Lettre à Christelle…

Malgré la douleur qui lui déchire le ventre,

une silhouette altière et digne regarde l’horizon,

un homme.

On dit ici de lui qu’il a l’étoffe d’un héros, celui qui ne plie pas devant les autres,

qu’il fût de ceux qui décident du jour et de la nuit.

Sa soif de lumière…

c’était posséder le monde et tous ceux qui s’y trouvent,

pour son malheur…

aujourd’hui, devenu une ombre,

il est un homme mûr rattrapé par ses désillusions.

Un petit roi face à l’anglais,

des Hercules de pacotille,

que méprise ce colosse authentique occupé à contempler ce champ de ruines qu’est devenue sa vie.

Il a le verbe acéré et  la phrase tranchante,

il ne lui reste plus que ses mots,

comme une ultime lame pour fendre le destin tragique qui est le sien.

Il prend la bouteille , boit directement au goulot avant de s’essuyer les lèvres d’un revers de la main.

L’alcool lui brûle la gorge.

Devant lui,

les rochers, le sable blanc et les eaux turquoises,

l’herbe desséchée dévale jusqu’à une barrière en bois envahie par les roseaux.

Il erre par des chemins cachés flanqués de haies,

par les sous bois de ronce et de mûriers,

flâne  des heures durant dans ce cimetière pour sortir du  temps,

en semant tous ses espoirs et parcourt sans relâche les sombres dédales d’une mémoire perdue et,

des silences du passé.

Une île isolée,

un pays nu aux portes de l’océan  abandonné aux vents,

il tourne en rond, tout l’ennuie,

rien n’est plus comme avant,

le monde tel qu’il le connaissait semble avoir vacillé.

Une allée d’arbres conduit à un jardin,

où un vaste bassin bordé d’herbes folles laisse bruire l’eau d’une source,

assis sur une large pierre, sous la lumière du soleil ,

il aime s’y reposer.

Le soir tombant,

sous les étoiles,

on devine derrière la porte de l’unique maison,

la lente dissolution d’un combattant,

le portrait déchirant d’un homme à la dérive,

les palpitations d’un cœur malheureux.

On dit qu’un homme battu,

mystérieux et tourmenté vit là,

reclus sur une terre,

où les gouttes de pluie deviennent des larmes de pierre,

une ode à la tristesse qui l’achemine doucement,

vers son suicide.

 

 

 

 

 

 

 

19 Commentaires
Partager:

19 Commentaires

  1. Sonia M says:

    Suivre ce homme dans sa funeste descente en enfer est difficile. …
    « Sa soif de lumière. ….
    C était posséder le monde et tous ceux qui s y trouvent ,
    pour son malheur.  »
    Terrible comme chemin de vie. …
    Le temps, la nature tous les éléments jouent vers cette fin tragique.
    Un paysage aussi tortueux que son état….
    Bref une agonie peinte avec vos plus sombres couleurs.
    Et j en ai profité pour m instruire un peu. 😉
    Merci.
    Bonne soirée.

  2. Nurse 24 says:

    Malgré une description du lieu des plus jolies qu’on aimerait s’y perdre aussi…l’horizon est bien morne.
    Belle illustration que cette peinture…des couleurs vivantes, le ciel magnifique dont on aperçoit l’horizon du jour qui va rencontrer celui de la nuit mais….le bicorne est posé là sur la roche dont la cocarde perd en éclat. Surnommé à l’époque le « petit chapeau », oui petit car ne reste plus rien de sa gloire, devait-il penser ? Son couvre chef n’est plus…
    Vous faites le portrait d’un militaire qui s’est oublié homme avant tout avec ses rêves, ses envies et ses désillusions comme vous dites!
    Triste fin où sa maturité commence quand tout s’arrête finalement…
    Il n’avait sûrement pas conscience que les Français, comme le monde entier n’allait pas oublier l’Empereur qui a plié l’Europe à ses genoux. Napoléon reste pour beaucoup le plus illustre des Français, et l’une des plus grandes figures de l’Histoire universelle.
    Mais un homme avant tout…

  3. Florence says:

    On peut donc en conclure : à trop vouloir etre dans la lumière à tout prix , pour x raisons…et bien si ce n’est pas juste…l’ombre nous rattrapera…et l’acceptation risque d’etre très difficile à admettre, meme pas du tout dans cet exemple…
    Alors …à quoi bon!

  4. Pascale says:

    Quelle destin et quelle fin ! suite super bien écrite …
    on ressent sa douleur et son malheur, tous les articles sont riches d’enseignements …
    et, pourquoi un homme souhaite conquérir le monde finalement puisque celui-ci appartient à l’humanité ? … Chacun peut jouer sa partition sans grandes ambitions …

  5. Josiane says:

    J’aime bp votre suite et la photo,Napoléon a l’air si « las »,il doit repasser toute sa vie ( et quelle vie….)vous décrivez tout si bien ds votre texte,il profite de ces quelques jours sur son île
    Ca m’aura permis de me replonger ds l’histoire (j’en ai profitépour relire un peu sa vie….)
    Je suis sure que si vs aviez été avec nous quand ns avons visite cette île,vs auriez été un super guide!!

  6. christelle77 says:

    Que la chute est terrible quand on a été au sommet d’un empire… Mais que le texte est beau !
    Comme Josiane, j’ai relu un peu des choses sur Napoléon et notamment sur sa mort mystérieuse. Empoisonnement ? Ou espèce de cancer des organes digestifs ? … Quant à vous, vous optez pour le suicide ! Le mystère reste entier !

    1. Sabine Thierry says:

      Suicide était un jeu de mots.
      Je voulais appuyer sur le fait de se laisser mourir parce que pas le choix, et malheureux.
      Peu importe demain puisqu’il n’y a plus rien!
      Pour sortir de mon texte qui est totalement une fiction,
      j’opterai comme beaucoup pour l’empoisonnement!
      Ce qui justifierait ses douleurs au ventre.

      1. Nurse 24 says:

        La maladie… mal a dit… tout ce qui ne s’exprime pas, s’imprime !
        Il se tenait toujours avec la main sur l’estomac. Une posture des plus connues chez lui. Il souffrait de gastralgies chroniques.
        Voilà un homme en haut du rang avec une vie frénétique et anxiogène…un stress sans borgne pouvant causer bien des maladies .
        Empoisonnement peut être, mais à vrai dire il ne risquait pas de s’enfuir cette fois ci! Il était bien trop surveiller.
        Dit-on un cancéreux de l’estomac, comme son père..
        Je penche pour le neo gastrique .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *