Les Chroniques De Sabine…no 33.

La maison demeure silencieuse,

seuls les bruits du parc me parviennent et les aboiements d’un chien.

Je suis debout face à la fenêtre,

un arbre m’insuffle sa joie vibrante.

Je regarde la lumière qui colore de rose le toit des maisons,

sur la droite,  une allée mène à une grosse bâtisse en pierre grise qui me fait penser à une réplique d’un manoir anglais,

au loin si j’écoute bien,

j’entends le bruit des vagues qui viennent s’écraser contre les rochers.

En face, j’aperçois une île,

l’horizon s’embrase d’un coup d’œil.

Je devine un  lieu de retirement et de solitude,

un monde à portée de main,

j’envie ceux qui vivent là.

J’imagine les maisons qui se trouvent là,

le bleu des murs,

contrebalancé par la lumière qui traverse les ruelles et,

se dépose sur une chaise blanche droite et solitaire posée devant une porte close.

On dit que Napoléon y a séjourné deux nuits,

avant de partir pour un enfer à ciel ouvert.

Je suis transportée et visualise…

une impression d’interdit et de mystère pèse sur l’île,

l’atmosphère sombre est épaisse,

les arbres sont dépouillés et tristes,

malgré le vent cinglant et la minceur de son manteau,

dans un nuage de poussière,

un empereur déchu  tellement vulnérable qu’on dirait que sa cape noire va l’aspirer, traverse la prairie  et prend le chemin le plus long pour rentrer chez lui.

Misérable poupée cassée et vidée de sa substance,

il avance en faisant craquer les branchages sous la pression de ses pas,

sa tête continue d’affleurer les souvenirs,

ils résonnent au creux de son ventre dans la nuit qui l’entoure maintenant.

Demain, il prendra un dernier  chemin avec sa propre mort dans ses quelques bagages.

Fermez les yeux,

alors, si émus vous êtes,

un instant soyez concentrés pour être proches de lui,

de ce qui reste de lui en ce monde.

Au milieu de l’océan, sur une terre ,

une stèle de pierre grise,

venez y déposer des fleurs et écoutez…

il y a le bruit du vent et des ailes,

douce mélopée qui berce depuis bien longtemps une âme jour et nuit.

 

 

 

 

 

 

31 Commentaires
Partager:

31 Commentaires

  1. Nurse 24 says:

    Sabine, comme à votre habitude, vous allez l’art de décrire le passé comme si on y était. Vous êtes une machine à remonter le temps. J’aime l’Histoire parce que c’est la mémoire du monde et le témoin du temps. Vous me faites quelque peu penser à Jean Teulet parce que comme lui j’ai l’impression que vous écrivez comme vous parlez et parlez comme ça vous vient. Et ainsi, élaborez une narration des plus réalistes. Je suis en train de lire encore un de ces livres « ô Verlaine »…
    Donc…biensur que je suis émue. Je ne suis pas une franche adepte de Napoléon. Un homme qui a démolit des acquis révolutionnaires, qui a rétablit l’esclavagisme, qui avait ce goût extrême du colonialisme et de conquête, une trop grande fierté….
    Faut quand même lui avouer un certain regard visionnaire sur son temps. Il a réformé, réorganisé l’Etat. Peu de personnages comme lui ont laissé une trace aussi importante dans l’Histoire et la politique française, au point qu’il existe encore aujourd’hui certaines de ses réformes.
    Déchu après la défaite de Waterloo, sa demande d’exil auprès des britanniques est restée sans voix, croyant à la loyauté de son pire ennemi ! Alors on dit qu’il hante encore l’île de saint Hélène !
    Je ne suis pas une érudite de l’Histoire napoléonienne, mais votre description de cette île n’est ce pas l’île d’Aix, à mes bons souvenirs????
    Avant d’être un militaire épris intensément par son pays, c’était un homme, tout simplement comme quiconque face à la défaite, face à la mort…savait il déjà être trahi par les anglais? Puisqu’ils l’ont capturé par ruse…
    Joli moment d’Histoire…merci !
    Mais j’y pense…vous avez l’art d’écrire indéniablement, est ce qu’un jour nous aurons la joie de connaître l’art de la conteuse????? L’art de narrer oralement dans un moment de convivialité. J’dis ça j’dis rien 😋
    Je vous embrasse

      1. Nurse 24 says:

        Oh ça oui je sais! Quand vous avez une idée en tête , vous l’avez pas ailleurs ! Lol dans le mauvais sens du terme , je dirai têtue mais je préfère le bon sens du terme….croire en ce que vous faites et dites !
        Petite fille j’adorais les contes, et le doux souvenir de mon père qui était un champion pour raconter.
        Aujourd’hui, femme, j’aime encore !

  2. FB says:

    Image qui fait du bien. j’ai l’impression de ressentir les vagues.
    Dès que j’aurai un moment de paix, je fermerai les yeux et repenserai à ce moment partagé.
    Toute mon amitié
    Fabienne

      1. Josiane says:

        C’est vrai que c’était émouvant ,Monique qui a tjs aime l’histoire ns a bien commenté l’histoire de Napoléon sur cette ile’ns avons tout visite et maintenant vs sabine qui parlait en plus de son âme finit de rendre ce lieu encore plus exceptionnel,

  3. Carole says:

    « un empereur déchu tellement vulnérable qu’on dirait que sa cape noire va l’aspirer » Je le vois à travers cette phrase!
    Napoléon, je ne le connais pas bien, ce que je sais c’est que c’était un génie, un homme hors du commun, un bourreau de travail qui nous a laissé beaucoup de choses en terme d’architecture, le code civil, le bac….
    Nous vivons dans la ville qu’il a crée : La Roche sur Yon – il en a fait la préfecture de la Vendée.
    Nous avons donc la Place Napoléon qui est le centre de notre ville avec ses bâtiments napoléoniens et au milieu de cette place, la statue de Napoléon. Ici on dit  » on se retrouve Place Nap ».
    Et puis j’aimais sa première femme Joséphine de Beauharnais.

    1. Sabine Thierry says:

      C’est lui qui a dit le monde appartient à celui qui se lève tôt, il se levait tous les matins à 2h du matin! Au contraire d’Hitler qui lui se levait dans l’am.

        1. Carole says:

          2h du matin, il exagère Napoléon…
          2 vies en 1 en somme. Pendant que ses concitoyens dormaient , lui travaillait sans relâche.
          Rien que pour ça, chapeau!!!

      1. Carole says:

        oups…. je n’avais pas vu. flash back : Madre
        ça a l’air costaud comme thématique mais comme tout a un sens et que vous ne dîtes pas les choses au hasard, je vais me le programmer et je reviendrai donner mes impressions.
        Merci Sabine

          1. Carole says:

            Je comprends.
            Personnellement, je regarde très peu de film, il faudrait que je fasse comme Napoléon, me lever à 2H du matin…

  4. Sonia M says:

    Je suis émue oui ! jusqu’au larmes ….
    Je suis nulle en histoire alors Napoléon hormis qu il était empereur et qu il a gagné plusieurs grandes batailles. …bref je ne connais pas grand chose de lui.
    Mais ce que je retiens c’est votre ressenti face à cet homme ,cette âme.
    Votre bouleversante description m a donné envie de voir au dessus de vos mots.
    J’ai regardé un documentaire sur l île d aix qui était accompagné d’un morceau de musique sublime « Migrating Birds « de Brice Davoli.
    J’ai relu votre texte avec cette musique en fond ….Et je suis partie loin…..fleurir cette stèle et écouter. ..
    Merci pour la découverte.

  5. Sabrina PO says:

    Je pensais d’après votre description au début à la Grèce..l’île d’Hydra.. j’étais sur mon nuage!
    Ceci explique cela.. et puis j’ai écouté ..un peu Tim Hardin.. le refrain bird an a wire..qu’il voulait graver sur sa stèle à lui..
    Quelque part ces deux êtres se ressemblaient car épris de liberté ..

  6. Christelle77 says:

    Très beau texte et bel hommage à votre empereur préféré ! C’est un homme complexe que ce Napoléon, comme Louis XIV ou comme tout un tas de grands de ce monde qui ont souvent été controversés par certaines de leurs actions (les guerres, l’esclavage comme le rappelait Nurse 24) mais qui ont aussi, d’une autre côté, apporté énormément de positif à notre nation. Napoléon plus que Louis XIV d’ailleurs (même si ce dernier reste mon chouchou !). C’étaient des mecs « couillus », qui savaient qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs et qu’il faut parfois passer par le sombre pour que naisse la lumière.

    En tout cas, j’imagine à quel point vous avez été émue face à ce lieu, vous qui parlez aux âmes défuntes, vous qui pouvez entendre leur histoire… et leur peine !

  7. Domino says:

    On sent la vulnérabilité de l homme. Alors que quand on pense à lui, du moins en ce qui me concerne, on imagine de la force et de la détermination… Dans votre texte, on le sent tellement fragilisé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *