êtres et essayer de les apprivoiser. On leur souhaite bonne chance .

    1. Sabine Thierry says:

      il vaudrait mieux apprendre à se connaître soi pour ne plus importuner l’autre, merci Guy pour vos lignes qui m’obligent toujours à réagir.
      Quel dommage que vous soyez si loin, j’aurai grand plaisir à discourir avec vous.

  6. Chantal says:

    On a toujours l impression d avoir des tableaux de scènes de vie tellement c est bien écrit. En lisant vos lignes je me disais elle part mal cette petite.elle s accroche et j ai eu l impression que le jeune homme plein de gentillesse ne voulait pas la faire souffrir en lui accordant les attentions qu elle souhaitait. Il faut avoir 16, ans pour réagir comme ça…elle croit au grand amour au seul…alors si j ai un conseil à donner…lâche le afin de savoir si il tient à toi…..
    Moi je pose souvent la question a mon chéri est ce que tu m aimes et heureusement il me dit toujours oui je t aime; ce n est pas parce-que je doute de son amour mais tout simplement car enfant on me le disait pas alors cela rassure sans doute mon petit enfant intérieur en tout cas j aime…
    Super Sabine vos chroniques nous tirent toujours des réactions.

  7. Sonia M says:

    L amour demande tellement de respect de soi de l autre !
    Du don de soi et de l autre !
    L équilibre est difficile. …
    Chacun donne, reçoit avec ce qu il est.
    Chacun a sa part d ombre !
    Les sentiments sont si puissants dès fois que l on envahit l autre sans forcément vouloir l étouffer même si c’est le cas.
    L idée même que l histoire s arrête amène encore plus de « tu m aimes ? « ; »à quoi tu penses ? »……besoin de tout savoir !
    Une spirale infernale entre celui en quête d absolu et le harcelé s installe jusqu’à la rupture tant redoutait.
    La douleur de cette jeune fille face à la rupture ainsi que sa rage pour le retenir sont palpables à travers vos mots !
    Il me semble pour ma part qu une rupture même choisi laisse traîner derrière elle douleur, chagrin, tristesse …
    À la première seconde d une rencontre, ne sommes nous pas dans l illusion d un bel amour ? ??

  8. kittie says:

    reclamer sans cesse une reciproque c est obliger l autre a mentir c est tellement vrai ! et le mensonge est le debut de la fin .on ne peut pas obliger l autre a vous aimer . mais c est tellement difficile quand on a mal et qu on souffre ! c est long e de guerrir du mal d amour .c est plus difficile d etre quitte que de quitter!

  9. pascale says:

    Le paysage est planté … face à ce texte je me demande quel rôle je peux, j’ai pu jouer .. celle de la jeune fille probablement alors que l’on a pas le droit comme vous dites de « réclamer une réciproque » j’ai horreur des ruptures, ce sentiment d’abandon et pour cause je connais un peu la chanson … j’aimerais tellement apprendre le lâcher prise et le détachement … pourquoi avoir tant besoin d’être aimé ? c’est pas terrible car au fond de moi je sais que ce n’est pas la voie… Encore un texte qui fait réfléchir … Merci merci

      1. Florence says:

        Sage conseil…c’est ce que je fait depuis 2 ans, je préfère l’abstinence…ça permet de se recentrer et de vraiment s’occuper de soi…avant que la flamme se réveille…quand ça sera le moment…
        Car comme je dis, des morceaux de vie avec des etres avec qui on s’accomode plus qu’autre chose …je n en ai plus envie…ça me fatigue!
        J’ai envie de dire que je voudrais rencontrer le bon ( pas encore car j’ai des choses à terminer) sinon rien…

  10. Lili says:

    C’est une chance de lire une telle écriture : ça n’est pas aisé de trouver un écrit qui donne libre cours de façon aussi fluide à notre imagination. C’est comme si on était devant un écran !
    L’amour et ses mystères, l’amour a ses raisons que la Raison ignore.
    L’éducation y est pour quelque chose certainement, le modèle parental aussi. L’amour que l’on a reçu ou non de nos parents, la construction équilibrée ou non de l’enfant que nous fûmes…la confiance en soi est majeure également, le manque de confiance est source de jalousies infondées.
    Bonne route à ces 2 êtres…le temps, le temps et rien d’autre panse les plaies et le travail sur soi, que l’on acquiert à travers les autres. Se connaître soi, s’estimer me semble indispensables à la vie d’un amour heureux. J’écris sous forme d’affirmations mais je n’ai moi-même que des interrogations.
    Moi, je crois à la légende de Platon et espère trouver mon originelle moitié…
    Paix et amour pour tous !! Sabine, encore !!

    1. Sabine Thierry says:

      La jalousie n’est pas un joli sentiment, c’est souvent lié à une intuition profonde qu’on ne veut pas entendre…
      on est jaloux et on s’accroche,
      on est jaloux parce qu’on sait au fond de nous qu’un jour on sera quitté et on s’accroche parce qu’on le refuse!

      1. Isabelle64 says:

        C’est exactement ça !!! belle analyse !!! j’adore vous lire !!! ça nous permet de nous remettre en question et d’accepter les choses …..

  11. Rabia says:

    16 ans l’age des premiers amours.
    À cet âge là on est naïf comme l’est cette jeune fille qui pense que cet amour durera toujours.
    Elle impose sa décision à ce jeune garçon.
    C’est terrible.
    On ne peut pas exiger de l’autre ce dont on n’est pas capable de donner.
    L’amour est un sentiment de respect avant tout.
    Il n’est nul besoin d’imposer quoi que ce soit.
    Cette jeune fille l’apprendra assez toi et à ses dépends.

  12. Florence says:

    Un jour, Sabine, vous aviez dit à un auditeur : pour qu’une histoire dure, il faut que ça soit limpide dès le début…enfin quelque chose dans le style…
    j’avais retenu cela car je trouve tellement bref, précis et concis…qu’il n’y a rien à rajouter…
    Meme si je n’ai pu expérimenté votre citation…hihihi……je vous crois sur parole

    PS: quand on force les choses, quelles qu elles soient…en amour ou autre, la plupart du temps on se plante…
    ça, je l’ai vérifié…hihihi

    1. Nurse 24 says:

      J’aime vos commentaires Florence, ça résonne en moi. Des relations énergivores…tellement épuisantes mais qui enseignent je crois sur ce que l’on veut vraiment ou pas. Savoir s’arrêter à temps de faire n’importe quoi avec n’importe qui…vous avez connu une hypothèse, elle vous a appris, la seconde, celle de Sabine dite à la radio, est la seconde, celle à qui il faut faire confiance…limpide dès le début. Limpide veut dire clair où l’on voit à travers. Difficile à décrire, ça se ressent à travers tous nos sens!
      Je me demande alors si l’amour n’est-il pas une vérité ? Elle peut être lente mais aussi foudroyante. Quoiqu’il en soit, faire confiance en son instinct, il ne trahit jamais!

      1. Domino says:

        Moi c’est dans vos lignes que je me retrouve. Des relations énergivores, épuisantes … Qui font qu’aujourd’hui je sais ce que je ne veux plus … Bon, en même temps, même si Sabine, dit que je suis une ado, j’ai bientôt 50 ans, il est temps ! 😉
        Et ce que j’aime dans ma relation avec mon (jeune) chéri, c’est qu’avec lui les choses sont simples : on se plaît, on s’entend bien, on tente. On tombe amoureux, on en profite. On a 16 ans d’écart, et alors ? Il trouve cool de sortir avec une femme plus âgée (« je suis fier moi, qu’une femme comme toi, une vraie femme forte et indépendante, se soit intéressée à moi » Il est chou non ? 😉 S’il savait comme il le mérite ! Je le lui dit pourtant )
        Merci en tout cas pour vos commentaires toujours passionnants, et tellement bien écrits !

  13. sylvie méditerranée says:

    Une jeune lolita qui pense que le monde est à ses pieds….. Jeune garçon fuit là à ton tour claque des doigts et tu en auras cent………….. au bout du chemin!!!!!!!!!!!!!!!.
    Etre trop pressant avec l’Amour peu peser , il faut prendre du recul , mais aussi prendre en considération , ouvrir son esprit, car tout le monde a droit de refuser ; de pas être toujours en coalition quelque soit les circonstances…
    Avec réflexion l’Amour sa commence par le respect de chacun …………… ce n’est pas un long fleuve tranquille……………
    Mais quand on aime nous sommes deux , et nous pouvons construire une grande part de bonheur avec l’AMOUR!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  14. Sabrina 40 says:

    Je trouve que ce texte évoqué bien les relations tumultueuses du je t’aime, moi non plus… Il est vrai qu’après s’ être bien épuisée, ces relations sont vouées à l’echec. Cependant, il est parfois plus facile de se mettre des oeillères et se dire qu’avec le temps cela va s’arranger et que l’amour sera plus fort plutot que de faire face à la peur de l’abandon ou de la solitude.

    1. Sabine Thierry says:

      Merci Sabrina pour votre participation, ces quelques lignes sont importantes comme toutes les autres, sans elles, le blog n’aurait plus de raison d’être!

  15. christelle77 says:

    C’est très triste comme histoire et on plaint ce jeune homme qui ne doit certainement pas vivre l’une de ses premières amours qu’il aurait sûrement espéré plus tranquille. Le chantage affectif … Ce doit être l’une des pires choses que l’on peut faire subir à l’autre !
    Merci Sabine pour vos mots dans cette chronique et pour vos mots quand on a besoin de vous, qu’on perd le chemin, que l’on doute. Je vous le redis : Vous êtes précieuse pour nous et vos mots le sont tout autant !!

  16. Sabrina PO says:

    Cette jeune fille me fait penser déjà à une prédatrice qui a trouvé sa proie… Il y a là, le dominant et le dominé. Pauvre garçon.
    Une relation doit se vivre dans le respect mutuel et non dans l’obligation de satisfaire tous les besoins de l’autre au détriment des siens…C’est sur se sera droit dans le mur!!!
    Comme vous le dites si bien, Sabine, les relations doivent être limpides, comme une eau fraîche et transparente.
    Merci pour ces très belles lignes dans cette histoire, merveilleusement racontée !!

    1. Sabine Thierry says:

      après ça, je n’ai qu’une envie c’est…de continuer.
      La place, face à mon bureau est riche d’anecdotes, d’ailleurs la preuve en est encore avec L’ORAGE.

      1. Isabelle64 says:

        On aime vous lire Sabine !!!! Merci pour ce blog !!!! Même si je ne participe pas trop… j’aime vous lire à tous !!! c’est une remise en question constante …. Merci !!!

  17. Nam says:

    J’ai l’impression qu’on habite à proximité pour avoir vu ou plutôt entendu pour ma part des choses un « chouilla » similaire.
    Et je tiens aussi à remercier Florence pour le partage de livre. Il doit être bien car une élève l’avait aussi aimé.
    Il doit y avoir plusieurs degrés de jalousies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *