Les Chroniques De Sabine…No 12.

Dehors c’est un temps d’été,

les nuages et la pluie ont laissé la place au soleil.

Assise à mon bureau,

il se dégage de la pièce le charme suranné dune ambiance à l’ancienne, servie par des décors au joli cadre british.

Pour éviter que les images disparaissent,

contre l’oubli et le silence,

j’avance dans l’écriture de mon livre sans me retourner,

telle une étrangère surgissant trente ans après, je creuse au cœur de l’intime refoulé, taille les souvenirs pour retracer le portrait de la jeune fille que j’ai été autrefois.

A côté de moi, trône une vieille boîte en fer,

à l’intérieur figure de vieilles photos jaunies.

Silhouette élancée au visage plein,  aux cheveux et aux yeux foncés, je descend du bus le 10 septembre 1980.

j’ai une sacrée allure et un irrésistible pouvoir sur les hommes.

Personne n’entend le son de ma voix ou ne distingue mon sourire….

 

Je vous écris la suite bientôt…

j’attends vos commentaires et pourquoi pas une suite écrite par…vous!

 

 

36 Commentaires
Partager:

36 Commentaires

  1. Vincent says:

    Ce 10 septembre 1980 j’ai 1 an. C’est mon anniversaire J’adore la façon dont vous décrivez les ambiances, l’atmosphère qui vous entoure et ces images qui nous viennent comme dans un film…Vous avez vraiment le sens de la narration. Bravo à vous.

  2. Laurence ZITOUNI says:

    Comme cela me parle ! …..je descends du bus oui ….c’est le tout début d’été, longue , fine , belle (disons t’on de moi) et insouciante, je ne m’approprie pas ces regards comme de l’admiration mais plutôt comme une interrogation , que pensent ces hommes ? suis-je jolie , particulière , différente ou surprenante alors ? je masque toutes ces pensées sous un air faussement désinvolte surement par gêne ou pudeur mais comme c’est excitant de générer de l’intérêt purement physique , je suis imperturbable dans ma démarche assurée et je joue de mes longues jambes déliées et de mon regard azurée qui transperce ceux qui osent insister ! Contrairement à l’image que je renvoie ,je ne me sens pas belle ni interressante car je ne m’aime pas donc je joue à celle que je ne suis pas……insaisissable et libre je le resterais longtemps comme si je savais qu’il fallait prendre du temps et arriver à se découvrir enfin un jour……aujourdhui 30 ans aprés je regarde les photos de ma jeunesse et je me dis… et si j’avais su ……tous les trésors que l’on porte…..mais bon …..ça s’appelle l’expérience….

  3. Florence says:

    Je suis sensible à ce charme qui se dégage quand on replonge dans les lieux qui ont baigné notre enfance, adolescence ; j’adore ça, ça crée un bien etre, une bouffée d’oxgène .Et en meme temps, ça semble si loin…c’est étrange comme sensation, comme si ce n’était pas réellement nous qui avions vécu là.
    Moi ça me bouscule tout cela, dans le bons sens … ce n’est pas de la nostalgie, c’est un regard en arrière qui fait chaud au coeur et qui me dit que le temps passe vite, trop vite…Et qui me dit, profite ma petite…
    Aussi, tout ce qui rappelle cela, un meuble, une cheminée, un lustre, une tapisserie très moche, un cadre…mais aussi un cadre de vie, un jardin…
    Et quand on réouvre cette fameuse boite de photos…c’est top…surtout si on a les commentaires des anciens…SI bien que, personnellement, meme si mes copines me taquinent sur les sujet…Je fonctionne à l’ancienne avec mes albums photos en y notant les anecdote….et j’ai récupéré justement des photos de mes ancètres, et noté tout ce que je pouvais savoir ou plutot tout ce qu on pouvait me dire à leur sujet …
    C’est fou tout ce que l’on apprend, c’est génial.
    Récemment, un membre de la famille de 95 ans m’a dit beaucoup de choses en remontant 4 à 5 générations…il faut dire que je lui ai posé beaucoup de questions… en faisant un arbre généalogique.
    Je veux dire par là, que se replonger dans des souvenirs et autres, de quelle manière que ce soit, est je pense très bénéfique, porteur et quelque part magique…en tout cas pour moi

    1. Sabine Thierry says:

      Merci Florence mais si on reste dans le sujet,
      avez vous une suite à proposer.
      Vous avez 50 ans aujourd’hui les filles et vous vous retournez Trente ans en arrière, vous n’écrivez pas votre histoire, faites travailler votre imagination, elle va où et pourquoi?
      Je compte sur vous.

  4. Domino says:

    Le 10 septembre 1980, je viens de faire 12 ans et ma rentrée en 5ème … L’insouciance de l’enfance, l’adolescence qui se profile déjà …
    Hâte de lire votre suite !
    Et quelle classe cette Charlotte Rampling !

  5. michel says:

    bonjour, vous devez être un roman à vous tout seul, avec vos souvenir personnelle et les rencontres que vous avez fait.Vous faites des textes tellement bien écrit qui donne envie de lire. Une parenthèse pour juste vous parlez d’un film, le fils de Jo qui m’ému à chaque fois que je le regarde. Il me fait penser à vous, aider les autres er faire confiance aux gens. La photo est super.

  6. Nurse 24 says:

    Le 10 septembre 1980…je n’étais pas encore née …
    J’aime le mois de septembre, l’été indien qui annonce délicatement la fin de la période estivale avec l’automne qui pointe le bout de son nez, j’aime l’automne….
    Un mois du commencement ou du recommencement, on redémarre, on s’agite…
    Sabine, vous êtes belle aujourd’hui comme hier j’en suis convaincue. Une femme à l’assurance distinguée, sûre d’elle , ayant une estime d’elle même des plus dignes. Un charisme qui fait chavirer. On ne parle pas de beauté décrite comme à la mode où des diktats empoisonnent tant de gens….une beauté unique, propre à chacun, celle qui selon moi est la plus belle parce qu’elle est hors des normes.
    « Personne n’entend le son de ma voix ou ne distingue mon sourire…. » serait ce voulu ou non vu réellement ??? Quoique peu importe, vous tracez votre route avec détermination.
    Comment étiez vous habillée? Jean, tee shirt, veste en cuir??? Quelques clous par ci par là ??? Racontez moi…..
    Un si joli récit qui sent bon une nostalgie des plus pétillantes, celle qui va bien au teint !
    Un retour vers le futur, film culte des années 80😁

  7. Ma rtine says:

    Sûre d’elle et invincible la jeune femme au regard magnétique ; elle sait beaucoup sur un tas de chose excitée et excitante elle croc la vie à pleine dents

  8. Sonia M says:

    À l aube de ses 20 ans. ….
    Sabine descend du bus, laissant derrière elle sa vie de petite fille choyée.
    Ce voyage vers sa liberté, elle l a imaginé des milliers de fois !
    Elle foule le bitume bordelais d un pas décidé.
    Sa silhouette élancée, son sourire en étendard elle part à la conquête de sa vie.
    Elle est belle, intelligente et elle le sait !
    Les hommes la devisagent ,elle les laissent songeurs. …elle aime jouer du mystère.
    Arrivée à son rendez vous, dernier regard dans son miroir de poche, oui elle est parfaite !
    Elle ne peut s empêcher tout de même de trembler légèrement. …
    Elle est venue chercher les clés de son premier appartement, les clés de son bonheur à venir. ..
    Son coeur bat fort ! Plus que quelques minutes et elle sera chez elle, jeune femme libre d inventer sa vie. …
    Composé sa propre partition sera le but de sa vie.
    Faire fie du quand dira t on !!!
    Chercher les réponses à ses interrogations, comprendre. ….
    Les malheurs, les peines les erreurs sont des tremplins vers sa réussite.
    Elle développe une capacité exceptionnelle à aider les autres et à les comprendre.
    Aujourd’hui bien dans ses baskets, elle s offre tout le bonheur dont elle a envie !
    Ses bras sont pleins !!!

    Voilà comment je vous ai imaginé.
    Comme d’habitude j’ai parcouru vos lignes avec avidité .

  9. Chantal says:

    Je ne peux pas participer tous les jours car quelquefois je ne reçois pas de mail sans doute un caprice de mon téléphone….
    Mon Dieu mais il y a que des petites jeunettes je dois être la plus vieille…pas grave Sabine j ai mon vécu septembre 80 j arrive a Bordeaux et ouvre ma première station…et je crois encore en tout…il parait que j étais plutôt jolie mince et gaie comme un pinson …vous avez toujours été magnifique;élégante…alors je pense qu à cette date il n y a aucune raison pour que cela ait été autrement…
    La suite
    Pourquoi n entendent ils pas voix et ne voient ils pas mon sourire
    Sans m en rendre compte j étais partie dans l au-delà..j avais beau essayé de rassurer cet enfant qui ne trouvait pas sa voie…ce pauvre bougre qui se faisait du souci pour sa veuve au il disait avoir abandonnée..
    Puis un klaxon me fit lever les yeux un véritable Apollon vint me tirer de mes pensées; il était beau comme je les aime; musclé et lorsqu’ il me parla sa voix…tout ce que j aime..😉 et il me proposa d aller danser dans un endroit que je ne connaissais pas où l on joue de la musique rock…et croyez moi je l ai suivi juste un petit coup de peigne pour remettre mes boucles en place et hop je fonce

  10. Carole says:

    Le 10 septembre 1980, j’ai décidé, seule, de laisser ma famille en Thaïlande pour rejoindre ma grand mère en Champagne,
    Parce que sage à l’époque, les cours par correspondance me pèsent et mon orientation scolaire reste ma priorité.
    En me retournant, je me demande comment j’ai eu cette idée et comment j’ai convaincu mes parents de s’y rallier…
    Dure décision et pourtant une année formidable va s’ouvrir à moi.
    Ma première bande de copains d’ados dans ce petit village champenois, entouré de vignes va rester graver dans ma mémoire.
    Fiesta tous les weekend dans le presbytère prêté par le curé: QUEEN, ACDC, POLICE avec Roxaaannnne… Les premiers flirts, Une année FORMIDABLE.

  11. Tatiemomo says:

    Charlotte Rampling : J aime la » classe » de cette femme! Elle fait partie de celles qui attirent les regards, les paroles ne sont pas nécessaires pour capter l’attention. Tout est dans l allure, la démarche, dans cette simplicité qui donne de la grâce et fait qu’ on remarque cette personne.
    Un rien ne les habille même la tenue la plus simple est portée avec élégance, une simplicité du vêtement, une sobriété qui met en évidence le caractère trempé, racé de l homme ou de la femme croisé et non le contraire!
    J’ en connais une autre qui est exactement ainsi…S….e.😊😊😊
    Pour moi, Septembre 1980 année de l obtention de mon bac littéraire, 18 ans !!!

  12. Nam says:

    En commentaire, je dirais merci pour ce voyage dans le temps Sabine avec votre récit. Ravie de savoir qu’il y aura votre suite. Comme vous le savez, le 10 septembre 1980, j’étais déjà âgée, ma vieillesse d’aujourd’hui me rend donc ma mémoire défaillante, c’est pourquoi je vais l’imaginer… 😉

    Personne n’entend le son de ma voix ou ne distingue mon sourire…
    En ce 10 septembre 1980, j’ai 20 ans, l’âge de tous les possibles. A peine descendu du bus, je m’imprègne de l’atmosphère du lieu.
    Le mouvement des voitures, les klaxons, les odeurs des pots d’échappements m’absorbent dans ce nouvel environnement. Je perçois également l’odeur du vieux des briques grises. Je viens d’arriver à ma nouvelle destination : Paris, ville de ma nouvelle existence.
    Je concrétise le rêve de ma vie, celui de devenir écrivaine à mes vingt ans. Je suis célèbre, aisée, reconnue, mais il me manque l’essentiel: VIBRER D’AIMER.

    Le réveil sonne. Je me réveille en sursaut et me marmonne : Ouf ! Ce n’était qu’un rêve.

    Finalement, ma vie ici est bien belle. Je l’aime.

    Je n’aime pas l’ambiance Parisienne, pas plus qu’être célèbre dans l’obligation sans cesse de répondre aux sollicitations dans la rue. J’aime ma liberté, mes repères, mes amours d’enfants et mes amours de la vie. J’ai savouré mon métier sur les ondes de la radio, et je me passionne à présent pour l’écriture. Après ce brillant succès, il y aura une suite…

    A mes 40 ans, je m’étais fait une promesse. A l’arrivée de mes 60 ans, le projet de demain sera un dernier petit retour… à la radio.

    Je vous le promets, je tiens toujours mes promesses !

        1. Nam says:

          J’ai laissé l’inspiration me guider. J’aurais pu faire autre chose mais je n’avais qu’une idée.
          Je ne sais pas votre âge, ah d’accord. 🙂

        2. Josiane says:

          Pas si loin que ça il me semble😊 1980,l’année de mes 16 ans (je repassais mon BEP Sanitaire) je n’avais qu’une envie,celle de travailler,gagner ma vie,devenir indépendante,je suppose que vs aussi sabine a 19 ans,vs deviez avoir envie de vivre votre propre vie, travailler,faire des rencontres,..vivement la suite!Il

  13. Pascale says:

    Je dirai … à 19 ans et demi si je ne me trompe pas … vous descendez du bus pour ? pourquoi pas régler une histoire de famille ou « échapper aux siens » … être dans un endroit pour faire le point, résoudre une énigme et prendre votre liberté … je vous vois comme une jeune femme réservée qui prend son envol et qui n’est dupe de rien, observatrice et à l’écoute comme d’habitude … d’une infinie sensibilité … qui voit et qui ressent tout sans que personne ne s’en rende compte … peut-être un peu timide à l’époque … peut-être … vivement demain !

  14. sylvie méditerranée says:

    Par une journée en soleillée .
    L’automne va bientôt venir teinter les feuilles des arbres des couleurs chatoyantes ……………
    Nous sommes le 10 septembre 1980.
    Après avoir passer mon temps nécessaire dans la salle de bain ; je met ma jolie robe que je viens de m’offrir ,et un ruban dans mes cheveux à sortie à ma robe…………..
    Dehors une légère brise fait flotter ma robe…………………..
    Il est l’heure il faut que je prenne mon bus , je suis à sept minute de l’arrêt…………
    Je suis place de la bourse , …..J ‘ai un rendez-vous avec mon responsable à la radio pour signer mon contrat …
    J’ai 22 ans une allure irrésistible mon charme opère , je croisse des hommes ils me dévorent du regard et même certains se retournent à mon passage…………..
    Un peu plus loin un petit groupe m’interpelle et veut m’offrir un café!!!!!!!!!!!
    A ce moment là………… Je me retourne et leur lance un regard avec le sourire……….
    Puis je me dirige vers mon bus qui arrive………………..

  15. Christelle77 says:

    C’est terrible ! Juste le temps de s’installer dans le petit monde que vous nous avez décrit et voilà que vous vous évaporez comme s’évapore le mirage dès que l’on s’approche de lui ! On y était pourtant, on sentait les odeurs, on voyait les images, on entendait les bruits… Et puis cette phrase : « Personne n’entend le son de ma voix ou ne distingue mon sourire… ». ça y est, le gibier que nous sommes est ferré, les questionnements arrivent avec la folle envie d’avoir des réponses ! Pourquoi personne ne vous entend ? Parce que vous ne parlez pas ? Ou parce que vous n’êtes pas audible ? Et pourquoi semblez-vous cacher votre sourire ? Ou est-ce simplement un sourire intérieur ?!

    Et là, Arghhhhhhhh ! La suite demain ! 😭… J’aime pas quand vous jouez avec mes nerfs ! C’est pas gentil ! Je mettrais bien un smiley qui tire la langue en fronçant les sourcils… mais je n’en ai pas sur cet ordi !
    Pffff… bon, le proverbe dit : « qui a patience a paradis ». Alors j’attendrai patiemment mon paradis pour demain matin ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *