Le film…Caramel. Un film de Nadine Labaki.

Dans un salon de beauté et de coiffure de Beyrouth travaillent et se croisent cinq femmes, dont le film suit la vie quotidienne et les amours.

Elles sont trois à travailler au salon Si Belle: Layale, qui a une liaison avec un homme marié, Nisrine, qui est fiancée et dont les préparatifs de mariage avancent au fil de l’histoire, et Rima, qu’une belle cliente aux longs cheveux noirs ne laisse pas indifférente.

Layale, la patronne, est chrétienne (on voit une procession à la Vierge Marie faire une étape au salon), Nisrine est musulmane. Rima est un peu garçon manqué – Nisrine va lui imposer « pour une fois » de porter une jupe pour participer à son mariage -, mais l’homosexualité n’est jamais explicitement mentionnée.

Layale attend que l’homme qu’elle aime abandonne sa femme pour la rejoindre. Un jour sa concurrente arrive au salon pour se faire épiler. Layale lui inflige une épilation brutale et douloureuse au caramel fondu brûlant pour assouvir sa vengeance.

Jamale, une cliente habituée et souvent présente au salon, est angoissée par la vieillesse au point de simuler des règles pour cacher sa ménopause. Elle passe des castings pour des publicités et élève seule ses enfants.

Une voisine couturière d’un certain âge, Rose, qui s’occupe de sa sœur aînée à demi-folle, Lili, leur rend parfois visite. Elle reçoit la visite d’un élégant et séduisant vieux monsieur qui lui demande de retailler des habits. Rose tombe sous le charme.

J’ai vu, j’ai adoré,

Un film de filles comme je les aime…

un film c’est sur, qui va, comme à moi,  vous parler.

Il ne vous reste plus qu’à le rechercher, le regarder et… me raconter.

28 Commentaires
Partager:

28 Commentaires

  1. Christelle77 says:

    Oh oui ! Je l’ai vu il y a longtemps et j’avais beaucoup aimé aussi ! On se sent comme une petite souris qui rentrerait dans la vie de ces femmes. C’est savoureux et sucré, comme le caramel. Et l’affiche : quelle lumière !!!!

    1. Sabine Thierry says:

      Je commençais à m’inquiéter, pas une réaction sur le post!!!!
      Merci Christelle d’ouvrir le bal.
      Depuis ce film pour ce qui me concerne, j’envie les coiffeuses…d’être coiffeuse!

      1. Christelle77 says:

        Pardon ! J’avais cours toute la journée et je n’ai pas eu le temps d’ouvrir mon portable sur la courte pose de midi !!! … Mais ça y est !

      2. Christelle77 says:

        Vous avez encore mieux que le métier de coiffeuse pour tout savoir des gens Sabine : la voyance !!! … Bon certes, vous ne pratiquer pas le massage du cuir chevelu … cependant vous nous décoiffez bien quand on vient vous voir ! lol

      3. christelle77 says:

        Et bien du coup, vous avez redonné envie de le voir … Ce que j’ai fait hier ! C’était comme dans mes souvenirs (sauf pour l’histoire entre Charles et Rose … Je n’avais plus cette fin là en tête !). Merci Sabine !

  2. Vincent says:

    Et la musique da ns ce film est merveilleuse « Sukar banat » qu’ un ami syrien de Nice me jouait au piano.

    De loin un des plus beaux films libanais que j’ ai vu dans une salle de Valence en Espagne il y a quelques années déjà…On y expérimente des parfums, des bruits et cette impression d’ être transportés à Beyrouth.

    Tout aussi bien et d’ actualité le deuxième film de Nadine Labaki « Et maintenant on va où » sur une petite ville où coexistent les 3 religions monothéistes.

    Bises et bon week-end

    Vincent

    1. christelle77 says:

      Bonjour Vincent !
      Totalement d’accord avec vous sur la musique ! Un parfait mélange de genre comme le sont ces femmes dans leur culture, leur façon de vivre … Un mélange de tango argentin (c’est fou !), de musique arabe bien logiquement, de musique russe ou tzigane et puis d’une orchestration un peu occidentale aussi dans les cordes. C’est aussi chaleureux que le film !!!
      Et vous vous êtes où ? Toujours en Amérique du Sud ?

  3. Carole says:

    C’est une ouverture sur le monde que de visualiser des films étrangers. Donc apres on poursuit avec « et maintenant on va où ?  » Merci Vincent.

  4. chantal11 says:

    C’est une petite liste de films que j’ai mis sous le coude au fil des vendredis
    Caramel joli mot très souvent employé
    Un mot d’automne également!
    Merci pour ces partages

  5. Lili says:

    Coucou à tous !
    Je l’ai vu il y a quelques temps ! J’adore ces films sur les femmes, années 2017, femmes, femmes, femmes !
    Et puis, comme j’ai eu l’opportunité d’aller à Beyrouth : ok, j’ai pas vu grand chose mais j’ai discuté avec une jeune femme. J’ai discuté avec une nana d’à peine plus de 30 ans et on a échangé sur la concurrence féminine auprès de ces Messieurs ! 8 femmes pour 1 homme au Liban ! Ce qui m’a étonné c’est qu’elles ont toutes le même chirurgien esthétique : la même bouche trop pulpeuse, comme un cul de poule ! Mais elles ont de la personnalité, en apparence….car le Mâle domine..;!! C’est une ville écartelée entre Occident et Orient, entre Tradition et Modernité, une société faite d’ambiguïtés.
    L’héroïne l’incarne assez bien finalement…je ne dirai pas pourquoi. Elles sont superbes ces femmes ! J’ai beaucoup aimé ce film ; à voir absolument.
    Dans un autre style, j’ai adoré aussi : « Déesses indiennes en colère ». Autres femmes, autre pays où la condition féminine est d’une tristesse sans nom.
    Messieurs, n’oubliez jamais que vous sortez du ventre d’une femme !
    Bon film !

  6. GUYBKK says:

    Pour être honnête , étant un homme , je ne suis pas une émule des film psychologiques concernant le milieu des coiffeuses . je préfère les films d’action . J’ai eu du mal à le trouver en streamming car il est bloqué par droits d’auteur . Les personnages sont touchant mais je n’ai pas réussi vraiment à me concentrer en totalité sur le film , ce n’est pas le style de film que je regarde habituellement . les personnages sont touchants , gracieux , dans leur recherche de bonheur et de réussite sociale .Mais pour les sentiments , je préfère Pagnol et nos anciens grands artistes : Raimu Fernandel Bourvil .. qui jouent à mon sens à la perfection empreint de naïveté et de spontanéité , sensibilité de joie de vivre , sans vulgarité .

      1. GUYBKK says:

        Oui vous avez raison les acteurs et les époques changent . Je vais revoir le film , pour mieux comprendre les sentiments qui animent ces personnages , il y a quelque chose de bien qui m’a échappé , c’est sûr .

    1. Lili says:

      Guy,
      Puis-je vous demander ce que vous entendez par vulgarité svp ?
      Moi, dans ce film, je n’ai pas vu de personnages en quête de réussite sociale : j’y ai vu des femmes qui font ce qu’elles peuvent avec sincérité, chacune vibre à sa manière en cherchant l’amour ou en se surprenant à le trouver là où elles ne l’attendaient plus. Elles cherchent à s’épanouir dans une société ultraconservatrice où la femme n’est pas l’égal de l’homme. On se bat encore en France alors imaginons ce que ça peut être au Liban ! Elles sont naïves (l’une espère que son amant quitte sa femme), spontanées et se réjouissent des petits bonheurs de la vie. Peu importe qu’on dans un salon de coiffure ou ailleurs, il s’agit là de la femme. Moi j’ai exercé un métier à responsabilité et qu’est-ce que je me suis fait « c—– ! » (pardon d’être vulgaire 😉 Elles sont superbes ces coiffeuses, cette couturière, cette pseudo actrice-mère au foyer !
      Alors ok, dans un tout autre style, j’ai adoré « l’homme qui aimait les femmes » de Truffaut mais ne faut-il pas vivre avec son temps ? Etre nostalgique sans trop l’être pour vivre son époque ?
      Je crois que toutes les générations ont entendu une phrase qui m’horripile : « tout fout le camp ! Avant, bla bla bla ». Mais nos jeunes sont supers, y’en a des tas de chouettes, comme d’autres moins. Je ne crois pas que ce soit une question d’époque car comme chantait Brassens: « Quand on est con, on est con »
      Alors, Guy, qu’est ce que la vulgarité ?

      1. GUYBKK says:

        Je me suis mal exprimé . Quand je parle de vulgarité , je ne parle pas du tout de ce film. Je parle en général , pour beaucoup de films commerciaux que l’on peux voir depuis quelque temps et qui tournent autour de la violence dans tous ses effets . Ils ne ressemblent plus aux anciens films avec tous les grands acteurs que j’ai connu pendant de très nombreuses années et que j’ai bien compris et aimé .

        1. Lili says:

          Je vous rejoins là dessus mais je crois que nos médias y sont pour beaucoup.
          A nous d’inculquer au mieux les valeurs de respects, de bienveillance, d’honnêteté, etc à nos enfants.
          Merci pour votre retour, je n’ai pas voulu vous offusquer, loin de moi cette intention.

          1. Sabine Thierry says:

            guy n’est pas là dedans lili, c’est un homme doux et sage.
            attention les filles ne tombez pas amoureuses!!!

        2. Lili says:

          C’est agréable de lire des hommes sur ce blog, il en faudrait plus !! Moi aussi je suis douce dans l’intimité ! Sage peut être moins et encore ?!!

  7. Carole says:

    J’ai regardé Caramel dimanche et j’ai passé un agréable moment au milieu de cet univers féminin.
    Elles prennent le temps de vivre. Elles sont émouvantes, sensuelles, drôles.
    Elles s’affranchissent du poids des hommes.
    Elles sont belles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *