Maud et bien d’autres …

Il était une fois une petite femme, une petite femme retraitée, timide et intimidée parce qu’embarrassée par ses origines. Née d’un amour interdit et caché elle se dit toujours que peu importe où elle est ou ce qu’elle fait, c’est mal ! Une histoire qui sert de miroir aux songes à ceux qui pensent avoir sur le dos le poids des siècles. Elle a des rêves Maud et elle a besoin de moi pour avoir confiance en elle mais aussi en les autres. Alors pendant une heure, parce que c’est aussi ça la voyance, donner de l’espoir là où il y en a, je vais lui parler et trouver les mots, ceux qui lui permettront d’avancer avec courage comme avec un couteau entre les dents. Quant à Sébastien, à peine sorti de l’enfance, il est venu me voir alors que dépité, devant les évènements fâcheux des attentats en France et partout dans le monde, il est désespéré mais aussi tellement malheureux de vivre par procuration tous ces drames. Parce que des drames tout près de nous, là où l’incontrôlable et l’horreur s’installent, parce que la cruauté des départs inexplicables, parce que trop de meurtres sans légendes, parce qu’une société tiédasse et politiquement correcte. Parce que la violence de la vie peut nous faire quitter nos illusions, parce que beaucoup trop d’émotions intenses à répétition…heureusement avec le temps se dilueront. Parce que depuis trop longtemps du chagrin contenu. Lui redonner confiance dans l’humain et dans l’humanité aura été mon seul discours. Marthe, belle femme de soixante-douze printemps par peur de la solitude est restée l’épouse consentante depuis le premier jour des amours adultérines de son mari. Un couple distendu certes, mais préservé par le temps. Femme aux idées et aux principes coulés dans le bronze, elle a vécu l’existence d’un cœur simple, Des années plus tard, parce qu’elle aura choisi cette protection contre la douleur, c’est réfugiée dans la maladie d’Alzheimer que je la reverrai. La mémoire de Marthe aujourd’hui ce n’est plus qu’une citadelle intérieure habitée de la tristesse la plus sourde. Faire le récit de votre vie, je m’y applique, hier, aujourd’hui et peut-être demain encore, mon bureau restera le petit coin d’intimité où vous vous accordez de laisser remonter vos souvenirs. Nombreux, vous êtes à me raconter comment vous endurez les coups, comment vous résistez à la douleur ou non. Ce livre c’est comme un quartier qui ne manque ni d’agitation, ni de rumeurs. Vos histoires, je les ai toujours gardées à portée de la main, maintenant, je vous les offre sur papier et vous invite à vous relire…

PASCALE

Une peinture toute simple, celle d’une femme confrontée à la solitude. Une femme qui a vécu l’amour comme un art de la guerre avec ses victoires et ses défaites mais aussi ses frontières. Faisons un bout de chemin avec Pascale avant d’être déposés dans le prochain chapitre sur une autre route avec d’autres portraits. Plutôt qu’ordinaire la vie brossée ici de Pascale est universelle. Affectée par la perte d’un être cher et par une séparation elle a vécu, seule, à sa façon le parcours d’un être vers sa reconstruction. Elle m’a raconté comment femme courageuse, elle a décrété qu’il suffisait d’inventer sa vie pour en faire un roman. C’est du positif qu’elle est venue chercher chez moi ce jour-là. Pascale, décidée à s’incruster comme un fan qui prend un selfie, dans le cadre de la normalité afin d’obtenir coûte que coûte une nouvelle chance au bonheur. Petit concentré d’humanité elle espère avoir droit encore une fois à une vie de couple et parce qu’elle n’aura pas d’autres choix rallumera la flamme d’une certaine innocence pour profiter à nouveau de la vie avec gourmandise. Encore un être à la dignité des vies simples avec qui j’ai accepté de me perdre et d’approcher le mystère, l’espace d’une consultation.

10 Commentaires
Partager:

10 Commentaires

  1. Monique says:

    Toujours très touchant parce que vrai sincère. Chaque histoire est importante même si des degrés d intensités différents. Chacun la sienne .

  2. Amelie says:

    J’ aime les mots , mais je n’ai pas trop de patience de lire des romans .
    Par contre , j’aime bien lire les histoires qui me parlent , les histoires qui sont vraies , avec du vécu
    En fait , j’aime beaucoup vos histoires courte , qui en disent long et en peu de lecture .
    C’est touchant , triste , mais avec tellement de rebondissements , d’espoir .
    Et c’est cela qui est bien : «  »du désespoir à l’espoir «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *