Il était une fois…l’Atelier d’écriture.

On y est…

Les bras chargées de lignes,

il ne vous reste qu’à retrouver l’énergie d’un débutant(te),

installez vous à votre table,

et faites redoubler les décibels.

Aujourd’hui ,

je vous propose des histoires les unes dans les autres telles des poupées russes qui se mordent la queue.

Pour faire bref.

L’un(e) d’entre vous écrit une trame,

un(e) second(e) une suite, puis un(e) troisième etc…

Une seule histoire écrite à plusieurs mains.

N’oubliez pas d’attendre avant d’écrire,

prenez bien le temps afin de ne pas chevaucher une autre histoire.

Les uns derrière les autres,

chacun(e) pour apporter sa pierre à l’édifice ou sa contribution à une seule et unique histoire.

Vous pouvez greffer des personnages à volonté mais surtout veillez bien à ce qu’ils trouvent une légitimité dans le texte.

Tous à vos plumes…

j’ai hâte de vous lire.

Exercice ouvert jusqu’à dimanche soir.

23 Commentaires
Partager:

23 Commentaires

  1. Anne64 says:

    Nous sommes samedi. Le temps est d’une tristesse infinie, les jours se suivent et se ressemblent, il pleut encore et encore. Le printemps tant attendu, tarde à pointer le bout de son nez.
    Privés d’extérieur, la famille Lupin décide de rester bien au chaud et de profiter de ce moment pour passer du temps ensemble, ce qui, soit dit en passant, ne leur arrive pas très souvent.
    Le feu dans la cheminée crépite, toute la famille est lovée dans les canapés quand tout à coup….

    1. Sabine Thierry says:

      les filles, précisez que vous faites la suite de la précédente en la nommant.
      C’est Anne qui a ouvert le bal, suit Carole etc…

  2. Christelle77 says:

    Franck, en bon père de famille protecteur va chercher son fusil de chasse. Il ouvre la porte et hurle de sa grosse voix : qui est là !!! Devant le portail, il voit Camille, leur voisine et amie de sa fille totalement tétanisée, les yeux regardant vers le toit de leur maison.
    – Camille ? mais qu’est-ce qu’il t’arrive ! Quelqu’un t’a agressé ?
    – J’ai … j’ai vu … fenêtre grenier, il y avait …
    – Camille ! On respire et on explique correctement ! Je ne comprends rien !
    – A la fenêtre de votre grenier, j’ai … j’ai vu Mme Moncorget !
    – Mme Moncorget, l’ancienne propriétaire de la maison ? … Mais, tu as bu Camille ou quoi ! C’est impossible, tu sais bien que Mme Monconrget est …

  3. Chantal says:

    Suite Chrystelle 77
    Tu sais bien qu elle est partie faire un magnifique voyage en Afrique du sud elle nous envoyé une carte postale…tu devais penser a elle …

  4. Chantal says:

    Suite Chantal
    Camille répond au elle n est pas dupe je sais bien que vous voulez me préserver car je me suis difficilement remise du décès de mamie et Mme Moncorget m était très chère mais je sais au elle est morte mais je suis sure je l ai vue a la fenêtre de vitre grenier elle tenait un mouchoir blanc et ke remuait dans ma direction au est ce que ça veut dire j ai trop peur…aidez moi

  5. Goldy says:

    Suite de Chantal (2)
    Franck tente de rassurer au mieux Camille et lui propose de rejoindre ses parents. Tout en lui souriant, il lui promet de faire un tour au grenier et de la tenir informer.
    Tremblante, Camille se dirige vers sa maison et salue de la main son voisin.
    A peine rentré, Franck partage avec Lucida, sa femme, son échange avec Camille. Ils ne savent que penser cependant…

  6. Mirielle says:

    Suite de Chantal
    Franck décide donc de grimper au grenier, pour rassurer Camille, qui reste là, tremblante, et ne pouvant faire un pas.
    Il prend donc l’échelle à deux mains, en ayant pris soin de poser le fusil, arriver au sommet dudit grenier, ne voyant rien, il tape du pied et une nuée de Chauve- souris prennent leur envol .
    Franck explose de rire et se mets à crier: Camille rentre vite, sinon elles vont venir s’agripper sur toi et tu vas bien finir par ressembler à Mme Moncorget !

  7. Rabia says:

    Suite de Goldy.
    Tout les deux se remémorent les événements de ces derniers temps.
    Les bruits étranges, les courants d’air, cette impression d’être épiés.
    N’y tenant plus, Franck se décide alors d’aller faire un petit tour dans le grenier.
    Il grimpe les marches les unes après les autres, les battements de son cœur s’accélèrent, son front tout en sueur, il pose sa main moite sur la poignée de la porte et s’apprête à vaincre sa peur.
    D’un grand coup, il ouvre enfin cette porte, c’est alors …

  8. Rabia says:

    Suite de Mireille
    Franck s’apprétait à descendre lorsqu’il sentit un courant d’air glacial l’envahir.
    Les battements de son cœur s’accélerent, son front tout en sueur, ses mains moites, il ne pouvait plus faire un mouvement.
    Lui qui venait de se moquer de Camille ne l’a ramenait pas large.
    Lucinda ne voyant pas son mari revenir commençait à s’inquiéter.
    Elle sortit à son tour dans le jardin et appela son mari :
    – Franck ! Franck !
    Aucune réponse à son appel.
    Prise de panique, Elle se décida alors à grimper à l’échelle et se rendre compte par elle même de ce qui se passait.

  9. Mirielle says:

    suite de Rabia
    Qui était cet homme, là, allongé, cheveux mi- long, auprès duquel Franck était accroupi ?
    Luncida assailli Franck de questions:
     » Qui c’est? Tu le connais ? tu l’as déjà vu? il dort?
    Mon dieu qu’il est sale!
    Franck:
    Chut! tais toi !
    J’essaie d’entendre s’il respire.
    Au moment où Franck, se pencha d’un peu plus près sur cet individu inconnu, le dernier se retourna dans un grognement ressemblant à un simple ronflement…

    1. Christelle77 says:

      Mais elle ne peut pas s’arrêter là l’histoire si ? C’est qui ce gars crado qui ronfle, moi je veux savoir !!! Et si, quand l’atelier sera vraiment terminé, vous y mettiez le mot de la fin en écrivant … la fin justement ?! … Vous qui, habituellement à l’atelier d’écriture, n’écrivez que les débuts ! lol

  10. Rabia says:

    L’homme apeuré se recroquevilla sur lui même.
    Franck et Lucinda n’avaient jamais vu cet homme.
    Ils se regardèrent tous les deux et ne savaient que faire.
    Depuis combien de temps était il dans ce grenier ?
    D’où venait il ?
    Comment avait il fait pour arriver jusque là ?
    Lucinda :
    – Il faut prévenir les gendarmes. Cet homme a sûrement de la famille qu’il l’attend.
    Franck :
    – oui tu as raison, moi je reste avec lui.
    Lucinda se dirigea à toutes jambes vers leur maison.
    Leurs enfants restés à l’intérieur commençaient à s’inquieter.
    – Maman où est Papa ? Mais que faisiez vous ?
    – tout va bien, il est au grenier dit elle de sa voix tremblante.
    Mais les enfants ne sont pas dupes.
    – Maman mais que se passe t il ? Non tout ne va pas bien. Tu es toute blanche et ta voix est plein d’inquiétude.
    – dans le grenier, on a trouvé ….

  11. Chantal says:

    Suite de Rabia
    C est un monsieur qui a cherché refuge dans notre grenier il s est nourri des pommes et des poires que nous y mettons pour les conserver. Et le pauvre ne s est plus qui il est. Je vais appeler la gendarmerie il est probable que quelqu’un s inquiète pour lui et le recherche. D un seul cri les enfants expriment leur crainte il est peut-être dangereux…non répondit leur mère il est certainement malade le pauvre il est sale car vu son état cela fait plusieurs jours qu il est là…c est ça les bruits que nous entendions.. Les gendarmes arrivent avec un grand sourire en effet un homme de 75 ans a disparu du village voisin il était parti faire une promenade il y a 5 jours et n était pas rentré chez lui; sa femme et ses enfants étaient morts d inquiétude…

  12. chantal11 says:

    Cet homme de 75 ans a été élue Mister Papi, vous savez !
    Certains disent que la vieillesse est un naufrage, mais finalement il a compris que c’est une chance,
    un honneur
    Tout le monde n’y a pas accès. Et puis, il pensa que ce n’est pas pour rien que cette vieillesse était lourde à porter
    C’est-à-dire?
    -Si la vieillesse était douce à vivre, personne ne voudrait que ça s’arrête
    Le fait qu’elle soit si rude rend l’existence moins attachante
    La vieillesse a été inventée pour se détacher de la vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *