Un dimanche… comme tant d’autres.

L’heure est matinale mais déjà un soleil écrasant chauffe généreusement ses épaules et son visage, c’est sous un ciel bleu cru,  entourée des gens qu’elle aime qu’elle a regardé la journée de dimanche s’écoulait.

Les années ont passé, sa vie avec son enfant a été un doux mélange de couleurs.

Jour après jour, semaine après semaine, petit personnage qui n’avait rien d’héroïque cette bonne mère a su pour eux deux doser les joies et les peines.

Leur vie commune parce qu’il a grandi, est devenue un paradis perdu dont elle n’arrive pas  à faire le deuil.

Solitaire, elle a pour lui,  affronté seule les vagues et les coups, elle  contemple  avec tendresse son enfant devenu adulte.  Il a gardé son visage aux joues potelées et son regard buté, ces petits riens, sourit-elle, qui le rendront éternellement adolescent et frondeur.

Son enfant c’est son reflet dans un miroir, et pour ne pas se laisser en goudronner par les souvenirs qui font poindre la larme au coin de l’œil, elle décidera de licencier le destin et ses sales tours de passe-passe, elle continuera à se forger une carapace et à avancer.

 

14 Commentaires
Partager:

14 Commentaires

  1. Sabrina says:

    Encore un récit qui me touche… Quelle mère courageuse .. je me replongerai ce soir, après mon travail, dans cette lecture pour en comprendre chaque ligne .
    Merci Sabine et bonne journée à vous tous.😉
    Sabrina

  2. Sabine Thierry says:

    Alors dites-moi Sabrina, qu’est ce qui vous inspire autant à venir lire le blog, expliquez-moi ce qu’il vous apporte, dites-moi ce que vous préférez, et ce qui vous manque
    merci pour votre fidélité.

  3. Christelle77 says:

    Chez mes parents, il y a des écureuils qui viennent de temps en temps grignoter les noix ramassées par mon papa ou les bouts de pain jetés pour les oiseaux sur la terrasse.
    L’autre jour, ils m’ont raconté qu’une maman écureuil (ou un papa d’ailleurs peut-être) était venue avec son petit lui montrer la cachette des noix et le parcours à effectuer pour les récupérer et repartir sans encombres. Sans encombres ou presque car, pour passer de la glycine au toit et rejoindre ensuite la branche du cerisier et pouvoir repartir d’arbres en arbres, il fallait effectuer un petit saut bien terrifiant pour le petit écureuil. Après les encouragements vocaux de sa maman et un bon bout de temps, il a fini par franchir le pas, comme un grand !! Par contre, épuisé par tant de stress, il a fini par rester sur la branche du cerisier à dormir plus d’1 heure, histoire de se remettre de ses émotions !!
    Quel rapport me direz-vous ? C’est que pour les animaux comme pour les hommes, le rôle des parents est le même : donner vie à des petits êtres, leurs apprendre des choses, les guider en leur donnant de la confiance tout en leur montrant comment éviter ou faire face aux dangers … et puis un jour accepter de les voir s’envoler pour faire leur propre vie.
    Moi je ne suis pas maman mais je suis fille de mes parents. Et je leur serai toujours reconnaissante de nous avoir toujours montré, à ma sœur et à moi, qu’ils nous soutiendraient dans les choix que nous ferions (même si cela veut dire d’aller vivre à l’autre bout de la France !), parce qu’ils ne nous avaient pas fabriquées uniquement « pour eux », comme c’est aussi le cas de l’héroïne de votre histoire !! Il y a pleins de parents qui brisent les ailes de leurs enfants en leur donnant l’impression que sans eux, ils ne feront jamais rien et qu’ils seront les seuls à pouvoir les protéger. Et c’est pire que tout !

    J’espère quand même que pour cette femme, la satisfaction d’avoir été une bonne mère et d’avoir accompli sa mission est supérieure à la douleur d’avoir dû laisser s’envoler son « petit garçon » !!

  4. Sabine Thierry says:

    tant de femmes prennent leur enfant comme animal de compagnie, tant de femmes veulent pour leur enfant ce qu’elle n’ont pas eu le courage de faire pour elle-même, être une mère, c’est rassurer, aimer sans attendre un retour, écouter, éduquer, être là toujours… et laisser comme vous l’avez si bien dit s’envoler son petit.

    1. JOSIANE says:

      meme si des fois,j’ai ete maladroite,ils savent que je suis là,qu’ils peuvent compter sur moi,je les écoute…et ça c’est le plus important…que ce soit l’un ou l’autre a 31 ans et 24 ans,ils ont besoin de se confier,les laisser s’envoler,pas facile au début mais aprés les relations n’en sont que meilleures,eux aussi deviennent adultes (meme si les deux ont une ame d’ado!!!),mon second etait parti quelques mois,il est revenu,je ne cache pas que quelquefois « ça clache….. »mais bon….

  5. Martine says:

    En lisant le texte que vous avez écrit, j’ai eu simplement des frissons et des larmes aux yeux.
    Quoi de plus beau qu’un enfant et quoi de plus normal et de plus émouvant que de le voir grandir et de souhaiter qu’il vol de ses propres ailes !!!

    1. Martine says:

      Je me suis sentie concernée par votre récit et c’est vrai que lorsqu’un enfant quitte le nid douillet on ne peut s’empêcher de faire un retour en arrière, un bilan en quelque sorte. Je me revois seule (comme souvent), 20 ans en arrière, avec mon second garçon, main dans la main tandis que, ce jour là, les paroles de la chanson « mistral gagnant » étaient diffusées dans les rues de Valence. C’était hier mais j’y repense encore. J’ai les larmes aux yeux car tenir debout n’est pas toujours évident…. mais pour eux, pour mes fils, je serai toujours là, ne baisserai jamais les bras même si…. parfois…. j’aimerais arrêter le temps qui passe….

  6. Monique tatiemomo says:

    Oui l essentiel c est de les aider à être de chouettes mecs et nanas , nous ne les faisons pas pour Nous et petit à petit il faut les aider à quitter le nid pour qu ils construisent eux aussi leur vie, une famille, trouver leur voie! Beaucoup d amour et de confiance mutuelle sont nécessaires pour y arriver . Nous serons toujours là pour eux ils le savent . Il faut se faire violence parfois car nous voulons leur éviter des déboires pour qu ils ne souffrent pas trop mais ils doivent aussi vivre leurs propres expériences même douloureuses pour grandir et se construire! Ce n est pas toujours simple d être dans la retenue … Il est important pour cela de s épanouir dans notre propre vie et dans nos relations, nos enfants sont heureux de nous savoir bien…
    Merci Sabine pour tous ces sujets évoqués au travers de ces témoignages , de vos rencontres , ils nous permettent de réfléchir et d exprimer par des mots ce que nous pensons et ressentons, un bel exercice d analyse personnelle.

  7. Sabrina says:

    Ce blog est pour moi un endroit où je me rends chaque jours, où je me sens bien . Il me permet de m évader des tracas de la vie quotidienne et d’atténuer, un petit moment, la douleur au coeur .
    Je me plonge dans vos récits , dont vous seule avez le secret et par la lecture vous faites vivre l’histoire intensément , même ça me parle , chacun y met de son commentaire ça aussi c’est très enrichissant et étrangement on retrouve un peu de nous …
    Tous vos écrits m interpelle comme des messages dont il faudrait trouver le sens , c’est ce qui me fascine. .Mais je vous le confie, Sabine, pour ma part, mon choix se porte sur le carnet noir tout simplement et vous savez que cet aspect m’attire.
    Je vous ai répondu comme je l’ai pu et je sais qu’il manque …Une réponse .. mais vous le savez , j’ai du mal à parler de moi .
    En tout cas ce qui me donne du baume au coeur c’est de savoir que vous êtes là pour nous .
    Je vais continuer mes lectures car je suis de repos encore quelques jours ,en fait je le suis jusqu’au 31 mai … Après….
    Je vous embrasse très fort .
    Merci pour votre présence et le temps que vous prenez aussi pour nous.
    Sabrina

    1. Sabrina says:

      Oui . Sur Sud radio et puis ensuite sur votre ancien site .
      Je vous ai contacté comme ça puis par email..Et je n’ai pas toujours suivi vos conseils .. Tant pis pour moi.. pourtant vous m’avez mise sur le chemin..
      Je suis ravie de vous avoir retrouvé.. Et félicitations pour ce nouveau blog ..Je vous souhaite beaucoup un grand succès .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *