Une femme abandonnée…

Elle n’arrive pas à se résoudre à la déchéance…

les souvenirs de la vie à deux reviennent par bribes,

ils tendent un miroir à la femme heureuse qu’elle a été.

Le regard saturé de détresse,

elle voit ses derniers jours…

comme dans un dessin d’enfant,

l’image de ce lac,

près de chez eux s’impose avec force à sa mémoire,

les souvenirs heureux aussi.

La maison se dressait au loin et surplombait cette étendue endormie de sa silhouette massive,

elle voit la vieille balançoire et la lisière des bois à quelques mètres de là.

Quand le jour cède sa place à la nuit,

sous la douce clarté des étoiles,

en haut, un oiseau passe,

comme une dédicace.

Elle a fermé sa porte,

le soleil ne rentrera plus,

son homme ne l’aime plus.

54 Commentaires
Partager:

54 Commentaires

  1. Rabia says:

    Douloureuses sont les heures après une séparation.
    J’espere qu’elle ferme la porte à son passé, pour mieux l’ouvrir à son avenir …

  2. Domino says:

    C’est plus facile de cesser d’aimer que de cesser d’être aimé. Une sensation de vide et l’impression qu’on ne s’en relèvera pas. Et pourtant, le temps fait son oeuvre … Dans la plupart des cas…

  3. Seb says:

    C’est dur de prendre du recul quand on a les deux pieds liés dans la peine.
    Pourtant, les portes se ferment mais s’ ouvrent aussi vers d’autres horizons…

    1. Domino says:

      Je suis d’accord avec vous. Il faut juste se laisser le temps de « toucher le fond » pour taper du pied et remonter à la surface. Mais effectivement, comme vous dites, quand on a les deux pieds dans la peine, difficile d’envisager autre chose que ce mal qui nous ronge.

  4. GUYBKK says:

    Sur la photo la corde ne tient plus que par un fil ,prête à casser . Quand l’amour s’arrête , on ne veut plus voir personne et se retirer dans le silence . On ferme la porte en se soustrayant du monde ,on vit avec les belles images du passé qui défilent devant les yeux .Il faut alors faire le deuil et essayer des se reconstruire dans autre chose de nouveau . Il faudra du temps mais tout est possible tant qu’il y a de la vie

  5. Nurse 24 says:

    La dentellière des mots a encore frappé !
    Sabine, l’art de sublimer même dans les pires moments…quand l’espoir n’y est plus.
    Je me trompe peut être, votre récit m’évoque le suicide imminent de cette femme. Son moteur à elle c’est l’envie de lui. Le moteur ne ronronne plus. Alors, elle semble dire au revoir à ses années et à sa vie tout en continuant à avoir le contrôle de tout. Elle ouvrira une autre porte, celle qui donne de l’autre côté.
    On dit souvent qu’on a la vie qu’on veut bien se donner, la mort aussi.
    Autre talent littéraire que vous, Guy de Maupassant dans sa nouvelle « l’endormeuse » disait que « Le suicide ! Mais c’est la force de ceux qui n’en n’ont plus, c’est l’espoir de ceux qui n’y croient plus, c’est le sublime courage des
    vaincus ».
    Personne n’est à l’abri, tout peut arriver même au plus optimiste.
    J’ai des tonnes d’optimisme à ne plus savoir quoi en faire, je veux bien lui en donner!
    Sur ces notes tristes, je vous souhaite de passer une agréable journée 😁

      1. Nurse 24 says:

        Quelle tristesse….j’ai déjà eu très mal comme elle mais de là à en finir…ça me paraît inconcevable de mourir pour quelqu’un dans ces conditions, ça n’en vaut pas la peine. Personne ne mérite ça. La vie est trop belle avec pleins de choses à croquer à pleines dents, même avec un dentier je croquerai!
        Quoiqu’il en soit, chacun son libre arbitre et ça se respecte
        Si elle repose en paix…je lui souhaite

          1. Nurse 24 says:

            Biensur Sabine vous avez raison…seulement je pense que trop de gens confondent l’amour véritable à l’attachement. Ce dernier est une dépendance affective lié à l’égo, à la peur d’être seul, ça conduit toujours à la souffrance, l’attente que l’autre est source de bonheur, remplit un vide.
            Tandis que l’amour, le vrai, c’est d’abord du bonheur qui vient de l’intérieur qui rejaillit sur l’être aimé , c’est là que se trouve la liberté . Et c’est par cet amour là, quand on aime vraiment quelqu’un, on le laisse partir !
            Mais ça on en a déjà parlé dans le blog! 😁
            Donc son desarroi a d’autres sources que sa moitié qui s’en va, comme vous dites, le mal l’a rongée déjà…
            Avec toutes les questions existentielles qui sont soulevées à travers vos récits percutants et empreints de réalisme, l’amour est bien amoché je trouve, quand est ce qu’il sera bien compris et utilisé à sa juste valeur?????

      2. Rabia says:

        Quelle tristesse d’en arriver là.
        Le suicide est un geste égoïste, désespéré et lâche à la fois.
        J’ai beaucoup de mal à comprendre ce geste alors que tant de personne aimeraient vivre alors que la vie en a décidé autrement.

          1. Rabia says:

            Un copain qui c’est suicidé il y a 20 ans de ça et j’ai rien vu venir.
            Une collègue qui m’avait confié son mal être et qui est passé à l’acte .

          2. Sabine Thierry says:

            Je l’avais compris Rabia, je comprends mieux votre point de vue…
            c’est un peu contre vous que vous êtes en colère.
            On ne peut pas changer les choses, il faut accepter que chacun reste maître de son destin.

        1. kittie says:

          je n accepte pas qu on puisse juger cet acte ! c est le choix de chacun et il faut le respecter ! le pire c est le jugement des autres et croyez moi je sais de quoi je parle , j ai ete concerne de tres pres .je dirai que c est tres courageux au contraire ils ne s en prennent qu a eux .je suis tres touchee sabine que vous ayez parle du suicide hier , c etait la saint bernard c etait mon pere .je suis convaincue qu a travers vous il m a fait un signe .merci .

        2. Isabelle64 says:

          Moi je trouve que c’est un geste très courageux le suicide…. il faut vraiment être au bout pour en arriver là … c’est un geste malheureux !!!! la personne n’en peut plus de souffrir… il faut respecter son geste …. il n’a pas à être jugé… mais je peux comprendre Rabia que tu sois en colère contre ton copain … tu aurai pu l’aider ou pas …. je t’embrasse fort Rabia en espérant te voir bientôt !!!! ainsi que vous Sabine !!!
          Merci pour vos rubriques !!!

  6. Lili says:

    Immédiatement, je pense au film « Les choses de la vie » de Claude Sautet…l’amour, le désamour font partie de la vie.
    Comment vivre sans amour ? Comment vivre auprès de quelqu’un qu’on n’aime plus ou qui ne nous aime plus ? N’est-ce pas pire d’être à 2 en ne s’aimant plus dans la réciprocité ? N’est-on pas plus seul ?
    N’est-ce pas un cadeau de la vie que d’avoir pu aimer dans la réciprocité ? Pour ma part, je crois que ce cadeau n’est pas offert à tous, il faut en avoir conscience et apprécier de l’avoir vécu. Le temps efface la douleur, le temps efface beaucoup de choses, je crois que pour apprécier les bonheurs de la vie, il faut avoir surmonté des épreuves, celle-ci en est une de taille…esclaves de nos sentiments…
    Dans le film de Claude Sautet, « la Chanson d’Hélène » interprétée par Romy Schneider et Piccoli accompagnerait divinement ce joli texte…

  7. Sonia M says:

    Elle n arrive pas à se résoudre à la déchéance …
    La photo de cette corde prête à rompre. ..
    Comme Nurse 24 j imagine cette femme au bord du gouffre prête pour l irréparable !
    Vous avez l art de nous embarquer dans nos pires expériences de vie. …
    Ne plus être aimé de son homme, c’est terrible comme épreuve et vous nous le comptez avec une telle poésie !
    Je suis chamboulée de ressentir à ce point sa peine .

  8. michel says:

    bonjour, difficile les séparations, pour celui qui décide de rompre pas facile de l’annoncer pour essayer de ne pas faire trop souffrir l’autre et l’autre accepter celà. la vie est pas facile, il vaut perdre des avantages, une situation confortable etc. Maintenant si on aime plus, si on s’aperçoit que on la jamais vraiment aimer alors on doit décider de rompre. Parfois on est faible, l’exemple de moi qui reste avec une personne qui n » a pas vraiment la personne qui me convenait pas physiquement etc. et avec des caractère opposaient. Apres en grandissant, on arrive à faire ce choix même si la personne feras des grises et des chantages. Il vaut avoir le courage de le faire. Après il y aussi ses drames qui arrivent et j’ai du mal à le comprendre ou les personnes tuent les enfants ou autres.

  9. kittie says:

    tres bonne question martine ! si quelqu un a la reponse ! j aime beaucoup la phrase de maupassant : le suicide c est le sublime espoir des vaincus .cette femme a l air lucide pour elle la boucle est bouclee .et comme dit nurse 24 : on a la vie qu on veut se donner et la mort aussi .et toutes les personnes qui se suicident ne son pas des depressives

    1. Nurse 24 says:

      En général Nam, la pendaison ou l’arme à feu sont des actes masculins. Les femmes c’est plutôt l’intoxication médicamenteuse volontaire ou la phlébotomie. Disons que le suicide chez la femme est plus doux moins brutal.

        1. Nurse 24 says:

          Beaucoup j’irai pas jusqu’à là Sabine, y’en a auSsi mais très peu, pour ma part j’en ai jamais vu et de ce que j’entends des anciens, jamais entendu concernant une femme. De mon expérience professionnelle (première sortie Smur pendaison homme ça vous met en condition!) et puis mes dires sont basés aussi sur des études épidémiologiques.
          La noyade est secondaire au moment où la personne ne contrôle plus rien du fait des médicaments associés souvent à l’alcool, faite dans la baignoire par exemple!

          1. Nurse 24 says:

            C’est normal Sabine, vous ne pouvez pas connaître tous les suicides de par et d’autres. Des études scientifiques avec des chiffres appuient mes dires mais vos retours ont peut être été plus confrontés à ce que vous pensez .
            Quoiqu’il en soit, le résultat est toujours le même …..

          2. Sabine Thierry says:

            Je ne me fie jamais aux sondages Nurse, j’ai mon expérience et je la partage, Josiane par son témoignage appuie mes dires.
            Un grand merci pour vos participations.
            Bientôt je vous fais un peu plus participer…

          3. Nurse 24 says:

            Biensur Sabine, je comprends. J’ai la mienne et je la partage aussi. Être confrontée à quelques cas concernant Josiane ou vous par exemple n’est pas la généralité.
            Un sondage est différent d’une étude épidémiologique qui elle est une discipline scientifique étudiant les problèmes de santé, c’est une étude sérieuse en faveur de la santé publique et pour la prévention.
            Bonne journée

        2. Josiane says:

          Je connaissais quatres femmes ‘une s’est pendue, le soir de noel les trois autres se sont jetées par dessus un pont(le même…)c’est très violent comme mort,je ne connais pas vraiment la raison qui les a poussés à commettre ce geste,c’est terrible

  10. Vincent says:

    On arrive à travers les mots à sentir le chagrin immense de cette femme, les cicatrices s’ouvrent et chacun fait face à son propre vécu. L’impression qu’on ne se relévera plus, les volets fermés et les deux issues possibles la vie ou la mort…dans tous les cas un immense deuil à faire…

  11. Christelle77 says:

    C’est étrange. Il se dégage de ce texte annonçant un drame (le suicide de cette femme), quelque chose de très calme, parce que finalement très fataliste. Cette femme a décidé d’en finir et, surtout, a choisi de ne pas se battre, de ne pas se mettre en colère contre son homme, contre le monde entier ou contre n’importe quoi d’autre qui lui aurait permis de faire acte de résistance et de se laisser une chance de pouvoir revivre, un jour.
    Lamartine a traduit cela par « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », dans lequel lui aussi songe à « laisser sa dépouille à la terre ».
    En même temps, je ne suis pas sûre que le fait que cet homme reste par loyauté ou pour tout autre raison que celle de l’amour aurait été une bonne chose pour cette femme. Parce que vivre avec quelqu’un que vous aimez quand la réciproque n’est plus, ça semble aussi très terrible. Le couple que forment mes parents en est témoin, puisqu’il y a au final 2 malheureux !

    1. Lili says:

      Comme je te rejoins Christelle, le couple que forment tes parents est loin d’être un cas isolé…
      Quelle douleur ce doit être pour en arriver là…

  12. sylvie méditerranée says:

    Un récit très éloquent.
    Avec un personnage au bord du précipice.
    Seule face à son destin vivre où mourir son choix est tracer.
    Il suffit parfois juste d’une main tendu pour éviter le pire , où de comprendre les signaux mais bien souvent de fois ni nous voyons ni nous les percevons et cela reste leurs choix.

  13. Sabrina PO says:

    J’ai toujours entendu dire que le suicide n’était pas le bon choix sur un point de vue religieux et que l’âme serait en errance sans trouver le repos éternel ou autre chose …
    Je sais et c’est vrai qu’il faut être courageux mais aussi dans une immense peine et le plus grand désarroi .. Alors on veut que cesse la souffrance pour ne plus avoir mal .
    Je respecte .. mais la vie est précieuse est Belle malgré tous ses aléas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *