Les Chroniques de Sabine…no 17.

Elle se souvient combien plongée dans son chagrin,

elle était exténuée par le vide qui l’entourait.

Sa famille et ses amis inquiets voulaient l’aider à sortir de l’obscurité dans laquelle elle avait enfermé son naufrage.

Instinct primaire qui relie les familles, tous les regards étaient braqués sur elle.

Cocotte minute en fin de programme, ils l’ennuyaient, maladroits à vouloir qu’elle avance,

ils ne voyaient pas qu’elle en était incapable, le corps recroquevillé et,

les jambes coupées par le chagrin.

Elle était à l’arrêt, le moteur allumé,

elle n’attendait qu’une chose,

qu’il revienne sur le siège passager.

Puis petit à petit le passé irréel ou rêvé a fini par ne plus se mêler au présent,

la douleur  contenue pendant des mois s’est évaporée dans les larmes,

et avec le temps l’a abandonnée.

Elle a compris qu’il fallait être la personne la plus importante pour soi,

elle a réappris à marcher et a décidé de tirer de son échec du positif.

A nouveau son cœur a joué de nouvelles danses.

Elle avait posé un pansement sur une plaie sans la nettoyer, une rencontre, puis une autre jusqu’à ce qu’un nouvel amour l’arrache et lui permette de cicatriser.

Aujourd’hui ça fait trente ans,

elle a encore dans les oreilles la mélodie du désespoir,

ces évènements fâcheux vécus dans l’inconscience de ses vingt ans sont revenus la visiter,

elle vous les a racontés pour mieux les engloutir dans le noir.

 

28 Commentaires
Partager:

28 Commentaires

  1. Nurse 24 says:

    Waouhhhh!!!! Que de mots encore pour décrire un passe sombre, éteint…. et la lumière fut !
    Pour avoir je pense cette facilité à s’exprimer sur son vécu, c’est que la guérison est bien là.
    « Elle était exténuée par le vide qui l’entourait » c’est exactement ça! Vidée, archi vidée….le néant.
    Puis vient une nouvelle découverte, celle « qu’il fallait être la personne la plus importante pour soi » . Être soi même avant tout mais c’est tellement évident quand on a compris. Ne pas faire semblant, ne pas lutter ni contre soi ni contre quelque chose qui l’on sait ne fonctionnera pas, c’est tellement contre nature, car « elle a décidé d’en tirer du positif » Oui elle a décidé donc voulu! On apprend de tout! D’abord se dire la vérité, se comprendre pour mieux avancer. Afin de pouvoir et vouloir embrasser un avenir plus clément et une histoire avec quelqu’un d’autre. C’est mathématique !
    Et seulement, le temps de se réapprivoiser, elle danse, elle danse jusqu’à trouver le bon tempo, celui de cet amour « qui l’accroche » et cela fait 30 ans….comment ne pas comprendre et assimiler l’idée que l’échec est une leçon, une sorte d’apprentissage, un chemin, un destin….
    Elle a su saisir sa chance et je crois qu’elle finit peut être par remercier même la vie d’avoir vécu son passé si douloureux pour être en arriver là. « Racontés pour mieux les engloutir dans la noir » .
    Un récit des plus radieux peint en noir et blanc.
    Sabine, l’excellence de la bienveillance

  2. Josiane says:

    ‘Tirer de son échec du positif »…..voilà ce qu’on devrait faire pour avancer…. »son coeur a joué de nouvelles danses », c’est joliment dit. Elle a rencontré la « bonne personne » c’est bien!!
    Merci pour cette belle suite

  3. Sabrina Larbi says:

    « Elle a compris qu’il fallait être l’a personne la plus importante pour soi « ..
    Apprendre ou réapprendre à s’aimer, s’estimer soi-même , cultiver l’amour pour soi, se faire confiance … Avec dignité , même s’il à fallu du temps..
    Elle est guerrie et à laissé libre son coeur d’aimer à nouveau.
    Quelle belle leçon de vie traduit à travers ce récit , comme quoi il faut y croire ..
    Je souhaite qu’un jour en ce qui me concerne, pouvoir aussi…

    Superbe ce cahier dans ce bel écrin de tissu à la couleur si douce …

  4. Sonia M says:

    Que de jolies lignes remplies de vie .
    Le chagrin, le désespoir, le bonheur, l’amour. ..
    Vous m avez donné des frissons.
    Vos textes me donnent du courage et de l espoir.
    Plus je vous lis plus j essaye de penser à moi.
    Je me nourris de vos mains tendues. …
    J apprends un peu plus tous les jours. ..
    Et ce soir je suis certaine qu un jour je trouverai l Amour !
    Bonne soirée Sabine.
    Bonne soirée à tous.

  5. Rabia says:

    Après la pluie, le beau temps !
    Ne jamais renoncer, toujours se relever après l’echec et faire de ses échecs une victoire…
    on grandit de ses erreurs.
    Merci sabine

  6. isabelle d says:

    C’est un joli texte, vraiment, emprunt de sensibilté et de pudeur comme son auteure.
    Je ne sais pas s’il existe des échecs, il y a des expériences bonnes ou mauvaises, des choix qu’il faut assumer mais ce sont ces expériences qui nous façonnent et qui font ce que nous sommes

  7. michel says:

    Bonjour, que dire sur se texte pour comprendre qu elle accepte de nouveau son coeur bat pou un r homme.elle a refermer cette première histoire d amour , elle a souffert beaucoup mais elle a reussi à surmonter la douleur pour retrouver la joie de vivre et écrire une nouvelle histoire. Ce n est pas pour moi un échec juste ton copain ne t aime plus .Dans cette histoire, il ne voulait pas la faire souffrir donc à l âge qui l’avait un gentleman déjà.

  8. Chantal says:

    Merci pour ces confidences qui nous aident à accepter des plaies encore béantes et à les cicatriser en enlevant le mauvais pansement…j espère que me fait de nous en parler va vous débarrasser de vos souffrances à nous tous nous serons plus forts

  9. Christelle77 says:

    Il y a des livres qui se vendent du genre « une pensée positive par jour » ou « une citation pour avancer par jour », etc… Quand on aura votre livre dans les mains Sabine, ce sera comme si on avait tous ces livres-leçons pour nous accompagner… avec cependant en plus votre simplicité (qui n’empêche pas une immense profondeur), votre ancrage dans le réel, votre empathie, une façon de tourner les choses pour nous enjoindre à ne jamais baisser les bras tout en nous apprenant à accepter ce qui doit l’être. Et puis bien sûr, il y a votre votre sens aigu de la métaphore et de la poésie. Parce que c’est bien ça qui vous différencie de tous les autres… la poésie !

    1. Anne64 says:

      Je vous rejoins Christelle, chaque mot est toujours savamment choisi pour nous aider à mieux comprendre et appréhender la vie. Les récits de Sabine, qu’ils soient fiction ou réalité, nous permettent toujours de réfléchir, parfois de regarder les choses autrement, parfois de réaliser que nous ne sommes pas les seuls à vivre certaines émotions qu’elles soient gaies ou tristes, parfois de faire évoluer notre rapport aux événements…C’est toujours riche de conseils discrètement déposés tels les galets du petit Poucet pour nous guider, de petites phrases qui résonnent en nous parce que si justes, des récits dans lesquels chacun peut retrouver un peu de soi et qui nous prouvent que Sabine nous connaît tous tellement bien !

  10. sylvie méditerranée says:

    Après sa longue traversé du désert de souffrances et de noirceurs , elle à pensée sa plaie avec courage et dignité…
    Car elle réappris doucement à se projeter et à vivre ,elle en sort plus forte malgré cette douleur toujours présente..
    De son échec elle en prélève que du positif ,même si la mélodie du désespoir est encore dans ses oreilles…
    Elle à fait face et a réussie à ouvrir les portes de son cœur pour que l’Amour cicatrise cette blessure et puisse l’engloutir…………………
    Pour ma part…………Et mon point de vue………
    Il faut toujours tirer d’un échec quel qui soit……..Que dû positif car cela m’aide à rectifier mes erreurs et surtout me permet à faire une remise en question…….
    Et aussi m’aide à avancer et me projeter……………………………
    Merci jolie dame Sabine pour ce récit …….. J’en veut encore avec gourmandises……… Car pas un kilo en vue sur mes anches ……..Une très belle journée à vous tous…………………………

  11. Lili says:

    Je rejoins Christelle, en somme, ce pourra être le livre de chevet que l’on prend, régulièrement, on en lit une histoire, et on s’imprègne de la mélodie.
    « Elle était à l’arrêt, le moteur allumé, elle n’attendait qu’une chose, »qu’il revienne sur le siège passager. » J’aime cette métaphore, combien d’entre nous ont laissé filé le temps dans leur passivité…
    Ce qui m’émeut c’est la régularité, la constance dans votre écriture, votre style, votre inspiration…

  12. Tatie momo says:

    Textes lus avec grands intérêts . Petite pause pour moi dans l ‘écriture et les commentaires! merci à ceux et celles qui sans faillir alimentent ce blog!
    A très vite.

  13. Domino says:

    Je suis comme elle : quand je souffre, je me recroqueville. Laissez moi tranquille ! J’ai besoin de toucher le fond pour taper du pied et remonter.
    Et j’adore cette citation : « Si elle joue tant avec le feu, c’est parce qu’elle s’est déjà brûlée. Et que, malgré la douleur, elle a aimé la danse de la flamme dans son cœur. »

    1. Isabelle64 says:

      Belle phrase Domino !!! Si elle joue tant avec le feu, c’est parce qu’elle s’est déjà brûlée. Et que, malgré la douleur, elle a aimé la danse de la flamme dans son cœur. »

  14. Isabelle64 says:

    Elle avait posé un pansement sur une plaie sans la nettoyer, une rencontre, puis une autre jusqu’à ce qu’un nouvel amour l’arrache et lui permette de cicatriser…. j’aime vraiment beaucoup !!!
    Très beau texte !!!
    Quelle belle écriture !!! Bravo Sabine !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *