Et si…une odeur, un son ou un bruit…

Et si nous jetions un regard particulier sur votre histoire,

et si nous mettions un accent intime sur votre histoire,

et si ,

là,

maintenant la bonne humeur s’invitait,

des jolis mots,

des jolies attentions qui reviennent comme un refrain…

Rappelez vous un bruit,

une odeur…

votre madeleine de Proust à vous c’est quoi?

Quelle odeur vous a marqué pendant votre enfance,

ou quel bruit?

J’ai hâte que vous me racontiez…

 

34 Commentaires
Partager:

34 Commentaires

  1. Laurence says:

    L’odeur de l’herbe coupée, lorsque je pédalais à perdre haleine sur les chemins, à bicyclette, celle du flan à la vanille Marquise (vintage), celle du riz taureau ailé (lol).
    Cela me renvoie au bon temps, celui de l’insouciance, de l’innocence, des jours heureux!

  2. Seb says:

    Il y a une odeur qui m’enivre depuis toujours, depuis mon plus jeune age…… Plutôt en été, lorsque tout est chaud, l’air, la terre. Il fait sec pourtant une douceur presque palpable se fait sentir. Cela fais longtemps que l’on ne la pas vu…. La voila, la légère brise vient prédire son arrivée. Je ne pourrais pas décrire exactement cet arôme. Terre, fer, bois, eau…. Bref un mélange des éléments, je l’appelle l’odeur de la pluie.

  3. carine says:

    Allez je me lance car cette photo m’inspire tout naturellement, mais ayez de l’indulgence car c’est la toute 1ère fois pour moi ce genre d’exercice…..
    Tous les dimanches midis, du temps de ma grand-mère, c’était le bon temps, le temps où l’on prenait le temps…
    Le temps de se réunir en famille tous ensemble, ma grand-mère était derrière les fourneaux de bon matin et dès que nous arrivions que ça sentait BON dans cette maison. Nous les + jeunes, moi et mes cousins finissions de mettre la table avec les assiettes et les couverts spécialement réservés au Dimanche et en fonction de la saison nous faisions des petites décorations et nous étions fière de cette belle table. C’était 1 bon moment, même si desfois avec les grands il y avait des tensions, mais par respect pour ma p’tite mamie adorée chérie tout redescendait très vite. Et quand venez le moment du café, mamie nous sortez ces fameux petits sablés, qu’ils étaient bons en forme de coeur, de rond, d’étoile et à noël nous avions même droit à des formes de sapins. Ma grand-mère n’est plus là, il n’y a plus de repas du dimanche, il reste sa recette des petits sablés mais même si ils sont bons ils n’ont plus le même goût !! Et j’associe toujours ces petits sablés à ma mémé 🙂 et la bonne odeur qui va avec…………

    1. Josiane says:

      Je vs rejoins Carine,ma grand mère est décédée il, y a 27 ans,c’était une très bonne cuisinière et pâtissière,elle avait ce petit plus qui faisait que ts ses petits plats étaient trop bons,jusqu’àu café,on ne peut pas oublier…..
      Alors moi une odeur que je me rappelle et le goût c »ést un dessert que notre maman ns faisait quand on rentrait de l’école,quand elle ne travaiillait pas(ce qui etait tres rare a mon grand regret mais bon c’est comme ca…) une crème a base de lait’farine et sucre,qu’elle faisait épaissir sur la gaziniere,elle la versait ds des assiettes creuses,on la mangeait tiède,trop bon,ns étions tellement contents de partager ces moments avec elle…. j’ai essayé d’en refaire pour mes fils(pas terrible…) mon fils aîné adore manger ce dessert chez sa grand mere

  4. GUYBKK says:

    La cuisine de grand-mère , c’était la meilleure ! . Plein de petits plats tous en faible quantité ,mais tous différents et succulents . Et elle avait voyagé en France , dans de nombreux département et elle avait appris la cuisine de chaque région . Tout était cuisiné au feu de bois ,ou sur la cuisinière bois charbon .
    Les gâteaux avec des fruits frais et surtout  » les bouchées à la reine  » étaient de loin mes plats préférés , on les mettaient au four que l’on ouvrait de temps en temps pour vérifier la cuisson . Il fallait faire attention , car il n’y avait pas de thermostat . Chaque fois que l’on ouvrait la porte une odeur merveilleuse , s’exhalait dans la pièce et nous donnait envie de passer à table tout de suite tant nous étions impatients de gouter à ces mets délicieux . Il y avait aussi les écrevisses pêchées au fond du jardin et les chaussons au pommes qui gonflaient dans le four . Tout un programme culinaire qui prenait des matinées entières . Après on passait à la dégustation car nous étions gourmets et gourmands .

  5. Ma rtine says:

    A sept 5 ans je découvrais l’odeur de la cheminée et celle du café au lait les différents sons de voix en-dessous et les éclats de rire ; j’étais impressionnée
    J’aime l’odeur de la veille pierre quand elle est mouillée elle a quelque chose de particulier

  6. Chantal says:

    Le bon riz au lait que faisait ma grand-mère qui le lendemain pour ne pas refaire le même dessert ajoutait un jaune d oeuf et le mettait au four…ces souvenirs me ramènent à ma jeunesse et plus….. que c est bon de voir ces sourires que nous faisions tous autour de cette grande tablée . Ce regard malicieux que mémé avait lorsque nous lui demandions quel serait le dessert c est vrai qu elle était bonne cuisinière tout était bon…
    Je sens l odeur de la vanille….j avais compris enfant qu il me suffisait de regarder sa cuisinière à bois pour savoir….

  7. valerie says:

    Les odeurs de cuisine de l’enfance, les desserts, je crois que cela reste un truc qui me marque!
    Dans ma Gascogne natale l’odeur de croustade à l’Armagnac qu’on nous apprend tout petit reste quelque chose de top!
    Des heures à apprendre les recettes, les odeurs de chocolat, des petits gâteaux!
    La cuisine est un art !

  8. Nurse 24 says:

    Il est des images et des sens qui restent gravés dans ma mémoire comme un album de souvenirs, pas toujours sages.
    Certaines pages évoquent des moments tendres et plein de rire, d’autres tristes et douloureux sont déchirés, tel un broyage.
    Dans le livre de ma vie, il me reste encore tant de pages blanches où j’y mettrai mes meilleurs moments à vivre dont j’en serai épanouie et ravie.
    Et je sais que j’ai appris, compris.
    Des épreuves m’attendent qui seront griffonnées sur ces pages de noirceur ou de couleur.
    Les peines font grandir et les victoires rendent beaux infiniment beaux.
    Et quand sonnera l’éternel sommeil, ce livre sera ma merveille.
    Parce que la vie est ainsi faite.
    S’il y a bien un souvenir que j’affectionne et qui va perdurer, est la sensation que j’éprouve lors d’orage pluvieux les soirs d’été, atmosphère magnétique, passionnante et mystique, c’est inexplicable, puissant à en inverser les heures!

  9. Lili says:

    Le bruit des vagues, de l’océan tous les étés, au mois d’août…Le goût du sel sur la peau séchée par le soleil…gamine, je léchais mes bras en sortant de la plage, des cristaux de sel sur les cils…le soleil et le sable étaient un habit voluptueux et rassurant que je ne voulais pas quitter et je me cachais au moment du départ pour ne pas rentrer avec ma famille.
    Tous ces mois d’août étaient synonymes d’insouciance et de liberté voire même de libération…

  10. bea says:

    l’odeur de la terre après l’orage
    l’odeur de la craie
    l’odeur de la colle cleopatra
    l’odeur de l’herbe fraichement coupée
    l’odeur de la route chaude dans les campagnes
    le chant des oiseaux à l’aube au printemps
    le son des cloches de l’église
    et surtout le son de la nuit à la campagne

  11. sandrine says:

    Il y a une odeur que je ne peux pas oublier c’est celle du feu de bois .Quand j’etais petite dans la maison familliale il y avait une grande cheminée ouverte que ma grand-mére allumait même si sa fumée et cette odeur la sentir j’aimais beaucoup.

  12. Anne64 says:

    Moi aussi, les odeurs des petits plats mitonnés par ma mamie et les odeurs des desserts, la génoise de la bûche de Noël qui cuit, les crêpes…et tant d’autres douceurs…
    Et aussi l’odeur de la maison de mon papi et de ma mamie, indéfinissable, une douceur qui embaume, une maison dans laquelle j’aimais tant aller…

  13. Rabia says:

    L’odeur de la crème Nivéa dont ma mère nous tartinait les joues,
    Le bruit du craquement des feuilles mortes lorsque nous marchions dans les fossés en rentrant de l’école.

  14. sylvie says:

    AH ! l’odeur des gaufres que faisait ma maman cuite au feu de bois dans la cheminée.
    Une fois cuite je les roulais et les mettais dans une boite en métal pour les conserver et les déguster plus tard.
    Le crépitement du feu avec cette merveilleuse odeur de pate cuite cela restera un joli souvenir.

  15. véro biarritz says:

    L’odeur de la sciure et les copeaux agrippés au pull de mon père … l’odeur des crêpes le dimanche après-midi et moi attablée à faire mes devoirs dans la cuisine …

  16. Christelle77 says:

    Odeur d’enfance ? Sans hésiter, l’odeur de l’herbe coupée. Avec cette odeur, je ressens la chaleur de l’été, la lumière du soleil et je vois le jardin a côté de chez mes grands parents qui deviendra la parcelle où mes parents feront construire. L’insouciance, le bonheur total ! … Alors qu’il a neigeoté dans les Yvelines et qu’on se caille comme jamais, je rêve d’être à l’été, de ce même soleil, de cette même douce chaleur et de cette même odeur d’herbe coupée ! … Allez, courage, demain, c’est le printemps !

  17. Sabrina 40 says:

    L’odeur de la craie et du marqueur pour tableau blanc, la bonne odeur de chocolatine chaude pour la récréation au collège, le bruit des vagues

  18. Armelle says:

    Moi j’adorais l’odeur et le bruit du café en grain qu’on mettait dans un moulin et on tournait la manivelle. J’étais toute gamine mais je m’en souviens très bien.

  19. Pascale says:

    J’aime les odeurs de la nature, toutes sans exceptions ou presque …
    L’odeur des bottes de paille !
    L’odeur du bois, du parquet ciré …
    L’odeur des chevaux, des ânes … une odeur particulière bien à eux …
    L’odeur des bougies …
    Et des bons gâteaux, du chocolat !!

  20. Françoise du Mans says:

    et bien pour moi, ce sont les tomates farcies de ma regrettée Maman. Je n’ai jamais réussi à les faire aussi succulentes !

  21. Domino says:

    Pour moi, l’odeur de la rue, l’été, après un gros orage … Ces étés de l’enfance insouciante (enfin presque …) ou on se baladait en vélo dans le village.
    Et l’odeur de la salle de classe de l’école, que j’ai retrouvée intacte, bien longtemps après mon passage, quand j’ai accompagné mon fils aîné pour son 1er jour dans cette même école : un moment bouleversant pour moi ! J’ai tant aimé mes années d’école primaire !

  22. Philippe says:

    Asthmatique jeune… l’odeur des vieux meubles m’indisposait !
    L’odeur des sous-bois lors de la cueillette des cèpes !
    Le crapaud caché qui coasse la nuit en d’été !
    Le craquettement des grillons que j’écoutais tout en me rapprochant pour les débusquer !
    L’envol particulier des perdreaux, des cailles ou des faisans arrêtés par le chien au mois d’aout !
    ….

  23. Sabrina PO says:

    C’était le surnom que me donnait mon père, plus jeune… ça m’a fait sourire 😊
    L’odeur du pain grillé et du café… le matin
    L’odeur des beignets , que ma mère nous préparait, quand on rentrait de l’école …
    Celui iodé de la mer …couchée sur le sable en écoutant les vagues… venir et repartir..
    L’odeur des sous bois … des champignons..
    Les effluves d’épices comme la cannelle…
    Celui d’un bon chocolat chaud maison…comme nous le faisait mon père.
    Le crissement du gravier lorsque l’on roule dessus..
    Et…. Cette odeur si particulière…. de bébé . Le Paradis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *