Il était une fois…

Un salon de thé, muet comme un film,

une douceur ouatée, une atmosphère douce et délicatement chocolatée,

on y entend le bruit du temps qui passe…

Une femme d’âge avancé est assise droite, ses jambes fines avec élégance, sont croisées.

Ses longs doigts parfaitement manucurés tapotent avec impatience la tasse en porcelaine de Chine,

Nerveuse, elle se lève pour se repoudrer,

dans le miroir, elle voit, mécontente son reflet.

Le miroir se dit-elle c’est comme le regard des autres et la beauté, une amie infidèle.

Elle nous laisse tomber avec les années qui passent.

La vieillesse c’est tragiquement vrai est un naufrage…

 

à vous,

à votre plume,

appuyez vous sur un personnage réel pour mieux le réinventer, en toute liberté.

J’ai hâte de vous lire.

 

109 Commentaires
Partager:

109 Commentaires

  1. Carole says:

    Tant que j’étais jeune, très séduisante, j’ai beaucoup plu jusqu’à l’ivresse.
    Je vivais pour ça, uniquement pour ça, uniquement pour plaire.
    C’était ma raison de vivre ! mon unique raison.
    Aujourd’hui, les années ont passé, mon visage est marqué de tous mes excès.
    De bien vilaines rides se sont installées.
    Je ne supporte plus ce temps qui passe.
    Je reste seule, désespérée.
    J’ai encore un soupçon d’envie de vivre, pour faire comme ci;
    Je continue de sortir, élégante jusqu’aux ongles et c’est après de nombreux cocktails avalés que je me prends à rêver…
    Mais jusqu’à quand?
    Où es tu ma jeunesse adorée? Où sont mes folles années si délicieusement avalées?
    J’ai peur de vieillir, j’ai peur de vivre.

  2. Goldy says:

    Face au miroir, Déhlias se repoudre le nez sans trop se regarder, s’éterniser. Les années ont passé et le temps s’est inscrit sur son visage, un peu trop tôt à son goût. Lentement son regard se décale et elle observe, discrètement, le salon et se souvient…

    … Un salon de thé, il y a plus de trente ans, quelque part à Lacanau, 6 rue Caupos, face à l’église d’où s’échappe une douce mélodie, c’est Amy Winehouse qui s’est invitée aujourd’hui. On s’approche et c’est un doux parfum de pâtisseries faites maison qui vient nous caresser les narines : elles chantent encore un peu elles aussi. Enfin, on franchit le seuil et un bon feu crépite dans la cheminée et nous invite à nous installer dans ce décor imaginé par la pétillante et généreuse propriétaire.

    Mais ce n’est pas en tant que cliente que Déhlias pénètre dans ce lieu magique mais comme serveuse… non ce n’est pas le bon terme car à aucun moment elle n’a ressenti cet état mais comme hôtesse d’accueil, oui c’est beaucoup mieux.
    Elle est arrivée depuis peu dans cette région et c’est la propriétaire du salon qui l’a accueillie et offert, généreusement, de l’aider et qui lui à proposer ce travail.

    Déhlias, la trentaine bien installée, d’une beauté naturelle éblouissante dont elle n’a même pas conscience. Après avoir essuyé bien des déboires, sur un coup de tête, elle a tout plaqué, tout quitté.
    Un instant, elle a fermé les yeux, a laissé glisser son doigt sur une carte géographique et paf l’Aquitaine lui a fait de l’œil.
    Un nouveau chapitre était déjà en train de s’écrire, Déhlias a pu laisser sa plume s’exprimer. Et page après page, elle a noirci les feuilles. Elle pouvait enfin vivre sa vie, celle qui sommeillait depuis toutes ces années. Et c’est ainsi que tout débuta, la propriétaire du salon, le salon de thé où elle fit de jolies et enrichissantes rencontres, et puis LA rencontre sur une plage de Lacanau, celle du cœur et les années se sont écoulées, plus belles les unes que les autres.
    Le tourbillon de la vie l’a emportée, secouée, rassurée, éprouvée, comblée et…

    … Crack…

    Déhlias sursaute et se retourne, une cliente vient de renverser sa tasse sur le pied en fonte de la chaise.
    Doucement, Déhlias revient à son miroir et sourit, non pas de la cliente mais d’elle. Il y a encore quelques minutes elle était impatiente, en colère contre la vie qui lui a pris toutes ces années alors qu’au contraire, la vie lui a offert toutes ces années et sans doute encore bien d’autres.
    Voilà ce qu’elle était venue chercher, sans le savoir, en revenant dans ce lieu rempli d’histoires : la chance de pouvoir vieillir… et pas trop mal en fin de compte…

    1. christelle77 says:

      J’adore !! C’est très philosophique finalement : Parfois, prendre un peu de recul, sortir un peu la tete du guidon, ça permet de remettre les choses à leur place et de se rendre compte que la vie n’est pas si laide !!! Bravo Goldy !

  3. Domino says:

    Dans un coin du salon de thé, un homme l’observe. Elle ne le voit pas, trop préoccupée par elle-même et ses états d’âme.

    Il lit dans son attitude. Il entrevoit ses pensées. Il sait qu’elle regrette sa jeunesse évanouie. Pourtant, il la trouve si belle ! Bien sûr, elle n’a plus la beauté de la jeunesse. Cette période où toutes les femmes sont belles… Mais elle a tellement plus ! Les années n’ont rien enlevé à l’impression qu’elle dégage, cette aura qu’elle projette et qui attire l’attention dès qu’elle entre quelque part. Ce qui ne peut ni s’acheter, ni s’inventer. Cette classe innée et qui s’accentue avec l’âge et les expériences de la vie qui s’impriment dans le regard et dans l’âme.

    Mais elle est actrice. Et les actrices n’aiment pas vieillir. La dictature de la jeunesse est encore plus cruelle pour elles. Surtout pour les actrices dont on a célébré la beauté. Les physiques plus communs, ou n’entrant pas dans les critères habituels laissent plus de liberté. Celles là peuvent jouer sur leurs défauts, s’enlaidir…Vieillir, tout simplement…

    Quelle ironie ! Un atout qui devient un poids. La beauté est injuste. Elle crée des inégalités entre les individus. Mais la vie se venge bien ! Et les belles se voient vieillir avec angoisse tandis que certaines « laides » embellissent en prenant de l’âge !

    Lui ne voit que la magnificence de cette femme. Sa mère…

    Elle ne le connaît pas. Devinerait-elle si elle croisait son regard ? Ce regard vert qu’il a hérité d’elle ? Elle qui l’a abandonné à la naissance. Elle qu’il suit depuis tant d’années, depuis qu’il sait.

    Il ne saura jamais. Il ne s’approchera pas. Il ne lui parlera pas. Il ne lui dira rien. Il se contentera de l’observer. De la regarder regretter sa jeunesse passée. Sa mère. Lui son secret, elle sa blessure.

    1. Isabelle64 says:

      Et les belles se voient vieillir avec angoisse tandis que certaines « laides » embellissent en prenant de l’âge !
      j’adore cette phrase … bravo !!!

  4. Ma rtine says:

    Son reflet lui fait comprendre de la profondeur du trou dans lequel elle est entrain de s’ abîmer
    J’ai joué de toi « miroir » je me suis prise pour une autre, je m’affolait d’être sexy et de faire tourner les têtes du grand monde qui me trouvait fort bien belle au premier coup d’oeil avec des gestes tout en finesse, je suis étonnée du succès mais aussi du dégoût et l’envie de vomir que j’ai eut durant tant d’année . Mon vrai compagnon toi « miroir » le seul qui sait qui je suis : ce petit garçon qui aimait la vie criait et jouait avec ses amies se bataillaient dans la neige il ne sentait pas le froid il avait chaud en lui alors qu’ici bien au chaud le grand garçon que je suis à froid parce qu’il se rappel de cette rencontre avec cet homme immonde qui a fait de moi un travesti prostitué .
    Mon « miroir  » est comme moi il ne montre rien , il est sans reflet mais il réfléchit …

  5. Josiane says:

    Ce qui est sûr,(pour moi….)pas facile d’accepter de se voir vieillir…..quand on rentre ds la cinquantaine,bp de « choses »changent et c’est là qu’on se dit qu’on aurait du en profiter davantage…mais bon la vie ne s’arrête pas là,à ns de se donner les moyens pour passer ce cap le plus agréablement possible,de prendre soin de soi,c’est important

  6. Laurence says:

    Superbes textes les filles, bravo!

    Vieillir n’est pas très agréable, c’est l’ado (et le reste) en moi qui parle…
    Dire que quand j’avais 18 ans et que j’en paraissais 14 cela me dérangeait…lol

  7. sandrine says:

    Jeanne ne se reconnait plus en se regardant dans le miroir, aujourd’hui elle voit la femme
    qui a vieilli.Jeune elle était si jolie,grande mince,brune,toujours en jupe et talons,elle plaisait beaucoup.
    Le temps a passé trop vite se dit-elle,elle a du mal à réaliser qu’elle a déja des rides autours des yeux,
    la peau du visage détendu,les cheveux grisonnant .En se regardant longuement dans le miroir elle
    se dit « et dans 10 ans ».Elle referma vite le miroir le mis dans son sac et dégusta son thé bien chaud.

    1. christelle77 says:

      Finalement, pourquoi se regarder dans le miroir si c’est pour se faire du mal ! Elle a eu raison de le ranger ce miroir !! Merci Sandrine pour cette suite !

  8. Sabrina says:

    Je partage ma suite simple en toute simplicité et me lance..
    La vieillesse c’est tragiquement vrai et un naufrage..
    Il était une fois… Une femme à la beauté naturelle et qui ne s’inquiétait pas de penser qu’un jour cette beauté pourrait se transformer ..
    Le temps a passé , Violette à l’automne de sa vie ne regrettait rien de ce qu’elle avait vécu, reçue, donné.. de ce que la vie lui avait aussi repris .. mais surtout enseigné.
    Elle avait profité de sa vie comme si demain ne devait plus être.. avec intensité et sans demi-mesure avec tous ceux qu’elle aimait.
    Violette était apprécié de tout son entourage autant familial, qu’amical et avait toujours une hospitalité , un petit mot, un petit cadeau qui touchait droit au coeur et qui reflétait la grandeur de son âme… infiniment Belle.
    Il était une fois, une femme à l’âge avancé, contemplant son reflet dans ce miroir de poche, se souriant à elle-même, assise, impatiente de retrouver ce qui comptait le plus pour elle, ses enfants, grands aujourd’hui..
    Le secret de Violette… tous ces bonheurs procurés avaient rempli son âme d’amour et cela se reflétait dans ses yeux et la rendait aussi belle qu’au premier jour…

  9. Michel says:

    Bonjour, le miroir nous renvoi nos imperfections physiques et j entretien mon corps car j ai besoin de plaire . Le danger du miroir qui montre avec l âge le changement et j ai du mal à l accepter. IL faut faire avec mais difficile pour moi car j aime la beauté féminine.

  10. Anne says:

    Je viens de lire toutes ces suites, elles sont chacunes uniques et très belles. Je vais donc passer mon tour et juste vous livrer quelques petits secrets pour rester dans le thème de notre boite à secrets 😉
    A la lecture de vos suites, je me reconnais, par petits bouts, dans certaines. Petite, je me languissais de devenir grande, je me revois rêvasser en m’imaginant ma vie d’adulte…et il me tardait d’en être une adulte ! Alors que maintenant, quand je me regarde dans la glace, j’ai plutôt l’impression de voir une grande enfant qui a un peu oublié de grandir et je reste très nistalgique de mon enfance.
    Et puis, quand je vois autour de moi des femmes du même âge, la quarantaine, je me vois beaucoup plus jeune qu’elles ! Ce n’est pas méprisant de ma part, loin de là, c’est juste que je crois que je ne me vois pas avec l’âge qui me correspond, je me vois encore ado je pense 😉 Bref, le reflet ne correspond pas toujours à l’intérieur…
    Et puis, la beauté, vaste mot, qu’est ce réellement ? Bon pour être directe, moi je ne me trouve pas top du tout mais je dirai que je commence à mieux m’accepter et ça c’est grâce à cette satanée maturité 😉
    Le plus important est peut être de se plaire d’abord à soi.

    1. Domino says:

      « c’est juste que je crois que je ne me vois pas avec l’âge qui me correspond, je me vois encore ado je pense »
      Je pourrais écrire mot à mot la même chose !
      Mais je ne sais pas vous, mais on me dit souvent que je fais moins que mon âge… C’est parce que je reste jeune dans ma tête sans doute… Vous, c’est pareil ? On vous donne moins ? Si oui, on l’a trouvé, le secret !!!! 😉

  11. yefsah says:

    J’ai beaucoup de mal à m’exprimer par écrit, j’y arrive mieux en musique mais je tiens à vous dire, bravo à tous, car je vous lis avec assiduité et c’est un plaisir.

  12. Christelle77 says:

    Coucou à tous ! A mon grand regret, je passe mon tour (en tout cas ce soir !) … je suis surbookée entre une semaine de cours à paris (et la joie oubliée des transports en commun !) et mon retour dans le Sud demain (alors que la valise n’est même pas prête !).
    Mais demain matin, je prendrais le temps de lire toutes vos œuvres ! Vivement demain donc !

    1. Sabrina says:

      Courage Christelle !
      Donc cette fois-ci, nous n’aurons pas le grand plaisir de vous lire..!!? Quelle dommage!!😩
      Mais vous savez, ,Christelle, vous avez encore du temps devant vous pour nous trouver une jolie petite histoire à nous raconter 😋😊..
      Un bon retour dans le Sud à vous .

  13. Tatie momo says:

    Le temps peut tout changer… la beauté, un bien précieux , oui, mais qui ne comble pas le vide intérieur, la solitude  sentimentale qui a rongé petit à petit Iréna… Iréna en se regardant dans le miroir se demande comment elle a pu arriver à cette situation.
    Elle, qui avait été d’une si grande beauté il y a quelques années, elle, qui captait tous les regards, qui avait tous les hommes à ses pieds . D’une beauté slave, magnétique, troublante,les traits d’une grande finesse, elle avait été très tôt repérée par un grand couturier, avait fait le tour du monde, avait dormi dans les plus beaux palaces, rencontré les grands de ce monde dont on disait qu’elle avait été la maîtresse d’un d’ entre eux, avait été  l’égérie d’un très grand parfum .
    Sa beauté lui avait permis de vivre des moments intenses, emportée dans un tourbillon. Adulée de tous elle était celle à qui personne ne résistait . Et puis, petit à petit d’autres beautés étaient arrivées sur « la place » lui volant la vedette, leur fraîcheur éclipsant la beauté plus ténébreuse, plus lourde de la belle.
    Quelques coups de fil encore pour des propositions de tournage dans des films publicitaires qu’elle se refusait de faire par fierté.  Elle dut faire face à l’abandon, à l’éloignement de tous ceux qui hier ne pouvaient vivre sans elle. Mais cette mise au placard n’était rien à côté de la solitude sentimentale dans laquelle elle vivait. Le manque cruel d’une famille, qu’elle n’avait jamais pu construire, le manque d’amour, ces histoires amoureuses avaient toutes avortées et avaient été le théâtre de terribles querelles, cet enfant porté qui n avait pas vécu. En résumé   le vide, un vide abyssal  qui l entraînait vers des nuits de plus en plus sombres, de plus en plus courtes où l alcool et le reste lui faisaient oublier sa profonde douleur.

    Ce soir là, un dernier regard dans le miroir pour voir ce visage marqué par la vie , pour contempler ce qui restait de cette éphémère beauté dont elle avait gardé malgré le temps une classe indélébile, un peu plus d’alcool, un peu plus de tranquilisants, cocktail terrible et…le sommeil profond dont on ne revient pas. La belle s’était étéinte dans une  solitude aussi grande qu’avait été sa gloire.

    1. Sabrina says:

      Une suite très bien racontée… tragique et triste qui ressemble a la vie de l’ actrice américaine …Marilyn..
      Bravo pour votre jolie écriture Tatie Momo ….

    2. christelle77 says:

      Très belle et tragique histoire : quand la réalité est bien trop insupportable et qu’on sait bien que ce qui fut ne sera plus jamais …
      Bravo Tatie Momo !!!

  14. Sabrina says:

    Un petit coucou pour vous souhaiter à vous tous, les ami(e)s, durant ces deux jours de Noël , d’être heureux et joyeux entourés de ce que vous aimez…
    Et un très bon rétablissement à Chantal !😊

  15. Nam says:

    Je vous ai tous lu et rebondirai par la suite. Et comme Sabine est en plein préparatif pour son repas en ce moment…, lol , je me permets de vous dire merci à vous pour vos vœux et bonnes fêtes également à vous tous. 🙂

  16. sonia says:

    Elle tapote doucement sa porcelaine de Chine et son esprit s’évade vers Saigon
    Elle doit revoir son amant de jeunesse qu elle avait tant aimé dans ces années la .Elle avait 20 ans et croquait la vie à pleines dents. Les paillettes, le cabaret ou le champagne et les rires fusaient au rythme de ses spectacles de danse .
    Ce soir la fut celui qui ne s effacerait jamais
    Directeur du cabaret, charmant et d une classe sans pareille , il l avait aimé comme aucun homme avant , ni après. Éprise de liberté , elle n était pas restée et était retournée à Paris , reprendre sa vie en main pensait elle et poursuivre sa carrière .Des hommes, il y en a plein !
    Elle avait confié son enfant à la DAS ne pouvant conjuguer vie d’artiste et vie de mère.
    Ou était elle cette petite maintenant?
    Elle pensait reprendre sa vie en main mais les guerres avaient fait disparaitre ces moments lumineux ou elle était heureuse et lui enchanté.Rien ne s était passé comme elle avait prévue

    Aujourd’hui , le temps est passé , elle a reçu sa lettre et l attend…
    Comment va t il la regarder ? aura t elle le courage de lui dire qu elle n a pas pu garder son enfant ?

    Un frisson lui parcoura le corps alors que son visage se reflétait dans ce miroir… non ! elle ne pouvait pas ! ni affronter son regard , ni courir le risque de voir sa déception quand il verrait que la belle danseuse etait devenu vieille femme , de son jugement sur son incapacité à être mère… elle ne pouvait pas courir le risque de gâcher cette belle histoire, de détruire le souvenir de son regard amoureux…de balayer ces moments de bonheur par ce qu elle etait devenue et les erreurs qui avaient entachées sa vie.

    Elle courut prendre son sac a la table , renversa la tasse de thé en porcelaine de Chine , et courut vers la sortie de peur qu elle ne le croise .Son souffle était coupé , son coeur battait à 10000 … fuir ,fuir ce bonheur qui lui avait echapper et qu elle avait gouter du bout des levres….

    Il était en retard ,…. il pressa le pas pour entrer dans le Café de Paris quand des cris le stoppèrent à l’entrée .Derrière lui une vieille dame qui traversait la rue venait de se faire renverser par une voiture…

    1. Christelle77 says:

      Super Sonia !! Faute d’avoir notre traditionnelle suite sabienne en ce mardi, nous avons quand même le bonheur de lire une version quand même !
      Votre histoire est cornélienne ! On comprend parfaitement bien le débat intérieur de l’héroïne : garder intacts le regard amoureux de son ancien amant … ou risquer de briser ces beaux souvenirs en lisant la haine dans son regard. Mais en même temps, peut-être aurait-il pardonné ?
      Quoi qu’il en soit, le destin a choisi : le retard pour lui, la mort pour elle.
      Triste mais très beau comme histoire !

  17. Josiane says:

    Je viens de lire votre suite Sonia
    ,j’avais commencé à écrire le début qui se ressemblait un,peu au vôtre,moi,c’etait une mannequin qui avait décidé de partir faire sa carrière ds la mode,la nature l’avait tellement bien gâtée,elle était si belle….elle avait quitte son seul et unique amour, seul son travail avait compte ….pas de place et pas le temps pour fonder une famille….elle s’apprêtait à le revoir après tant d’années….lui était divorcé,père de deux garçons,….elle se retrouvait seule a cinquante ans,….ils s’etaient retrouvés par hasard sur un site de rencontre,il lui avait donné rendez vous ds un salon de thé,elle en était très contente mais très bouleversée,comment allez t’il réagir quand il la verrait avec ses rides…..ses taches brunes sur la peau….seules ses jambes étaient tjs aussi elegantes,voilà je m’etais arrêtée la et j’ai tout effacé!!!

    Votre suite me plaît bp…. cet enfant qu’elle n’a pas garde….la fin est un peu tragique….si seulement il n’avait pas ete en retard……

    1. Christelle77 says:

      Ah ben non Josiane ! (smiley qui pleure). Il ne fallait pas effacer, ça commençait super bien ! Après, je sais, parfois c’est difficile d’aller jusqu’au bout et de trouver la fin qui sera la meilleure ou celle qui nous parlera le plus ! … Mais promettez-nous de ne plus jamais effacer et d’aller jusqu’au bout la prochaine fois hein Josiane !! (smiley clin d’œil) ! Comme dirait l’autre : « aie confiance !!! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *