Les Chroniques de Sabine…no 21.

Le ciel rosit à l’horizon,

une plage au charme intemporel d’un lac aristocratique,

devant,

deux pins centenaires montent la garde.

Un village se limite à une large avenue et des maisons immaculées,

on y trouve si on y regarde bien de sombres allées et d’autres maisons en ruine.

Aujourd’hui, un homme flotte inanimé  au bord de l’eau.

Loin des chemins battus en plein brouillards multicolores, du côté de l’étrange,

des souvenirs et des rêves plus vieux que la vie… il sent bien que son âme s’envole.

Avant de partir,

les yeux clos et la face dans l’eau, il se souvient…

il a connu un matin de lumière et un après-midi de misère.

Quelques heures avant, il rayonnait comme le soleil,

puis tout d’un coup sans crier gare,

s’est enfermé pour toujours dans une armure de silence.

Tout autour de lui des ombres,

le temps s’égraine en mots acidulés,

des paroles et des cris circulent,

Loin des chemins battus en plein brouillard multicolores, du côté de l’étrange,

des souvenirs et des rêves plus vieux que la vie,

puis…

un parcours brutal.

des images…

enveloppent sa vie en arabesques.

Une femme est assise un peu plus loin,

pour elle le silence n’existe pas,

à elle de l’inventer, à elle  de tendre l’oreille,

elle le met sur pause pour mieux le comprendre,

pour mieux le suspendre.

Des gens autour de lui s’affolent  et tentent de le réanimer…

elle,

elle sait.

Inutile de fouiller dans les poubelles pour en remonter une âme souillée.

Elle aimerait avoir des mots pour leur dire,

des mots pour le guérir,

des mots pour le réveiller.

Quelque part, quelqu’un,

à l’humeur chagrine en attendant le pire,

s’inquiétera de son retard.

50 Commentaires
Partager:

50 Commentaires

    1. Sabine Thierry says:

      un paysage…je plante le décor!
      un homme qui meurt dans l’eau…il est conscient de tout…son âme s’envole!
      à aucun moment je ne fais allusion à un suicide (en réalité il s’est noyé dans le lac avec les algues… d’où âme souillée!)
      une femme assise…moi!
      une autre qui l’attend et qui ne sait pas…sa femme quelque part là où il vit!
      un noyé n’a pas de papiers!
      ce récit n’est pas une fiction, c’était au Moutchic et c’était hier après-midi!
      Toutes mes chroniques racontent des faits réels.
      Merci de m’avoir lue, je pense qu’une relecture s’impose et vous verrez comme si vous y étiez!
      J’attends vos réactions.

    1. Nam says:

      J’ai réagi un peu à chaud, je voulais dire que la publication de ce soir m’avait fait plaisir.
      Cette fin: « Quelque part, quelqu’un,
      à l’humeur chagrine en attendant le pire,
      s’inquiétera de son retard. » Si vous en avez envie, je dis: partante pour la suite.

      1. Nam says:

        Je me disais: « c’est une fiction ». Je comprends mieux, merci pour la précision. A l’avenir, je saurai que vos chroniques sont toujours des faits réels.

          1. Nam says:

            La chronique 14 était une fiction. Peut-être un peu pour cela le mélange Josiane. D’autant plus, on veut se dire que le drame n’est que fiction.

  1. Christelle77 says:

    Il est plus de 11 heures du soir et j’ouvre ma boîte mail. Et je me dis : génial, une chronique de Sabine !! Je vais faire une pause dans mon travail scolaire pour aller faire un peu de lecture plaisir !! … Et là, une sombre histoire de macchabé qui s’est noyé dans un lac… Grosse ambiance avant d’aller dormir !! Merci Sabine !! lol !

    Pour être plus sérieuse, il est très intéressant ce texte !! D’abord parce que le noyé et la « femme assise un peu plus loin » ont un point en commun : le silence. Lui parce qu’il s’y est enfermé volontairement dedans au point de ne plus vouloir entendre le bruit de la vie (j’espère qu’on en comprendra les raisons dans une suite !!) et elle parce que, constamment entourée de voix qu’elle ne peut faire taire finalement (à cause d’un don qui est sa « croix » j’imagine ?), elle est pourtant contrainte au silence dans sa parole. Parler ne servirait à rien à ce moment précis, parce que les jeux sont faits, par ce que la Faucheuse est en train de commettre son crime sur ordre de la Destinée et parce qu’on ne peut rien contre la sentence de la Destinée.

    On pourrait la croire indifférente cette femme puisque, contrairement aux autres témoins, elle ne bouge pas, reste à l’écart et semble parfaitement calme, aussi maîtresse de ses émotions qu’un scientifique concentré à observer objectivement l’expérience qui se déroule sous ses yeux. Elle observe calmement le drame inéluctable, et nous, nous observons l’ensemble avec émotion, parce qu’on sait que ce témoin silencieux vient de prendre en pleine figure la vie du noyé, comme un film en accéléré. Et puis aussi parce qu’elle est douloureuse cette dernière pensée pour ceux qui, ce soir, devront apprendre peut-être plus tôt que prévu ce que le mot « deuil » signifie.

  2. marie-helene40 says:

    J’imagine un suicide suite à une rupture sentimentale.
    ils s’étaient retrouvés à l’abri des regards dans ce village paisible, et elle a du lui annoncer la fin de leur idylle.
    Incomprehension et gros désespoir .
    et l’acte de détresse….
    « Elle, le sait … »
    sa maitresse
     » quelque part, quelqu’un, ..q’inquiétera de son retard… »
    sa femme
    ….à moins que ce ne soit l’inverse….
    Quelle intrigue Sabine, ….vous allez finir par nous écrire des romans policiers….

  3. mamie says:

    ce qui est intrigant c’est sont âme souillée qu’il est inutile de ramener
    Elle elle le sais !!!
    donc pourquoi sont âme est souillée ?
    Génial votre intrigue !!!

  4. Laurence says:

    Quel texte, la vie qui part, fatiguée de se cacher derrière des façades,et cette femme qui sait que toute tentative de le ramener sera vaine…

    Un style de plus en plus peaufiné Sabine, j’adore!

  5. Tatie momo says:

    Quelle entrée en matière ce matin! Après un week-end doux, chaud ,( pique-nique au bord de l ‘eau…) réveil un peu… »brutal » par cet article qui une fois encore surprend par son thème ( mais quelle belle écriture comme toujours, poétique à souhait !).
    Quel mystère entoure la mort de cet homme? Quelle relation avait cette femme avec lui, était-elle sa victime ? Où tout simplement est-elle un être hors du commun qui voit au delà des êtres, qui sait ce qui a été et ce que sera demain et que rien ni personne ne peut tromper sur les dédales de l ‘âme humaine?

  6. Josiane says:

    Quel texte! Un suscide? Cet homme devait en avoir plus que marre,sa femme devait bien se douter qu’il allait le faire,puisqu’elle s’s’inquiète de son retard en attendant le pire….Après que veut vraiment dire une âme souillée?? L’autre personne qui ne bouge pas,qui observe,qui est elle? Elle sait peut être que c’est son destin….qu’on ne peut rien faire pour cet homme…..peut être que je me trompe,c’estce qui m’est venu en vs lisant,en espérant peut être une suite….

  7. marie-helene40 says:

    juste une petite question Sabine…
    est ce que c’est à partir d’une photo que vous faites un texte,
    ou c’est après votre récit que vous choisissez la photo..???
    Je trouve l’harmonie parfaite à chaque fois…..j’adore..

  8. Lili says:

    Que s’est-il passé l’après-midi de ce matin si riche en promesses ?
    Cette femme qui est assise plus loin est-elle celle que l’on croit ou s’agit-il d’une toute autre personne liée au noyé ?
    Qu’est-ce qu’une âme souillée, j’aimerais vraiment en connaître le sens ? Qui est celle ou celui qui s’inquiétera de l’absence du noyé ?
    Intrigue bien ficelée, je n’ai que des interrogations car je devine que la vérité peut se trouver loin de mon imagination ….
    Une suite, une suite por favor !

    1. Sabine Thierry says:

      le matin, riche de promesses, heureux de se lever!
      après-midi de misère…il se noie.
      J’ai expliqué un peu plus loin pourquoi âme souillée.
      Pas de suite.
      C’est une chronique.

  9. sylvie méditerranée says:

    Une fin de vie sans parole est triste .
    A t’il fait une crise cardiaque!! puisque quelques heures avant il rayonnait comme le soleil.
    Elle le savait ça maladie.
    C’est peu être pour cela quelle c’est mis sur pause.
    Malgré ce malheur un bel élan de solidarité planer autour de lui.

      1. Josiane says:

        En vs relisant,je ne sais pas pourquoi ns sommes plusieurs a avoir penser au suicide alors que cette personne s’est noyée….âme souillée par les algues,quelle tragédie pour lui,pour sa femme qui ne devait jamais penser le matin qu’elle partageait ses derniers moments avec lui….et pour vs sabine….

  10. kittie says:

    a mon avis c est un suicide ;et la femme a un don et elle l a tres vite comprit ;le suicide me parle ennormement car je l ai vecu dans ma famille tres proche.c est fou sabine car ce mois de juillet il y en a bp .et mon proche s etait suicide en juillet.c est une epreuve extremement douloureuse pour les proches mais le plus douloureux c est le regard des gens et le jugement des gens.j ai bp de mal a m exprimer tellement ma famille et moi avons ete meurtris .j ai simplement envie de dire que ceux qui commetent cet acte C EST LEUR CHOIX ! et personne n a a condamner ni a juger ! et personne n a se sentir coupable !

  11. Chantal says:

    Que cela doit être difficile d avoir votre don car vous savez que cela ne sert à rien de s activer car il est déjà parti…vous n êtes jamais tres loin des faits divers qui se passent dans votre région…serait ce une petite voix qui vous y conduit…froussarde je suis je ne me crous pas capable d assumer tout comme vous le faites.

    1. Sabine Thierry says:

      pendant une heure, tentative de réanimation par jeunes…très jeunes sauveteurs, inexpérimentés, arrivée des pompiers 3quarts d’h après, il y a de quoi s’inquiéter!!!!

      1. Chantal says:

        Il est mort? Même les sauveteurs expérimentés n ont pas réussi à le ramener? Je me demandais ce que vous ressentiez vous qui savez avant tout le monde…cet homme était jeune?

  12. marie-helene40 says:

    pour moi, avec l’explication, les choses sont plus claires.
    Ce n’est pas une intrigue, mais une bien triste réalité…
    le matin, le soleil , la vie, un futur,
    et soudain, après un moment de détente, c’est la fin…
    De quoi encore nous rappeler que tout peut aller très vite…
    Encore un moment intense pour vous Sabine….Vous étiez surement là pour accompagner son âme…

  13. Nurse 24 says:

    Une description de la mort aussi réaliste, et aussi instantanée sous vos yeux….
    Une âme en train de faire ses adieux et une réanimation qui semble ne pas avoir été longue à être réalisée…la victime ne semble pas s’être battue pour survivre…je me trompe?
    Je me dis, ayant vécu et vu la mort sous mes yeux, sous mes mains…certains se battent avec une âme qui s’accroche malgré le faible espoir des soignants et d’autres se résignent si vite au même titre que cet espoir pourtant bien présent. La vie est ainsi faite, quand l’heure a sonné….
    « Il a connu un matin de lumière et une après midi de misère… », c’est ce que j’ai retenu quand je vous ai lu hier soir…la vie ne tient qu’à un fil. Tout peu basculer si vite, plus vite qu’on ne le croit…
    Et je me suis faite la promesse que quand mon heure aura sonné, je ne veux ressentir aucun regrets et je m’exige d’avoir eu l’impression d’avoir fait le maximum pour me rendre la vie belle en faisant de mon mieux, du bien autour de moi, en offrant ma douceur, mon amour et du bonheur à mes proches…j’ai signé un contrat avec la vie, avec moi même: être heureuse.
    Malgré les souffrances que j’ai vécu et ressenti, la peur ne m’atteint pas et je lui tends mon majeur bien haut! Je fonce, je vis ce que j’ai à vivre…je suis totalement dévouée corps et âme à cette putain de vie!
    Merci Sabine pour cet émouvant récit, ça fait du bien malgré tout de se dire qu’il est important aussi de donner à la vie autant de cadeaux qu’elle nous en donne et ce, en se battant pour notre bonheur.

      1. Nurse 24 says:

        Ah mais je viens de lire un de vos commentaires plus haut…aïe…la vie tient aussi entre les mains de celui qui vous soigne…triste réalité ! L’erreur est humaine, l’inexpérience y fait aussi, on apprend en faisant mais ont été t’ils bien formés ???? Ou comme j’ai vu souvent, une jeunesse d’un laxisme incroyable…?
        J’ai fait des erreurs, pas graves forte heureusement mais j’ai vite compris l’intérêt d’être carrée et rigoureuse dans ce genre de métier puis c’est facile pour moi je suis comme ça toute façon! Donc un grand merci à vous Sabine pour vos compliments, ça me touche et je ne changerai pas! Fidèle jusqu’au bout! Je vous l’ai dit j’ai signé un contrat, quand je dis je fais, j’aime l’engagement, je n’abandonne pas comme ça!
        Votre bienveillance vous honore
        Et j’espère que cet homme est parti en paix….

  14. Sabrina PO says:

    La photo décrit, comme je le comprends par rapport à l’histoire, un homme pris au piège à cause des algues durant sa souffrance il ne peut même pas crier pour appeler au secours  » s’est enfermé pour toujours dans une armure de silence  » ‘
    Cette main inerte que l’on attrape beaucoup trop tard pour un sauvetage .
    Ça m’a fait souvenir une fois un été, je devais avoir 12 ou 13ans à peu près, nous étions allés passer la journée au bord d’un grand lac, près du barrage de Vinça ( Sylvie des Pyrénées orientales doit connaître ) ou nous pouvions nager, sauf que ma mère a un moment était en train de se noyer à cause de la vase qu’il y avait à certains endroits et des algues , personne n’avait remarqué et je ne sais pas comment elle est arrivée à se dépêtrer de ça, elle a été très choqué après cela … comme je la comprends .

  15. Carole says:

    C’est puissant comme texte.
    « Elle aimerait avoir des mots pour leur dire,
    des mots pour le guérir,
    des mots pour le réveiller »
    Passeuse d’âme d’ici à là haut. Vous êtes à la charnière des 2 mondes Sabine

  16. Sonia M says:

    J’ai beau savoir que vous avez appris à gérer ce don, je suis admirative à chaque fois de la façon dont vous réagissez dans ces situations !
    Il y a quinze ans j ai rêvé qu un homme en noyé un autre. ..
    Un cauchemar tellement ça me semblait réel.
    Le lendemain j apprenais qu un copain était mort noyé. …
    Régulièrement il est apparu dans mes rêves depuis.
    Votre récit m a dessuite ramené à cet événement.
    Votre description m a presque fait suffoquer ,tellement j avais l impression d y être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *